Forum officiel du JDR Centile
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Jeu 30 Aoû - 13:27

La nuit s'est plutot bien passé dans notre squatte, cette demeure était pleine de surprise et voir les vieilleries dont elle recelait, me donnait un coup de nostalgie qui n'était déplaisant en un sens. Me rappeler d'une bonne époque de ma vie en un tourne-disque c'est un bon rapport qualité prix. D'ailleurs parlant de rapport qualité prix, Heyang, lui découvrait les joies des jouets alors qu'Assou, était en pleine remise en question. Une évolution dans les deux cas, mais aussi l'apprentissage d'une vie nouvelle. La musique aidant, j'ai passé un peu de temps à prier Galu de la bénédiction qu'il nous avait fait. D'avoir la technologie de ma Couronne à portée de main en arrivant était un signe. Je demandais d'ailleurs à mes disciples si une telle prière les intéressaient. Pourquoi un tel gout pour la prière ? Si certaines personnes aiment citer des auteurs célèbres pour guider leur actes, je préfère de loin cité les paroles narrant les actes de foi des plus grand Centiliens jamais existé.

Mais le soleil traversait les vitres poussiéreuses de la demeure, je voyais clairement que la fatigue nous gagnait, ca et la faim. Je me levais donc et faisaient quelques étirements tranquillement. Je placais le vinyle dans ma besace avant de replier mon Sceptre pour lui donner une forme de canne.


"Messieurs, il est temps d'aller à la recherche d'une source de nourriture. Nous verrons si nous trouvons, par la même occasion, de quoi nous habiller de manière locale"

Dans nos habits, nous détonnions clairement avec le reste de la Couronne, mais tout les évangéliste avaient cette apparence. Le fait est que, même si on nous reconnait, on sera reconnu comme des croyants en pèlerinage. Cela nous apportera peut être même la charité de certains. Laissant donc notre abri, je guidais mes disciples dans les ruelles de cette cité troublante pour des néophites. Même pour moi, je dois avouer que dans certains endroit je suis encore perdu dans cet environnement. Le parc était aujourd'hui ouvert, je me demandais tout de même, si tout tournait mal, niveau charité, il y aurait toujours une solution. Peut être était ce temps pour notre groupe de pèlerins de nous lancer dans la recherche de nouvelles méthodes pour le partage des richesses ? Une fois restauré, et une fois avec un peu de théïne dans le sang, nous aurons surement les idées un peu plus claires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Jeu 30 Aoû - 17:58

Vous avez tous quelques cernes naissantes quand vous quittez la demeure dont la porte reste dans les mains d'Assou. Il y a déjà des promeneurs dans le parc à cette heure-ci et vous détonnez dans le décor comme un glaviot sur une toile de maître. Vous vêtements type Troisième Couronne, Xi'orienne de surcroit vous font passer pour des clowns de carnaval.

La discrétion n'est pas votre fort d'autant plus que tu envisages la mendicité pour subvenir à tes besoins. Assou s'y refuse catégoriquement, jugeant cette pratique déshonorante et contraire à ses principes. Quelque part, c'est un avoeu de faiblesse et tu sais bien qu'il n'est pas d'humeur à se sentir dépendant.

Heyang aussi a des réticences, soufflant derrière un visage d'adolescent blasé. Néanmoins, à deux, vous ramassez une quinzaine de Nyaas pendant une heure pénible. Mais les prix du Centre sont exorbitants : la baguette de pain est à 150 Nyaas. Il est 11h alors que vous n'avez même pas de quoi vous acheter un chewing-gum. A force d'aller à la rencontre des gens, vous croisez des officiers de police qui se dirigent droit vers vous.

Vu votre tenue, difficile de croire que vous avez obtenu un pass' permanent pour le Centre :


"Contrôle des papiers messieurs," te dit le plus grand des deux derrière ses lunettes de soleil, mains sur sa lourde ceinture de cuir. De celle-ci pend un tonfa et une arme de service qu'Assou mire immédiatement. En a-t-il jamais vu de pareil ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Jeu 30 Aoû - 19:16

Alors que nous mendions, je voyais Assou ne pas apprécier ce mode de vie, tout comme Heyang. Personnellement, je ne l'appréciais guère non plus. Mais c'était une étape nécessaire pour eux, et surtout leur conscience. Il fallait qu'il expérimente ce que la pauvreté pouvait apporter pour mieux comprendre les sacrifices qu'il fallait consentir pour maintenir notre clandestinité. 15 Nyaas, pour des personnes qui en brassent des milliers chaque jours, c'était tout de même une bande de sacré rapiat. Caché sous la capuche de la bure, je tentais de limiter un maximum les éléments pour nous reconnaitre le visage. Le fait est que beaucoup de gens s'attardent sur les détails les plus important. L'un de ceux ci était, bien évidemment la bure d'Evangéliste de Xi'Or. Je suis même quasiment sûr que la plupart des gens qui nous ont croisé nous ont vu les yeux bridés et la peau jaune, même pour Assou. Tout comme les yeux peuvent tromper l'esprit, l'esprit peut tromper la vue. Nous faisons tache, c'est le moins qu'on puisse dire et, comme le disait un vieux dicton de Xi'Or "c'est sur le clou qui dépasse qu'on s'acharne". Je m'attendais à plusieurs effets secondaires, je l'avoue. Le premier était de nous faire maltraiter par des petits cons. Le second était d'être viré par un commerçant. Le dernier était l'intervention des forces de polices. Bien évidemment nous n'étions pas dangereux, ils allaient surement nous virer plus ou moins gentiment de la Couronne. La figure de ces forces de l'ordre me faisaient particulièrement rire parce qu'ils étaient l'archétype type du policier avec un complexe de supériorité. Alors qu'ils se rapprochaient de nous, je faisais signe à mes deux disciples de plier bagage et d'aller dans une ruelle non loin où j'allais moi même. Faisant mine de fuir en m'appuyant bien sur ma canne, je me faisais rattraper par les deux policiers dans cette allée où ils nous interpelaient.

Citation :
"Contrôle des papiers messieurs," te dit le plus grand des deux derrière ses lunettes de soleil, mains sur sa lourde ceinture de cuir. De celle-ci pend un tonfa et une arme de service qu'Assou mire immédiatement. En a-t-il jamais vu de pareil ?

