Forum officiel du JDR Centile
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 A jamais complice - Smitty Part IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: A jamais complice - Smitty Part IV   Mar 22 Jan - 19:56


APPARTEMENT DE DASHA - QUARTIER DE NEWBROOKE A MANHE


Ti da di da di da, di da di da di… di da !

Smitty se réveilla avec une saloperie de mal de crâne et cette putain de mélodie obsédante. Il l’entendait dans la phase étrange qui sépare le sommeil léger du réveil et elle trottait dans sa tête depuis des années maintenant. Il venait à nouveau de voir le visage de la fille de l’accident. Elle lui chuchotait à nouveau à l’oreille mais là il avait l’impression qu’il était dans la voiture…
Pourquoi diable sa vie avait elle basculée ce jour là ! Si ça se trouve, c’était à cause des murmures de cette fille qu’il avait perdu le contrôle du véhicule à l’époque… La garce, elle méritait d’être morte si c’était ça !

Sortant du lit en maugréant, il n’aimait pas ressasser le passé et ses cauchemars récurrents le tourmentaient de plus en plus régulièrement ces derniers temps. Sans doute le fait d’être sorti de prison, d’avoir retrouvé Manhe en dehors de la prison et d’avoir revu Arkhan avait joué sur son inconscient.

Dans la cuisine du petit appartement, Dasha était en train de boire son café matinal en lisant le journal. Quand il arriva, elle vint se coller à lui, manquant presque de les faire tomber à la renverse avec la fougue qui était sienne.

« Tu as vu les journaux ? Il ne parle que d’hier… de ce qu’ils appellent déjà la Tuerie du Vengeur ! »

« Vu le nombre de victimes ce n’est pas étonnant… Ils auraient pu l’appeler le carnage ou le massacre d’ailleurs. »

« Tu trouves ça drôle ? C’est horrible et tu étais impliqué… »

« Oui mais je n’ai tiré sur personne ! »

Il alluma machinalement le poste de télévision et zappa sur la première chaine d’information en continu.

« Tuerie du Vengeur. Un massacre inhumain dans un bar de Manhe. Plus de vingt victimes. Le BII semblerait s’orienter vers deux pistes, un règlement de compte au vu de la mauvais réputation de l’établissement et de son tenancier ou bien un contrat passé contre le fils aîné de la famille Von Patel qui… »

Smitty laissa tomber la télécommande ce qui eut pour effet d’éteindre la télévision.

« Le fils Von Patel ? Je suis dans la merde… Evidemment, il fallait que ça tombe sur l’héritier de la plus grosse fortune de Dénéo ! Bordel… »

Dasha récupéra la télécommande et ralluma le poste.

« …ait de nouvelles informations. La caméra de surveillance aurait filmé un suspect armé s’enfuyant du bar après la fusillade. Le BII enquête et à ce… »

Ce fut Dasha qui, cette fois coupa court aux nouvelles du matin.

« Le BII m’a appelé, il souhaite me voir au poste dans une demi-heure. Je leur dirai que tu n’étais pas là, ils ne sauront rien mon amour ! »

« Non… surtout pas. Si tu dis ça et qu’on peut me reconnaître sur la vidéo, tu tomberas comme complice. Dis-leur plutôt que j’étais là et que j’avais prévu de partir tôt s’ils t’interrogent à mon sujet. »

Ils passèrent les cinq minutes suivantes dans les bras l’un de l’autre, Smitty caressant les cheveux de cette femme qui l’aimait si entièrement et de manière si désintéressée, pour changer…

Deux rudes coups à la porte de l’appartement vinrent les expulser de l’îlot de tranquillité dans lequel ils se trouvaient.

« BII. Ouvrez-nous Madame Kustunova ! »

Smitty enfila rapidement ses vêtements et partit se cacher dans l’escalier de service pendant que Dasha ouvrait la porte.
Il avait froid, mais s’en souciait peu. Ce qui le dérangeait est qu’il n’arrivait pas entendre distinctement les discussions qui se déroulaient à l’intérieur.


« … enregistrement. Il est passé ? »

Tout cela n’augurait rien de bon… Il se rapprocha alors de la fenêtre afin d’en entendre plus.

