Forum officiel du JDR Centile
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Retrouvailles inopinées - Smitty Part II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Retrouvailles inopinées - Smitty Part II   Mer 12 Sep - 23:42

QUELQUES MINUTES PLUS TARD – DEVANT LE BAR LE VENGEUR – QUARTIER DE NEWBROOKE A MANHE

[Panoramique sur le bar]

Idylle naissante

Assis sur le trottoir, Dasha et Smitty se partageaient une cigarette. Aucun d’entre eux ne prenait la parole mais tous deux profitaient de la douceur du soir. Le bar allait bientôt fermer et de toute manière, exception faite de la partie avec les marins, la soirée avait été des plus calmes.

Smitty regardait pensivement Dasha tirer une latte sur la cigarette.
Une chouette fille cette Dasha, calme, pas chiante, le sourire facile et dure au mal.
Physiquement, ce n’était peut-être pas la reine de la promo mais elle était pulpeuse et ses longs cheveux noir de jais mettaient en valeur son joli minois de souris. Certes, elle s’habillait un peu de façon vulgaire, mais ça ne dérangeait pas Smitty qui ne s’était jamais attardé à ce genre de considérations.
D’autant qu’ils avaient une liaison tous les deux depuis qu’il avait quitté la taule et qu’après tant de temps passé en environnement uniquement masculin, il ne lui serait pas venu à l’esprit de faire le difficile…


[Zoom sur la cigarette]

« C’est vraiment la merde… » dit-il en reprenant la cigarette qui lui était tendue.

« Ben pourquoi ? Tu m’avais dit qu’Arkhan était ton ami… »

« On a été élevé ensemble, on a grandi ensemble et c’est là que ça merde… »

« Je ne comprends pas… Vous vous êtes quittés en mauvais termes ? »

« Non… Justement… Je préférerai devoir de l’oseille à Junio Penho, un infâme salopard soit dit en passant, que d’en devoir à un pote. D’autant qu’Arkhan a réussi et est en train de devenir un ponte dans la ville, il bosse à la Mairie.»

« Ca n’a pas de sens ce que tu dis. Si c’est à un pote, ça va. Tu risques moins de perdre un doigt ou une main, non ? »

« C’est la où ta naïveté est touchante ma douce Dasha »
répondit-il en lui caressant la joue et en repoussant une mèche rebelle derrière son oreille.

« Avec un mafieux, un usurier, on te passe de l’argent, tu te démerdes pour le rembourser avec les intérêts, mais ça n’est au final qu’une relation à usage unique.

Alors qu’avec un ami, ta relation, elle est durable, sur le long terme tu vois.
Et si tu n’arrives jamais à le rembourser, il pourrait finir par te dire de laisser tomber et dans ce cas, l’estime et le respect qu’il avait pour toi disparaîtrait.
On vit dans une société qui vénère Kaen et ses disciples, non ? Une société religieuse où la foi est importante et à tout du moins, respectée. Et bien si je fais un coup comme ça à un ami, il risque de perdre la foi qu’il a en moi.
Une putain de dette personnelle, voilà ce que ça deviendrait. Et ça, je n’en veux pas, car c’est pour les putains de perdants ! »

Un sourire carnassier apparut sur son visage avant qu’un soupir fatigué ne le fasse disparaître. L’atmosphère se détendit alors d’un coup et Smitty repassa la cigarette à son amie. Celle-ci le regarda pensivement pendant un moment avant de reprendre la parole.

« Et alors ? »

« Bah alors… c’est la merde. »



LE LENDEMAIN MATIN – PROXIMITE DE LA MAIRIE DE MANHE


Deux amis pour la vie

Un petit groupe se déplaçait d’un pas alerte vers l’entrée de la Mairie. Tout le monde en costume, des personnes affairées en train d’échanger rapidement sur les derniers scandales du Sénat et les moyens de renforcer l’influence de la Mairie auprès de ces grands pontes si difficilement accessibles.

Encore une journée à gérer les affaires courantes de Manhe et de présider en quelque sorte aux destinées de millions de personnes qui ne leur accordaient, pourtant, qu’une confiance toute relative…

Alors qu’ils s’apprêtaient à prendre l’escalier principal, le groupe d’abeilles butineuses eut l’attention captée par deux petits dés qui dévalèrent les marches et vinrent s’arrêter au pied d’un homme bossu, dans la trentaine, même si son handicap pouvait s’avérer trompeur à ce niveau, et à la barbe mordorée fournie.

Les faces visibles du haut indiquaient un six et un un…

Le bossu releva alors la tête qui était restée baissée pendant tout le trajet et prit la parole.


« Bonjour Smitty. Je vois que tu n’as pas perdu la main… »

[Zoom sur le pilier du perron]

Smitty apparut alors, avançant tranquillement de derrière un des massifs piliers de pierre du perron.

« Bonjour… Monsieur Damaranth… Me serait-il possible de solliciter un rendez-vous auprès de votre auguste personne ? » ne dissimulant que difficilement derrière un sourire l’ironie sous-jacente de sa question.

« Mais bien sûr. J’ai justement cinq minutes à vous accorder avant ma première réunion »


Puis s’adressant au groupe qui l’accompagnait.