"Des papiers ? Je n'en ai nullement sur moi. La Déesse guide mes pas et sa parole ne saurait souffrir d'une paperasserie. Mais je sens en votre coeur le devoir de votre tache et de vos responsabilité, prévots, et je prie pour votre âme. D'ailleurs mes frères, prions pour leur âmes"

Spoiler:
 

Sans attendre, je me mets à genoux, tenue par ma canne et laisse à Assou et à Heyang le choix de me suivre. Le temps semble se ralentir subitement alors que mes genoux touchent le sol. Mon regard s'était déjà attardé sur l'équipement de ces deux hommes. Des armes de poing, des tonfas, au vu de la menace que nous représentons, je pense qu'ils seront plus enclin à user de leur matraque, mais je ne compte pas les laisser réagir. Alors que je m'installe, je commence une incantation et enserre déjà mon esprit autour de deux de mes couteaux qui se retire lentement de leur fourreau

"Déesse, pardonne à ses prévots (oui j'aime bien leur faire comprendre que nous venons d'une Couronne éloignée pour forcer leur arrogance), ils ne font que leur travail. Pardonne leur comme tu as pardonné à Jonah, Roi de Xi'Or et pardonne à leur supérieur qui forcent ces pauvres âmes à obéir à des ordres souhaitant contrarié son dessin ineffable pour nous, pauvre mortels. Apportent leur la bonté et la félicité dans les moments de doutes et retient leur main, même quand l'exaspération enserre leur esprit et rappelle leur que leur coeur est bon et vertueux tout comme leur profession ..."

Je n'attends qu'une chose, que l'officier se rapproche. S'il le fait, je lancerai alors mes deux lames pour qu'elles se placent sous la gorges de ces hommes et les immobiliser. Maintenir ses deux lames étaient loin d'être les plus difficile, mais je préférais qu'ils soient près pour qu'ils puissent être à porter d'Assou si cela ne les retenaient pas. Tuer avec ma télékinésie m'était interdit, certes, et je ne voulais pas tuer ces hommes. Mais il faudra bien les neutraliser. Si une bagarre devait exploser, les lames ne s'enfonceront pas dans leur gorge, mais ira droit vers leur ceinture pour la trancher pour les désarmer.

"... Déesse, montre leur la raison avant d'abattre ta colère sur eux"

Forgé par l'expérience de la mendicité, il sera plus simple pour mes disciples d'accepter l'illégalité et le manque de moralité de certaines de nos futures actions, du moment qu'elles ne vont pas trop loin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Ven 31 Aoû - 19:12

Quand tu entames ton discours, les flics commencent à comprendre qu'ils ont affaire à un illuminé. Tes disciples doivent d'ailleurs aussi saisir de plus en plus ton côté fanatique...

Le deuxième officier, plus jeune, appuie sur un bouton derrière l'oreille en disant :


"Centrale, on a un numéro 14, nous attendez pas pour le déjeuner."

Tu arrives à incanter discrètement mais il s'en faut de très peu pour qu'ils comprennent ce que tu fais... peut-être que ça ne passera pas la prochaine fois. Le premier policier sort une paire de menottes de sa poche arrière en disant d'un ton exaspéré :

"Allez, suivez-nous jusqu'à la voiture tous les droits, ne m'obligez pas à vous forcer."

Devant ton attitude, il met à exécution sa menace et s'approche. C'est alors que les couteaux se placent sous leur gorge. Ils essaient de les repousser mais ta puissance est supérieure. Ce qu'ils comprennent vite.

"Putain de 42-3 !!"

"Fais pas le con mec, on est flics. Tu vas finir dans un camp si tu continues..." bien des souvenirs te remontent soudain.

Heyang est plus que choqué, Assou semble prêt à l'action.

Trois psyché arrivent dans votre direction. Elles devraient tourner au coin de votre ruelle dans peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Ven 31 Aoû - 22:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Citation :
"Putain de 42-3 !!"

"Fais pas le con mec, on est flics. Tu vas finir dans un camp si tu continues..."

Quand les flics comprennent, je me lève rapidement avant d'avancer vers les policiers sans lever la tête. Le temps est toujours compter dans ces cas là. Leur remarque fait tout de même naitre un petit rictus sur mon visage qu'il est vite difficile de définir. Est ce la colère ou la satisfaction qui se lit sur ce sourire carnassier apparaissant sous la capuche. En un sens c'était un peu des deux. Alors que la phrase me replongeait, l'espace d'un instant je voyais dans le visage de ces deux flics les visages des matons du camps. S'ils savaient ce que j'avais fait à ces gars, ils ne me chercheraient surement pas. Mon regard se pose d'ailleurs sur leur matraque, ces foutus matraques qui avaient laissé des traces de brulures sur ma peau à jamais ...

"Ce n'est jamais une bonne idée de mettre au pied du mur un 42-3, il pourrait vous arriver des bricoles. Je vous déconseille de bouger" dis je alors que la lame remontait légèrement pour leur faire comprendre qui était le patron

Je prends alors les deux tonfas de ces policiers et les prends en main. Des gens arrivent, il va falloir agir vite.


"Frère A, cachez vous en couverture, aucune blessures létales"

Je prends alors les deux pistolets des policiers pour et les fait glisser derrière moi avant de tourner légèrement la tête vers Heyang

"Frère H, vous garderez ces instruments de mort. Cachez vous, vous n'êtes pas prêt à combattre et ça. Ca risque d'être sportif"

Il était temps de voir si ma puissance de concentration était assez puissante pour tenter un coup de maitre. Je regardais les deux tonfas et remarquait le boutons sur l'une des poignets, c'était surement un système qui envoyait des décharges électriques. C'était parfait. Comme me l'avait dit Etanel Fitz, une soldats de Qeglin avec qui j'avais lié connaissance par le passé, "L'important dans une embuscade, c'était la surprise, la rapidité de réaction et la brutalité de l'attaque". Trois règles que je devais appliquer à la lettre en cet instant. Les talents d'Assou, comme ceux de maitre Leu étaient dans la puissance physique et la dissimulation. Avec lui en soutient, j'étais couvert. Mais je me retrouvais tout de même le centre d'attention de cette bande de policiers. Jouer les illuminés avait bien fonctionné tout à l'heure, c'était le meilleur moyen de faire s'avancer "renforts" pour aider leur collègue. Les nouveaux arrivants n'étaient plus bien loin. Je m'étais alors placé en face des policiers, à une distance de sécurité respectable et mettait mes mains comme si elles étaient menottées. Mes deux prisonniers étaient en parfaite position de boucliers humains, encore plus quand je leur mettais les menottes qu'ils s'apprêtaient à me mettre au poignets.