« … savons que vous sortez avec lui. Dîtes-nous où il est ou on vous embarque… »

Dasha ne le trahirait pas. Il le savait. Par contre, il ne voulait pas lui causer de torts et franchit la fenêtre pour revenir à l’intérieur.
Il tomba nez-à-nez avec un inspecteur maigre à la silhouette osseuse et aux traits anguleux qui le regarda un instant l’air interdit.


« Je vais tout vous expliquer Messieurs, la dame n’a rien à voir là-dedans. C’est un sombre malentendu… »
alors qu’il cherchait une cigarette dans la poche intérieure de sa veste.

Mauvais choix. Mauvais geste.

Le second inspecteur crut qu’il allait sortir son arme et arma la sienne afin de couper court à tout danger.
Smitty, comme dans un rêve, fit un mouvement du bras qui dévia, alors qu’il était à trois bons mètres pourtant, le bras de cet impulsif tireur.
Ses pouvoirs venaient probablement de lui sauver la vie !

Malheureusement, car rien n’était simple dans la vie de Smitty, la balle qu’il aurait dû prendre dans le torse partit dans la tête de l’inspecteur squelettique qui s’écroula, l’air incrédule, sous les hurlements hystériques d’une Dasha en larmes.
Smitty fit alors tomber la bibliothèque sur l’inspecteur hébété qui venait d’abattre son compagnon et sauta par la fenêtre dévaler quatre à quatre les marches de l’escalier de service.

Il ne prêta pas attention aux cris de Dasha qui le réclamait à grands cris. Il fallait qu’il parte. Sans elle. Sa vie serait en danger à ses côtés et il lui avait causé suffisamment de torts…

Il disparut au coin d’une ruelle alors qu’au loin on entendait les sirènes des véhicules du BII qui se rapprochaient…



QUARTIER DE L’ORPHELINAT VK7 – BANLIEUE DE MANHE


Ti da di da di da, di da di da di… di da !

Smitty avait passé les deux derniers jours en planque sans prendre, ni donner de nouvelles à personne. Il s’était débarrassé de son com’unix, avait enfilé des hardes repoussantes et entrepris de se faire passer pour un des miséreux qui écumaient le quartier.

Il était toujours recherché et très activement car on lui collait en plus la mort de l’inspecteur sur le dos. Sa solitude forcée et le fait d’être traqué l’épuisait nerveusement alors même qu’il ne s’était coupé du monde que depuis deux courtes journées…

C’est alors qu’il avait eu une inspiration. Arkhan pourrait le sortir de là !
Arkhan était toujours rempli d’idées ingénieuses pour sortir d’inextricables situations. Il l’aiderait, c’est sûr !

Le lendemain, Arkhan découvrit ainsi sur son bureau une missive signée d’un dénommé Buck Donovan et le priant de venir le retrouver là où fleurissaient les mauvaises herbes aux premières lueurs vespérales…

Smitty était convaincu que son ami comprendrait le message et il avait raison car à 18h00 précises, son ami arriva à l’orphelinat abandonné où ils avaient tous deux grandi.

Sa démarche assurée n’était contrebalancée que par la difformité évidente que sa condition de bossu entrainait.

Quand il vit Smitty, il retira rapidement son pardessus et vint serrer son plus ancien ami dans ses bras.


« Décidément, tu ne changeras jamais toi. Toujours dans les coups les plus fumeux… »

« Les choses vont trop vite à certains moments mais on ne peut pas non plus dire que c’est entièrement de ma faute… »


Arkhan jeta un coup d’œil rapide à l’endroit où il avait grandi avant de fixer Smitty.


« Ici non plus ça n’a pas beaucoup changé, même si l’état de délabrement ambiant rappelle étrangement l’état actuel de ta vie…»

« Justement. A ce titre, j’ai besoin de ton aide. Je ne sais plus quoi faire là. Et rester ici n’est définitivement pas une option… Quoique j’ai retrouvé certaines de nos vieilles BDs ! »

Les deux amis rirent de bon cœur, heureux de cette complicité retrouvée.

Arkhan reprit alors son air sérieux et posa sa main sur l’épaule de Smitty.