« Je vous prie de m’excuser. Une affaire personnelle à traiter… je vous retrouverai pour la réunion sur le paquet fiscal. »

Le groupe jaugea Smitty d’un œil indécis puis emprunta les marches et disparut rapidement à l’intérieur de la Mairie. Le babillage qui l’accompagna repris de plus belle avant de diminuer progressivement en volume au fur et à mesure de l’avancée dans les entrailles du bâtiment.

Arkhan entraîna Smitty vers le parc séculaire qui leur faisait face.
Aucun des deux ne dit rien avant de se poser sur un antique banc de bois vert, témoin muet de tant de jours heureux probablement à jamais révolus.


« Pourquoi as-tu racheté ma dette ? Tu sais bien que je n’aime pas être dépendant des autres… »

« Droit au but, comme toujours, comme tes dés… Je ne m’attendais honnêtement pas à des remerciements, mais bon. Tu devrais t’estimer heureux, ça te permet de rester en vie comme ça. Et il vaut mieux que ce soit moi que quelqu’un d’autre. »

« Sauf que je ne suis pas d’accord. Je vais te rembourser au plus vite. »

« Ce n’est pas la peine, nous sommes amis depuis suffisamment longtemps pour que ce genre n’ait que peu d’importance. »

« Et c’est bien pour ça qu’il est hors de question qu’il y ait des histoires d’argent entre nous ! Tiens, prends déjà cette enveloppe. Elle contient 5 000 Nyaas. Ce n’est qu’une partie de ce que je te dois, mais le reste suivra prochainement. »
dit-il en tendant à son ami une enveloppe de papier brun gonflée.

Arkhan la regarda un instant, prenant le temps de la réflexion, puis en jetant un œil au fond duquel pointait un sourire, à son ami, fit disparaître l’enveloppe à l’intérieur de son manteau.


« Soit. Comme tu veux. Mais il serait bien que tu gagnes ton argent sans jouer. Tout le monde dans le milieu sait que tu triches et plumes les gens. Tu n’es déjà plus le bienvenu dans la quasi-totalité des salles de jeux. Range-toi. Trouve une autre activité. Je peux t’aider à te reconvertir si tu veux. »

« Mais je ne veux pas changer. Je veux montrer à tous que je suis le meilleur. Le nouveau Buck Donovan, souviens-toi…

Tu vois ces pigeons là ? »
pointant du doigt trois ou quatre pigeons qui se rapprochaient progressivement de leur banc, espérant sans doute pouvoir grappiller un peu de nourriture auprès des deux hommes.

Arkhan regarda sans mot dire dans la direction indiquée par son ami.


« Ces pigeons sont semblables à tous les gens que je rencontre quand je joue. Il ne m’aime pas et n’ont rien à faire de moi si ce n’est essayer de me soutirer quelque chose. Du pain pour les pigeons et de l’argent pour mes adversaires. »

Il sortit alors le reste d’un sandwich qui avait du lui servir de petit déjeuner peu de temps avant. Il en arracha un quignon qu’il fit voler au moyen de son pouvoir de télékinésie. Le morceau de pain se déplaça vers les pigeons qui le regardèrent l’œil méfiant, mais tout autant affamé.

Petit à petit, les pigeons se rapprochaient du morceau que Smitty faisait reculer en direction de sa propre personne. Au bout d’un court moment, un pigeon téméraire fonça vers le morceau de pain. Alors même qu’il le chopait dans son bec et s’apprêtait à reprendre son envol, Smitty l’attrapa d’un geste vif et lui rompit les cervicales.

Il commença alors à caresser tranquillement la tête du trop présomptueux oiseau.


« Tu vois. Je suis toujours bon au jeu. M’arrêter voudrait dire que je suis un perdant… »

« Un perdant, je ne pense pas. Mais contrairement à ce pigeon, un homme, vivant… et libre… »

« Ne t’inquiète pas pour ça. Il est hors de question que je retourne en prison. Tu te rends compte que j’ai perdu onze ans de ma vie ? Pendant que tu gravissais quatre à quatre les marches du pouvoir, je me morfondais dans ma cellule en pensant à cette petite fille qui n’atteindra même pas cet âge. J’ai beaucoup de temps à rattraper et je vais m’y atteler même si j’ai le monde contre moi… »


« Comme tu veux. Il faut aller de l’avant et reconstruire ta vie. On dirait qu’il ne sert à rien de te demander d’arrêter de jouer… Fais comme tu veux, mais je pense que tu as tort. »

« Peut-être. Ou peut-être pas. L’avenir nous le dira bien assez tôt de toute façon. En tout cas, je resterai qui je suis, fidèle à moi-même et assumant mes choix et mes défauts. »


Smitty se leva alors, déposa soigneusement le pigeon mort au sol et s’éloigna en direction de la sortie du parc. Il se retourna une dernière fois, s’adressant au seul homme qui le connaissait vraiment.

« Dépêche-toi, tu vas être en retard à ta réunion. Et pour l’argent… tu auras ce que je te dois encore avant la fin de la semaine… »


Puis il disparut à nouveau comme il était apparu plus tôt dans la journée, laissant son ami pensif alors que s’envolait dans un vacarme assourdissant une nuée de pigeons…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
 

Retrouvailles inopinées - Smitty Part II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Centile :: Scénario : Le Premier Centilien :: Nouvelles :: Nouvelles d'Arkhan -