"C'est lorsqu'on est au pied du mur qu'un homme est le plus dangereux"

Les pas des trois psychés approchaient, commencaient alors à incanter pour que mon pouvoirs enserre les deux tonfas. Je ne voulais tuer personne et les couteaux étaient bien trop létaux, même si une main experte peut épargner la vie, je serais en sous nombre et n'aurait pas le temps pour de la chirurgie. Ma respiration s'intensifie, je sens alors les pas s'approcher de moi. Ils sont de plus en plus près, ma télékinésie, est parfaitement enserrée autour des deux tonfas. Je n'ai pas besoin de voir ce qui se passe, je sens déjà leur mouvement. Malgré la rue qui n'est pas loin, je sens que nous sommes seuls dans ce champs de bataille fait pour moi. Les trois personnes vont s'écarter, pour avoir un meilleur angle de vue. Il ne faudra pas longtemps pour qu'ils comprennent que leurs collègue sont en danger. Je sentais cette excitation, celle que j'avais connue en prison. Je sentais encore ce sentiment de plénitude, de justification à la violence, cette électricité qui vous parcourt l'échine, l'adrénaline inondant votre esprit. Le plan était déjà bien en tête. Ils sont maintenant assez près et leur main va se rapprocher de leur pistolet. Il est temps.

Ma main se lève, tenant alors les deux tonfas joins. D'un mouvement sec, ceux ci décalent de quelques centimètre l'un de l'autre, donnant l'impression de se dédoubler. Je les lance, les guidant avec mon esprit. Les deux matraques, vont sur les deux policiers positionnés en ailiers. Alors qu'elles volent, elles s'activent crépitant d'énergie. Quand elles toucheront leur cible, elles les paralyseront pendant un instant. Cela laissera alors un policier armé et deux désarmé. Ma main gauche se lèvera, et poussera alors mes deux boucliers humains devant moi, leur donnant autant de force que je le pouvais, jusqu'à arriver sur le dernier ennemi. Je le percuterais alors, pour l'empêcher de me tirer dessus et me laisser le temps de lancer un deuxième mouvement avec les tonfas. En effet, celle ci, partiront directement vers le dernier debout et le couple menotté.

Un tel enchainement, uniquement armé de couteau, aurait été mortels pour tout ces policiers. Avant de le commencer, j'ai bien évidemment remercié Galu d'avoir donné la technologie à ces policiers afin qu'ils ne soient pas tués. Je n'ai aucun soucis à tuer ceux qui me bloquent le chemin, on apprend vite à écarter les problèmes de son chemin dans la clandestinité, mais j'ai aussi appris à ne jamais tuer plus de personne qu'il en est nécessaire. La mort de ces policiers n'étaient pas nécessaires



[Je claque 1 point de destin]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Sam 1 Sep - 10:55

Quand tu relèves la tête pour entamer ta manoeuvre, tu découvres que les trois personnes qui apparaissent, contrairement à ce que tu penses, sont des civils. Ils doivent avoir la vingtaine. Il y a un garçon en chemise à triple rabat qui tient sa copine en legging noir et robe vaporeuse à ta gauche. Un de leurs amis est à côté, fumant un cigarette nonchalamment.

Ils n'avaient guère cure de votre histoire mais tu leur envoies tes tonfas.

Essaies-tu seulement de les arrêter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Sam 1 Sep - 11:26

Alors que je voyais que les trois personnes n'était pas des forces de police, et qu'attaquer des innocents n'étaient pas ce qu'on pouvait appeler quelque chose de bien. Ma moral me demanda de stopper donc tout de suite. Mais l'excitation ... cette même excitation qui me faisait croire que tout m'était permis parce que j'étais en danger. Stopper ne pas stopper ... Bon sang ... En fait, jusqu'au dernier moment, j'étais près à stopper quand une chose me vint à l'esprit. Si je stoppais, ils risquaient de crier, de fuir et de raconter ce qui leur était arrivé. Certes je n'étais pas totalement reconnaissable, mais le fait est que les deux policiers l'étaient. Je devais agir avant qu'ils aient le temps de réagir à ce qu'ils voyaient. Je devais les empêcher de troubler mon plan. Ils vont avoir de sacrés courbatures demain en tout cas ... Bénis soit Galu, inventeur d'armement non létaux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Sam 1 Sep - 18:11

Dans une seconde suspendue, tu réfléchis à tout cela et laisse finalement tes tonfas partir. Les deux jeunes hommes prennent les armes contondantes en pleine face avec violence. [Ralentis] Tu vois le craquement sec d'un nez qui se brise et de mâchoires qui se décroche bientôt suivi d'un flot de sang irrégulier. L'autre à la glotte brisée et un arrêt respiratoire momentané.

Tous deux s'écroulent alors que la jeune fille a à peine le temps de comprendre ce qu'il se passe. Tremblante, elle croise ton regard puis commence à faire mine de partir prête à pousser un cri. Elle s'arrête immédiatement dans son élan, semblant buter sur quelque chose. Puis sa tête pivote brusquement sur elle-même selon un angle interdit. Elle s'écroule au sol, la nuque brisée. Assou sort de son invisibilité, le regard posé sur sa victime, avec une once de tristesse sur le visage.

C'est Heyang qui a besoin de se tenir la bouche à deux mains pour éviter de crier.


"Putain ! Espèce d'enculé ! C'est pour des gens comme toi qu'on a inventé le 42-3... tu vas brûler, je te jure," lance le plus jeune des deux officiers, désormais plaqué contre le mur sous la pression de ton couteau.

Le second tient un autre discours :


"Déconne pas... j'ai une famille. Laisse-nous partir, prend ce que tu veux, je m'en fous, je te poursuivrai pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Sam 1 Sep - 19:05

Alors que la matraque touche le premier, lui brisant le nez, autant dire que cela lui laissera une sacré trace sur le visage. Un tour à l'hopital lui fera le plus grand bien. Ce qui était par contre plus inquiétant était son ami ... et aussi la réaction d'Assou. Déplacant les deux policier de mon chemin, j'interpèle mes disciples.

"Frère H, ramenez c'est pauvre bougre ici et assurez vous de leur état. Frère A, aidez le"

Le terme dommage collatéral m'était venu à l'esprit mais je ne voulais surtout pas que cela arrive. Et pourtant, c'était arrivé. Assou avait arraché la vie et, vu comment l'un des deux hommes avait reçu la matraque. Difficile de le voir sous ma capuche mais mes machoires se serraient de colère, contre moi même en grande partie. Réfléchir, réfléchir, agir vite. Mon regard se posa alors sur les deux policier, principalement parce qu'ils m'interpelaient. J'ai même failli les oublier dans tout ca moi.