« Il faut que tu te rendes. Il n’y a pas d’autres possibilités. Tu ne peux rester dans ces conditions toute ta vie. Tu mérites mieux que ça et… continuer comme ça serait pire que la prison !

J’ai déjà tout prévu. Tu as le meilleur avocat de Manhe qui a déjà commencé à travailler sur ton dossier. Des détectives privés sont prêts à interroger tout le monde pour te disculper au sujet de la mort du petit Patel et j’ai des moyens de faire revenir l’inspecteur Delaney sur son témoignage quant à la mort de son collègue.

Tu vois, j’ai tout réglé cette fois afin de te permettre de rebondir. »


Smitty sentit pendant le discours d’Arkhan un fort sentiment de confiance et de reconnaissance envelopper son corps et c’est avec aplomb qu’il approuva d’un signe de tête au plan de son ami.
Tous les doutes qu’il aurait pu avoir au début des explications avaient subitement disparu et il avait retrouvé une grande sérénité d’esprit.
Même la mention du « cette fois » ne l’avait pas perturbé comme cela aurait du…


« Ti da di da di da, di da di da di… »

Alors qu’ils avançaient tranquillement vers la sortie, Arkhan s’arrêta brutalement et, sans se retourner, s’adressa à son ami.

« Je déteste cette musique bon sang et il n’y a que toi pour la mettre… »

Smitty s’arrêta à son tour et fut transporté douze années en arrière… alors qu’il venait d’entrer dans la voiture et avait trouvé sur la radio cette fameuse chanson des Nephta Boys qu’Arkhan abhorrait tant, son compère lui avait sorti la même remarque.
Cette remarque même qui lui permettait de retrouver la mémoire en cet instant précis !
Lui vint alors le souvenir de la femme, Julia, installée derrière lui et qui lui chuchotait à l’oreille qu’elle apprécierait de se déhancher pour lui sur cette chanson.
Mais le point important n’était pas ce qu’elle disait, mais où elle le lui disait.
Dans l’oreille gauche… ce qui voulait dire… qu’il était installé sur le siège passager ! Et non sur le conducteur pour lequel il avait passé tout sa vie d’adulte en prison…


« Enfoiré… Saloperie d’enfoiré… tu m’as piégé à l’époque et tu veux me piéger maintenant… C’est toi qui conduisait et tu as inversé nos positions dans la voiture avant l’arrivée du BII ! »

Arkhan restait impassible mais l’atmosphère tendue de la pièce montrait bien qu’il était impacté par les vérités qui venaient d’être dites.

Il se rapprocha sans mot dire de son ami qui fulminait et, le prenant dans ses bras, appuya sur la détente de son petit pistolet de poche.


« Je suis désolé mais je ne pouvais pas mettre de côté mes rêves de réussite. Tu as toujours été plus résistant que moi et je savais que tu survivrais à la prison. Moi ? Je n’aurai pas pu… »


Accompagnant le corps de Smitty qui s’affaissait, il le serra fort contre lui.


« Tu as toujours été mon meilleur ami, je suis désolé… vraiment désolé… »

Puis, alors que la vie quittait son ami de toujours, il se laissa aller à son chagrin en pleurant à chaudes larmes.
Il déposa ensuite avec respect et affection le corps de Smitty et sortit de l’orphelinat s’adresser aux membres du BII qui attendaient dehors.
Il leur raconta le suicide d’un Smitty qui ne voulait pas prendre le risque de retourner en prison et avait préféré couper court à ses souffrances.
Le BII accepta cette histoire sans broncher car elle l’arrangeait à plus d’un titre.

Arkhan était brisé intérieurement car tout ce qu’il avait raconté à Smitty était vrai et il aurait tout fait pour lui éviter la prison…
Mais le destin était décidément injuste pour ceux qui croisaient sa vie…

Et c’est avec le souvenir d’un ami rieur qui se prenait pour un super héros qu’Arkhan retourna vers le douloureux chemin qu'il avait choisi d'emprunter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
 

A jamais complice - Smitty Part IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Centile :: Scénario : Le Premier Centilien :: Nouvelles :: Nouvelles d'Arkhan -