"Vous deux, déshabillez vous. Totalement et dépêchez vous"

Les lames se font moins pressante mais elles sont toujours aussi présente. Je pensais alors à ce problème de glotte. Si celle ci était brisée, il fallait agir vite. Il y avait peut être une chance de sauver cet homme : une trachéotomie. Il fallait un tube, une lame et surtout une grande précision. Bon sang, je n'avais jamais fait une telle opération et n'avais vu que quelques fois. Bon sang, je devais me concentrer. Une fois que Assou était à proximité, je lui glissais

"Surveille les deux policiers. Et assurent toi qu'ils soient en vie quand nous partirons, je suis claire ? On discutera de cette fille plus tard"

Une fois assuré qu'Assou est en train de surveiller les policiers je vais voir celui en train se s'étouffer. Je sors une lame, l'enserre avec ma télékinésie que j'utilise aussi pour immobiliser le corps du pauvre homme avant de commencer l'incision. Le tube était un autre soucis. Le stylo bille était depuis longtemps dépassé, il fallait que je trouve quelque chose pour le replacer. Je regardais alors ma besace et regardait le vinyle dans sa pochette. Cette pochette était en carton plastifié que je roulais pour faire un tube. Cela fera l'affaire ... en tout cas je l'espère. Que Kaen protège cette pauvre âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Sam 1 Sep - 23:20

Les deux officiers enlèvent leurs vestes et leurs pantalons mais les couteaux sur le gorge limitent leur mouvement.

Une voiture passe dans la rue perpendiculaire à la votre sans vous avoir vu manifestement.

Une fois qu'Assou a pris le relais, tu t'occupes du blessé le plus grave. Difficile pour toi d'opérer, entre l'adrénaline et l'absence de tes connaissances de la médicine, tu te demandes plusieurs fois ce que tu es en train de faire. Ta première incision fait gicler beaucoup de sang et tu as du mal à trouver la trachée, notamment à cause des bouts d'os qui gisent dans la gorge. Lorsque tu tranches une fois de plus, tu n'es toujours pas certain d'avoir trouver le tube respiratoire, ni même si ce que tu fais est nécessaire.

Encore un peu plus de sang. Pour couronné le tout, la texture du bout de carton plastifié t'empêche de faire un tube efficace. L'élasticité de ce dernier n'est pas suffisante pour rester en forme tubulaire. Il se déplie, devant soit trop gros pour être placé, soit trop dangereux, risquant de faire éclater la trachée.

L'un des policiers, se cachant le sexe alors qu'il en lève son dernier vêtement te lance :


"Qu'est-ce que vous faites ?! Partez au plus vite et laissez-nous appeler un ambulance. Pour l'amour de Kaen, qui êtes-vous ? Et qu'est-ce que vous voulez à la fin ?"

Tu sens d'autres psychés venir dans ta direction. Une dizaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 8:16

"Raaah fait chier !"

Pestais je alors que mon esprit, bien trop troublé et par l'inexpérience n'arrivait pas à controler ma lame. Ce n'est pas comme cela que je pouvais résoudre mon soucis ... Les deux policiers étaient déshabillés c'était une bonne chose. Je faisait alors signe à Assou de les faire s'approcher. Une fois proche, je prends la main de celui qui venait de parler.

"Ce que j'essaie de faire c'est de limiter les pertes humaines. Viens ici, et pose ta main ici ! Prie Kaen pour que sa vie soit épargnée"

Je prends un morceau de ma bure pour lui poser sur la blessure que j'ai provoqué. Quand le policier est là je lui plaque la main sur le bandage avant de foncer vers les affaires des policiers. Menotté, les deux policiers devaient rester proche des victimes. Cela les ralentira un peu au moins et il y a des chances pour qu'ils soient non identifier pendant quelques heures. Une fois aux affaires des flics, je prenais la radio et faisait signe à Heyang de prendre le reste et de nous attendre dans une ruelle plus loin. La radio en main, je l'approche de celui qui avait une famille.

"Toi, appelle une ambulance pour ceux là. Rien de plus"

J'appuie sur le bouton de communication pour lui laisser le temps de lancer le message avant de disparaitre à mon tour pour rejoindre mes disciples. Nous disposerons de deux uniformes de policiers, des armes, de l'argent et d'une tenue de Prêtre. Parfait déguisement pour le moment, surtout pour aller rendre une visite à mon père et rencontrer Bénédicte. Toutefois, alors que je passais dans l'ombre de la ruelle, mon regard ne put s'empêcher de s'attarder une dernière fois sur la jeune femme, le regard fixe, inerte, totalement vidée de sa vie. Assou l'avait tué sans le moindre remord ... il faut vraiment que je lui parle.

"Que la Déesse guide ton âme vers la paix éternelle"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 15:08

Le policier passe son appel d'urgence :

"Deux blessés dans une ruelle près de Freedom Street en face du parc Lendel, au niveau de la 71ème, l'un a la pomme d'adam brisée et la gorge ouverte, le second a probablement un trauma crânien."

Tu es contraint d'écourter le message car les autres psychés se rapprochent vite. Tu croises le groupe de touristes de Dénéo 6 qui s'engouffraient dans la ruelle. Vous êtes trop rapides pour leur laisser le temps de réagir face à la vision improbable de la scène.

Comment vas-tu faire pour aller jusqu'à l'hopital ? tu vas mettre une heure à pied, déjà que tu n'es pas en avance. De plus, l'un des uniformes peut être à peu près du gabarit d'Assou mais Heyang est clairement trop petit pour l'autre. Sans parler du fait que tu risques de croiser d'autres agents de police sur ton chemin.

Bref, au lieu d'aller voir directement ton frère qui aurait pu te donner le gite et le couvert ainsi que des vêtements locaux, tu t'es vraiment mis dans la merde.

Mais parfois, les mauvaises décisions nous conduisent aux bons endroits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 15:37

Pressant le pas, je me dépêche de trouver un endroit où je pourrais trouver une planque où nous changer. Il le fallait, d'autant plus que le temps passait bien vite malheureusement. Midi approchait rapidement, mais au moins, un problème de vêtements et de moyen étaient réglés pour le moment. Du moins presque ... j'avais bien évidemment noté que les vêtements de policiers n'iraient pas à Heyang. Du haut de ses 15 ans, il n'avait pas ce qu'on pouvait appelé l'air d'un solide gaillard. Le régime ascète du monastère y était pour quelque chose. Mais je ne comptais pas lui donner ces vêtements en vérité. Alors que nous nous déshabillions, je sors la tenue ma tenue de Primus pour la lui tendre.

"Tiens enfile ca, ca t'ira beaucoup mieux qu'un uniforme de flic. Je te confie mon sceptre, fais y attention, j'y tiens. Assou, enfile l'autre tenue de policier. On est en retard, mais normalement on devrait pouvoir se démerder à arriver au rendez vous à temps"

Heureusement, je n'étais pas une armoire à glace, la tenue de primus, ne devraient pas être trop grande pour lui. En fait, c'est surtout la tenue de policier qui m'inquiétait et qui m'allait un peu grande pour le moment. Rien de bien méchant, et, au moins, je serai confortable là dedans. Je vérifiais alors les armes que nous avions avant de planquer mes lames et mon pistolet d'appoint bien caché sous mes vêtements. Bon sang, il est 11h passé depuis quelques temps et aller à Horini à pied était inenvisageable. Mais avec un taxi, cela restait possible en fait. Je sortais l'une de mes lames et m'approchait de Heyang, une fois que celui ci sera habillé.

"Heyang, je suis désolé de te dire ca, mais on va avoir besoin de toi pour le coup. Tu vas devoir souffrir un peu. Fais moi confiance, ca ne piquera pas longtemps. Je vais devoir te faire une belle entaille sur ta paume gauche. Tiens moi la main fermement et n'hésite pas à serrer quand ca te fera mal"

Je le lui tenais alors la main tentant de le rassurer un peu avant de lui entailler la paume d'un coup sec. Ce n'était pas une blessure bien profonde, et peu dangereuse. Je lui demandais, une fois le choc passé de bien tenir le chiffon en contact avant d'utiliser la radio. Usant de la même procédure que le policier à poil, j'appelais alors une ambulance.

"Un blessé à l'angle nord du parc Lendel et de Park Street, plaie sévère à la main"

Nous étions assez éloigné pour éviter de croiser nos homologues mais espérons que la latence de la police jouera en notre faveur le temps que notre taxi nous amène à bon port. Le taxi allait être cette ambulance. Certes ce n'était pas une plaie bien sévère mais le pense que, vu la position qu'on les prêtres, un policier ferait tout de même gaffe à bien s'assurer que tout aille bien quand un prêtre se fait attaquer.

"Heyang, quand les ambulanciers seront là, si on te pose la question, tu as été attaqué par un malfrat armé d'un couteau, tu as attrapé la lame et appelé au secours et c'est là que nous, les policiers, sommes arrivés. Je vais tacher de les convaincre de nous amener à l'hopital avec toi, tu ne seras pas seul. Tu es un jeune prêtre prometteur, alors tache d'agir comme tel. Si on te pose des questions, tu diras que l'homme qui t'a attaqué a réussi à te voler tes papiers, ca devrait passer. De toutes façons, on va pas rester à l'hopital bien longtemps"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 16:15

Heyang serre les dents mais la douleur ne lui fait pas peur. C'est plus le fait qu'il soit en état de choc qui est inquiétant.

"Cette femme... elle est... elle est..." dit-il dans sa robe de prêtre qui lui va comme un clown.

Même Assou semble enfin revenir de ce qu'il vient de faire, comme s'il encaissait le contre-coup. Ta manoeuvre fonctionne mais en vérité, l'ambulance qui vient va d'abord chercher les deux blessés que tu as fait avant de venir vous récupérer.

Les flics, nus, ne sont pas montés heureusement. Vous embarquez donc à l'arrière de l'ambulance, à côté des civières, des médecins s'affairent autour d'eux. Une médecin a regardé rapidement la blessure d'Heyang disant d'un ton réprobateur :


"C'est superficiel... pas vraiment besoin d'appeler une ambulance pour ça." Sans doute doit-elle mettre ça sur le compte des caprices de star des prêtres.

Le garçon que tu as blessé à la tête semble être vaguement conscient, mais n'arrive pas à répondre de manière cohérente aux questions qu'on lui pose. Son regard vitreux croise le tien une fois, sans sembler tilter tout de suite.

Quand vous arrivez à l'hôpital, Assou t'assure de rester auprès d'Heyang. Au final, tu es un peu en avance sur l'horaire, libre à toi voir ton père tout de suite ou t'attendre ton fraternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 17:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'ambulance arrive rapidement, heureusement. Mais je sens le doute dans le regard de Heyang, de mon coté, je tente de canaliser la panique qui m'assaille. Toute cette situation est allée trop vite. J'avais vu, en l'espace de quelques instant, tout mes instincts revenir à la charge, comme quand j'étais en prison. Moi qui pensais que ce démon, en moi, n'existait que dans les murs de bétons de cette cage, mais en fait, j'ai l'impression de l'avoir ramené avec moi pour la transmettre à mes disciples. Comme prisonnier d'un bateau prenant l'eau, je temps d'écoper ma peur pour revenir sur la situation présente. Se concentrer sur ce qui se passe, ne pas penser aux conséquences pour le moment. Je pris alors une grande respiration pour répondre au jeune homme. Je lui serrais la main pour lui faire comprendre qu'il devait avoir du courage.

"Son âme ira à Kaen. Remercions le Multivers pour que sa mort ait été rapide. Il faut croire que sa mort a un plus grand dessein que celui que nous voyons. Restons concentré, il y a un temps pour les pleures et, il n'est pas encore venu"

Une fois que je vois que Heyang va un peu mieux, ou du moins qu'il se contient, je me tourne vers Assou qui lui aussi semble avoir pris conscience de la vie qu'il venait d'enlever. Ce n'était pas un guerrier, ou une personne mauvaise, c'était une innocente qui s'était retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Je ne disais qu'une chose

"Ca fait mal, hein ? Ce que tu es en train de ressentir, ce sont des regrets et du remord, remercie Kaen qu'elle t'en ai pourvu. Tu chercheras pénitence quand tout cela sera terminé"

Mais le temps passe à une vitesse phénoménale, je ne pouvais pas m'attarder, au dernier moment, je détourne le regard, de peur de m'effondrer devant notre acte. Lorsque l'ambulance arriva et nous pris en stop, j'avais réussi à reprendre mon calme pour finalement sentir mon sang se glacer à la vue du compagnon de voyage. Je suis tellement stressé que j'ai d'abord du mal à répondre à la médecin qui me fait remarqué que ce n'était qu'une petite entaille. Je lui réponds finalement.

"Vous savez, nous on préfère éviter qu'on nous reproche de ne pas s'être assez bien occupé d'un Prêtre. C'est pas pour vous faire perdre votre temps"

Quelques minutes en ambulance ne manquait pas d'être longue tellement, j'avais peur que l'homme allongé ne tilte. S'il le faisait, devrais je briser une nouvellement fois la loin des mages ? J'avais déjà fait assez souffert ces pauvres innocent. Mais cela me coutera-t-il plus de renouveler l'expérience maintenant que je suis souillé ? Cette souillure qui est la mienne ne cesse de me poursuivre. Non, je ne dois pas céder à la tentation. Si j'ai cédé, c'est à cause de la panique, je ne dois pas continuer. Rester concentré sur l'instant présent, ne pas s'écarter du plan. Une fois arrivée à l'hopital, je suis tout d'abord Heyang et Assou qui sont tout de suite pris en charge. Quand l'adepte physique vient m'assurer de prendre soin de son jeune frère d'esprit, je vais lui dit seulement quelques mots.

"Assou, Heyang n'est pas aussi rapide et fort que toi. S'il se passe quelque chose, partez vers l'Est et essayez de retrouver le parc. Vous m'attendrez à la demeure. Je compte sur toi pour le protéger comme le Preux la fait avec Centile. Si des ennuis vous arrivent, fuyez, ne combattez qu'en dernier recours et ne tuez que lorsque vous n'avez pas le choix. Je te fais confiance une dernière fois, j'espère que tu ne me décevra pas"

Avant de le quitter, je lui placais tout de même ma main sur sa joue, lui montrant que la situation imposait d'être stoïque et que malgré ses défauts, je n'abandonnais pas l'espoir d'en faire un disciple de talent. Il avait besoin d'un guide plus que jamais. Avais je fais le bon choix en l'emmenant avec moi ? Des questions qui devaient attendre. Mes pas se dirigeaient déjà vers la chambre de mon père. Je regardais la montre de mon comlink pour remarquer que j'étais en avance. J'avais encore quelques minutes devant moi. Allais je profiter de ces minutes pour le voir seul ou simplement me prendre un café ? Je ne le savais pas. Alors que la tension redescendait, revenait l'appréhension de revoir mon père. Je ne l'avais pas revu depuis mes 14 ans, quand j'étais entré dans la prêtrise. J'avais rendu visite à Bénédicte, essayant de ne pas le croiser mais il était tout de même là. Il avait tenu à être là pour me féliciter. Mais ma colère était toujours présente. Je ne voyais dans ses remerciements qu'un moyen de se remettre en selle pour lui. Il savait l'importance politique d'un Prêtre, plus encore dans son travail. Cette fois, je ne l'avais pas envoyé valsé avec ma magie, j'avais été encore plus dur. Je l'avais littéralement ignoré avant de lui lancer des mots plus acérés que des rasoirs "Je n'ai pas de père. Maintenant dégagez de mon chemin". Tellement de haine en moi. Elle était là bien avant la prison, bien avant la prêtrise. Je n'ai toujours été que haine. Attendre ou aller tout droit à sa rencontre, à la rencontre du changement ... C'était trop tot. Je décidais de prendre la porte de gauche sur laquelle j'avais vu mon salut.

La porte s'ouvrait sur une petite salle où il y avait un autel où l'ont pouvait voir la fleur de lotus enflammée qui caractérisait le Culte. Sur les murs, il y avait les 4 blasons de Marmin, Jialle, Horini et Galu qui était en dessous de celui de Kaen. La chapelle était modeste et déserte, surement là pour les familles des malades et quelques médecins. J'avançais alors vers l'autel avant de faire le signe de bénédiction pour au final aller vers un banc. Assis, les coudes sur les genoux, la tête en contact avec mes mains, recroquevillé, en pénitence, je ne pus m'empêcher de prier alors que des larmes perlaient à mes yeux


"Déesse, par pitié, pardonne moi. Fais que ce pauvre jeune homme soit épargné, je t'en supplie. Pardonne à Assou son instant d'égarement. C'est un jeune homme perdu et brisé, s'il n'a pas su retenir sa main c'est parce que moi, son maitre, n'ai pas su lui apprendre la tempérance. Son crime est mon crime, pardonne le Déesse. Donne moi l'occasion de racheter mes fautes et celles de mes disciples, ne les condamne pas comme tu as condamné Jialle. Donne leur la force de trouver la paix de l'âme et la sagesse dans ma faute. Que tes foudres s'abattent sur moi, mais épargne les. Miséricordieuse Déesse, que ton nom bénisse mon âme pêcheresse"

Je restais à répétait ces mots pendant pas loin de 5 minutes avant que mon coeur, ne cesse de battre comme si je venais de courir pendant une dizaine de minute. Et que mes larmes se sèchent. En répéter plus n'était nullement nécessaire. Mon âme, toujours torturé, avait cessé de hurlé et de mettre à bas les murs de mon esprit. Je n'étais pas forcément le plus solide des rocs, mais j'étais assez solide pour tenir pour la suite. Pourvu que cette journée se termine. La fatigue est en train de se faire sentir aidé par le stress. Mais ma mission nécessitait de la résilience, tout comme le nécessitait ma recherche de paix. Je suis conscient qu'il n'y avait pas pire moment pour affronter mon passé, mais le fait est qu'en ma position, il n'y aura jamais de bon moment. Je sortais de la chapelle, regardait ma montre, pour remarquer qu'il me restait encore 5 petites minutes avant que mon frère n'arrive, je décidais alors de me rendre à la chambre de mon père. Alors que je m'approchais de la chambre, je tentais de repérer toutes choses suspectes. Qui sait si quelqu'un cherchait à me piéger ici. Mais dans mon état, même si je repérais quelque chose, j'entre tout de même dans la pièce. Si un problème survenait, je le gérerai, pas question de fuir, pas le droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 18:20

[Destin up]

La petite chapelle est quasiment vide, te permettant de faire le point. Et cela fait du bien. Laisser sortir quelques larmes n'est pas un signe de faiblesse mais bien une façon de se laver le coeur. Tu n'en ressors pas vraiment plus allégé mais c'est un premier pas dans la bonne direction.

Tu souffles.

La chambre de ton père est déserte de visiteurs pour l'instant. Sentir sa psyché te fait quelque chose d'étrange. Mêlé aux émotions de la journée, c'est une agglomération de sentiments contradictoires que tu n'arrives pas vraiment à gérer. Même le Livre de Kaen arrive difficilement à te servir de bouée dans cet océan déchaîné de passions. Pourtant, tu les affrontes.

Ton père est allongé sur les couvertures défaites de son lit. Il semble avoir beaucoup sué. Les cathéters qui relient son bras à des poches de liquides suspendus tressautent au gré de ses mouvements. Il a des cernes marquées et tu sais immédiatement que le sevrage d'alcool qu'il doit subir ne va pas le rendre très amène envers toi.

Sa tête tourne lentement de ton côté. Un sourire naît pour mourir aussitôt :


"Regardez ça. Alors c'est toi qui est venu pour me faire passer de l'autre côté ? Je suis déjà mort et c'est toi qu'ils envoient..."

Il pense probablement qu'il hallucine puisque tu es mort en prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 18:44

Alors que j'entre dans cette pièce, pour le voir si faible, si fragile, si fatigué et touché par le sevrage ... J'avoue que cela m'a fait un choc. Pas loin de 10 que je ne l'avais pas vu et la dernière fois et il avait toujours ses traits carrés, son visage était légèrement bouffi mais il avait une certaine force, une fureur en lui, voir peut être une haine. C'était surement de lui que je tenais mon tempérament explosif à souhait. Le voir alité était quand même étrange. Dire que j'avais eu, jadis, peur de lui et là on dirait qu'un courant d'air pouvait le tuer. Tout ces tuyaux, me mettaient mal à l'aise. En lui, je me voyais dans le futur et rien que m'imaginé bloqué dans un lit fixé à de la tuyauterie d'un savant fou dans les vieux films que je voyais quand j'étais gosse. Son sourire face à la mort et son dédain ne manquait pas de me faire sourire. Même dans cet état de faiblesse, il était aigri, on se ressemblait vraiment beaucoup en fait. Sa drogue était l'alcool, la mienne était la foi. Alors qu'il me parlait et croyait défier la mort je lui fis un souris narquois à mon tour.

"Bien sûr, et ils sont tellement tordus, qu'ils me font venir dans un costume de flic. T'es pas encore mort, vieil imbécile, et moi non plus. On est de la mauvaise herbe, on ne meurt pas comme ça chez les Orlov"

Ma dernière remarque n'était nullement prononcé avec de la colère, plus du dédain envers le destin. Une sorte de maxime familiale qui, au finale, était loin d'être fausse. Mais une maxime qui ne manquait pas de faire naitre de nouvelles larmes au coin de mes yeux. Je m'approchais alors doucement du lit, prenant une chaise pour m'asseoir aux cotés du lit pour être plus près de lui. Mon coeur me dit de lui prendre la main mais je me retiens un instant. Je ne sais pourquoi ma main refuse de le toucher. Prenant conscience de ce handicape, je me fais violence pour l'avancer et finalement lui pincer la main.

"Si cette petite douleur, ne te va pas, je peux aussi y aller plus fort. Moi ca ne me dérange pas plus que ça"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 22:31

Il semble réaliser petit à petit ce qui se passe. Mais n'arrive toujours pas comprendre comment le costume de policier prend sa place dans le tableau. Puis, soudain, il semble réaliser :

"Ooh ! Bénédicte. Bénédicte t'a tiré de là. Un bon gamin, lui.

J'aurais voulu que ce soit lui qui entre dans les..."


"Pas moi," achève ton frère.

Il s'assoit à côté de ton père et lui touche l'épaule.


"Hey, comment tu tiens P'pa ?"

"Ca va... j'ai cru voir un fantôme" dit-il en te regardant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Dim 2 Sep - 22:50

Alors que Bénédicte entre dans la pièce, j'avoue être surpris de ne pas avoir senti sa psyché. Les émotions me troublent bien trop pour que je sois efficace. Mais entendre sa voix me faisait du bien. La dernière fois que nous nous étions retrouvé, c'était dans des circonstances plutot tendue. Aujourd'hui, la tension n'avait pas diminuée mais le fait est que je tentais de paraitre apaisé, autant que faire se peut. Heureusement qu'il était apparu d'ailleurs, Bénédicte me sortait d'un mensonge de plus à raconter par sa simple présence. Si mon père voulait voir en Bénédicte le fils parfait, celui qui m'avait fait sortir de taule, cela me convenait. Même sa remarque sur le fait que mon père aurait voulu que ce soit lui qui soit à ma place maintenant, ne me touchait presque pas. En un sens, je n'aurais pas eu tout ces emmerdes si cela avait été le cas. Mais le fait est qu'il n'avait surement pas tout à fait digéré mon comportement de l'époque. Ni l'absence pendant de longues années. Je le comprenais et je ne m'étais pas attendu à ce qu'il m'accueille les bras ouvert. C'était une épreuve à surmonter et je la surmonterai coute que coute.

"Et oui, Bénédicte est le bon gamin. Moi j'étais le petit con qui ne savait que te foutre en rogne ou te faire peur en croyant que ta dernière heure est arrivée. Promis cette dernière était pas voulu" dis je en détournant le regard, légèrement mal à l'aise.

La situation n'était pas parfaite. Bénédicte avait toujours été là pour lui, alors que j'avais littéralement quitté la famille pendant quasiment les trois quarts de ma vie. Je ne pouvais lui en vouloir. Avalant difficilement ma salive dans ma gorge serrée, je décidais de continuer


"Je ..." Putin cette phrase est difficile à sortir

"... qu'est ce que tu as pour être branché à des tuyaux et des machines comme un sapin de Noel du Centre de Git ?"

Bordel, je fuis ce que je veux lui dire. Pas moyen de lui dire que c'est pour lui que je suis venu, pour faire la paix bordel ! Qu'est ce qui me retient ? Une fierté mal placée, un esprit têtu ou simplement de la connerie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Mar 4 Sep - 0:48

"J'ai élevé deux gamins ! Voilà ce qui s'est passé..." dit-il en pestant un peu alors que Bénédicte essaie de le calmer.

Il crachote un peu sous l'effet de la colère, lançant ses mots comme seuls les alcooliques savent le faire.


"Du calme papa, les médecins ont dit que tu devais éviter de t'énerver."

"Je m'énerverai si je veux ! Qu'est-ce qu'il fait là d'abord ! C'est de ta faute si j'en suis là. C'est de ta faute si ton frère n'a..."

"Assez papa !"

Tu remarques alors une chose : Bénédicte n'a plus d'alliance à l'annulaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Mar 4 Sep - 12:28

Rester calme ... rester calme ... Si j'avais pu le croire faible, j'avoue que maintenant je ravise mon jugement. Du moins, son état de faiblesse est présent, de fait, mais sa combativité est toujours au beau fixe on dirait. Tout comme sa rancune envers moi d'ailleurs. Je sens ma machoire trembler et mon poing se serrer. Quand je fais un pas vers lui, lui m'envoie son pied dans la gueule. Ne pas succomber à la colère. Les saintes écritures ont vraiment du mal à me revenir, mis à part quelques passages des chapitres de Marmin sur la vengeance et la sainte rétribution.

"Si je suis là, papa, c'est parce que Bénédicte m'a dit que tu étais à l'hopital. Je me suis dit qu'à la place de rester dans ma colère et ma rancoeur, je me suis dit qu'il serait peut être temps d'enterrer la hache de guerre"

Mon ton est haut mais à la frontière très fine de l'énervement. Ma machoire est crispée, j'arrive à me contenir un minimum. La présence de mon frère joue pas mal dans ma contenance. C'est un peu pour lui qu'il tentait de renouer un peu le contact et surtout de trouver la paix. Trouver la paix, c'était le moment ou jamais.

"Je suis désolé, papa, désolé de t'avoir étalé quand j'étais gosse. Je suis désolé d'avoir disparu quand on m'a donné le choix entre la taule et l'entrée dans les ordres alors que j'avais 7 ans. Désolé de t'avoir rénié alors que j'étais devenu prêtre. J'ai ... j'ai succombé à la colère. Désolé d'avoir jamais été auprès de cette famille et de lui avoir attirer tant de malheurs à cette famille et ..."

Reste calme ! Ne dis pas "et à ton alcoolisme et ta maltraitance" ! RESTE CALME. Les larmes de qui perlent bien à mes yeux maintenant, serait chargé de feu et de souffre que cela ne m'étonnerait pas. La journée est telle que j'ai envie de détruire quelque chose. Mais je me retiens, je me lève et me dirige vers la porte

"Je n'ai pas envie de troubler encore plus ton rétablissement par ma présence. J'espère que tu te rétabliras"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Mar 4 Sep - 22:27

Tu sors en trombe, ton frère te suivant immédiatement. Tu sens que la fatigue mêlé au raz-de-marée de sentiments te fait perdre ta lucidité. Le contre-coup du manque de sommeil te frappe maintenant : tu es claqué.

Dans le couloir, Bénédicte te retient calmement par le bras, prêt à une accolade fraternelle.


"Hey, doucement Alex, doucement... ça fait des années que vous vous êtes pas vus, vas-y mollo. Pour lui comme pour toi.

Tu vas bien petit frère ?"


Cela fait longtemps qu'on ne t'a pas posé une telle question. Il en a sans doute des milliers en tête mais il faut commencer par le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Mar 4 Sep - 22:54

Bénédicte me retenait, je n'y opposais pas de résistance. Honnêtement, je n'en avais plus la force. Une fois dehors, je le regarde avant de baisser la tête. Honteux d'avoir fuis, mais la fuite avait été bien plus nécessaire que le contraire aurait terminé une catastrophe dont je me passais bien.

"T'inquiète pas Bénédicte ... Un pas ne suffit peut être pas mais c'est un pas quand même, hein ?"

Mon sourire est assombri par la fatique et le stresse mais j'avoue que le voir me fait tout de même chaud au coeur. Je le prends dans mes bras usant sans vergogne de sa chaleur humaine pour me réconforter un peu avant de lui répondre franchement :

"Honnêtement, je pourrais aller mieux. Être un prêtre ca a des avantages, mais ca me coupe pas des Jet Lag, et ca ne donne pas forcément de bouffe. J'étais venu pour avoir des informations, mais un peu d'aide sera pas de refus. Là je suis un peu à cour de jus et ca risque pas d'aller mieux. Je ne voyage plus seul et ... il y a eu un petit dérapage. Il nous faut une planque ... et vite malheureusement. Tu aurais ça ?"

Cela m'ennuyait de demander de l'aide à mon Frère, pas à cause de la fierté. Nous nous étions toujours entraidé par le passé. Mais c'était plus à cause du risque que je lui faisais prendre, malheureusement. Mettre en danger la famille, c'était toujours ce qui avait été l'une de mes craintes. Mais pour le coup, je ne voyais pas vraiment où je pouvais aller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Mar 4 Sep - 23:03

Le hug est franc et fait franchement du bien.

"Bien sûr Alex, aucun problème."

Il se tient ensuite au rebord de la fenêtre du couloir, regardant la pointe du Sanctuaire que l'on devine n'importe où dans le Centre.

"Tu sais, de nous deux, c'est toi qui est né avec ces talents. Ceux qui t'ont fait entrer dans le Culte. Je me demande souvent comment je m'en serais sorti si ça avait été moi. J'peux pas te juger pour ce qui t'es arrivé."

Il regarde le sol, en plein dans ses pensées, puis regarde ton uniforme.

"Tout à l'heure, on a... hum... nan rien. Tu veux tenter de reparler à l'ancien ?" dit-il rapidement comme pour effacer sa première tentative sur un autre sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   Mar 4 Sep - 23:29

Alors qu'il regarde le Sanctuaire, j'avoue avoir du mal à le regarder. Bien sûr j'avais vu de nombreuses merveilles dans ce batiment, mais ces dorures cachaient un mal insidieux et corrupteur. Je sentais tout de même du regret dans les paroles de Bénédicte. Je ne comprenais pas pourquoi de tels regret alors qu'il avait réussi à grimper au rang de Commissaire.

"Si tu avais été à ma place ? Mais tu aurais été un Grand Prêtre, réfléchi, raisonnable et organisé. Un bien meilleur religieux que je ne le suis, y a pas à dire. Et puis mon talent, à l'heure qu'il est, est considéré comme une malédiction biblique alors, je t'avoue que c'est assez relatif en ce moment mes forces et faiblesses"

Ma posture se détendait petit à petit. Parler me faisait du bien, je ne pouvais le nier. Lui parler avait toujours été un bienfait de la Déesse à mon avis. Toutefois, lorsqu'il me proposa d'aller reparler à notre père, j'hésitais. Pouvais je refaire mon entrer dans cette pièce alors que j'avais surement fait bouillir le sang de celui que j'avais renié ? Une petite grimace se fait au coin de mon oeil. La même grimace qu'un gosse qui n'a pas envie de manger son gratin de reste (très courant dans la 3eme couronne)

"Je suis pas sûr que ca soit bien pour la santé de l'ancien. Si j'entre dans cette pièce je vais encore faire monter sa tension. Ca doit être une allergie ou quelque chose du genre. Quant à ce que je porte, ca fait partie du "dérapage" dont je te parlais. Je pense que niveau timing, on va être serré"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tome 1 : Certains l'aiment froide, Episode 2 : Le passé ne se répare pas (Alexei)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4 Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Centile :: Scénario : Le Premier Centilien :: Jeu solo -