Forum officiel du JDR Centile
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 La Grande Evasion - Partie 5 : Feeling Good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: La Grande Evasion - Partie 5 : Feeling Good   Jeu 28 Fév - 1:24

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

La neige tombait encore, une chose tellement courant à Xi'Or mais pour moi, cela me rappelait la première fois que je l'ai vue tomber quand j'étais gosse il y a fort longtemps. Quand on pense que les jeunes du Centre ne sont plus surpris par rien alors que la beauté du monde est devant chez eux parfois. Assis, les yeux au ciel, on oublie vite le monde, bercé par ces étoiles blanches dansant au dessus de nous. Une pluie d'étoile, inverse de celle prédit dans les livres de l'apocalypse. Une pluie d'étoile qui nous apaise, presque comme si elles descendaient de la voute céleste pour venir vous réconforter dans votre désarroi. Même leur atterrissage sur la peau nue du visage, leur froid mordant doucement, ne sont que délices, un peu comme les chiens mordillant la main de son maitre pour jouer. Et c'est dans ce silence hivernal, au milieu de cette foret, sous la lune pleine filtrant entre les nuages que je vois ce paysage. Plus rien n'a d'importance. Pas même le sang qui s'échappe de mon ventre, ou celui que je sens dans ma gorge. Pas même les cadavres autour de moi ne semble me déranger. Je ne les vois pas tous mais je vois parfaitement les yeux de la soldates, fixe. Même comme cela, elle est magnifique. Peut être est ce dû à mon séjour plus que prolongé dans l'univers carcérale ou bien le décor magique dans lequel nous nous trouvons. Mais malgré le fait que je la sais morte, malgré ce pieux de glace dans sa poitrine et malgré sa peau devenu diaphane sous l'effet du froid, je n'arrive pas à la trouver repoussante.

Quand je pense que mon plan était parfait. Quand je pense que personne ne se doutait de ma présence jusqu'à présent. Tel un joueur d'échec, j'avais manipulé tout le monde en leur donnant les informations dont ils avaient besoin pour fuir. Je les avais observé et leur avait presque tenu la main pendant la mise en place de ce plan. Personne ne se serait jamais douté de mon intervention. J'avais tout prévu, j'avais tout vu à l'avance, j'avais prévu chacune de leur réaction comme je l'avais toujours fait et me voilà assis dans la neige en train de me vider de mon sang, tué comme une sous merde dans un bois alors que j'avais réussi l'impossible, sortir du camps de Xi'Or, sans que personne ne se doute de mon évasion. Mais j'y pense, il est vrai que je ne me suis pas présenté cher spectateur. Je sais que vous voyez mon visage tuméfié et mon matricule 187 sur mon coeur. Mais qui se cache derrière ce masque ? Le nom de 187 était encore un mystère à cause des souvenirs un peu flou et de la violence du traumatisme que peu provoquer une révolte dans une prison. J'espérais vous narrer tout ma vie mais à cet instant, à l'instant où celle ci semble toucher à sa fin, le temps me manquerai, le timing n'est vraiment pas mon fort apparemment. De plus, je ne peux pas m'empêcher de penser que tout mon plan était tellement bien huilé ... mais un engrenage a été grippé, où quelque chose dans le genre. Tout ce que je dis n'a pas forcément beaucoup de sens pour vous, j'en conviens. Votre esprit n'est pas prêt pour entendre tout mon cheminement intellectuel alors je me permets de synthétiser pour vous raconter ma chute. Laissez moi vous raconter comment j'ai failli mourir...

******

[[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]] Où on étions nous ? Ah oui à ce moment où 187 était en train de se demander quand il allait passer à l'action. Il avait toute la vision qu'il avait besoin d'avoir. Tout dans la pièce était à lui. L'étrange détenu avec son sceptre était en train de tracer un portail. Leur discussion avait bien duré et déjà le dernier cercle était en train de s'écrire sur le sol, sous les regard concentré des détenus. Le Timing allait être serré mais le pouls de 187 montrait son impatience. Je le sentais. Et comme je le sentais, l'espèce de détenu sadique et totalement détraqué qu'était 001 était sa cible. Cette rage, cette colère envers sa personne, il se mit à la sentir alors que son esprit, lui ne lachait pas des yeux le pauvre gardien : PJ. Des fois les choses ne vont vraiment pas comme on le voudrait.

[Travelling rotatif autour du visage de 001, affichant son regard prédateur fixé sur PJ] Alors que 001 avait joué au chat et à la souris avec le surveillant pénitentiaire et qu'il s'apprêtait à en terminer avec sa vie d'une manière violente et monstrueuse, il était tombé sur 411, 222, 124 et 365. Mais cette déception, je l'avais prévu ... lui non mais moi oui hahaha ... Pauvre petite chose psychopathe qui du faire preuve de patience ... Quoi ca vous étonne que ca m'amuse ? On ne peut pas se targuer d'avoir un tel recul en général, je le conçois. Cependant, tout me semblait être une partie d'échec depuis que j'avais appris à me "splitter". Chaque entité n'est qu'une pièce à que l'on peut déplacer pour peu qu'on la connaisse un peu et qu'on la comprend, qu'on découvre les gâchettes à utiliser. Quoique c'est une partie d'échec tronquée parce que à celle ci on peut choisir nos pièces.

[Travelling rotatif autour du visage de 411, son visage concentré et ses dents rongeant les ongles d'un pouce] Le détenu 411 était un roi de l'évasion qui m'avait tapé dans l'oeil. Ancien voleur, cela faisait des années qu'il était dans ces murs grâce à moi, où plutot à une de mes manipulation. Il était le premier de mes agents dans ce lieu. Un profil de rusé roublard. Lorsque je suis tombé sur lui ... ou plutot lorsqu'une partie de moi lui est tombé dessus, il était en train de dévaliser un coffre d'un des gros bonnet de Hyt sans outils. Il utilisait simplement son don pour transformer les portes blindées en passoire. Une très bonne acquisition en tout cas. Mais ce qui m'intéressait le plus, c'était sa capacité à faire des plans, capacité que ma présence dans sa tête a exacerbé je pense. Sans lui, pas de coordination et pas d'action combinée ce qui signifiait pas de victoire, il était donc mon roi dans cette partie d'échec, un roi de l'évasion. Appelons le donc King plutot que 411, c'est tellement plus commode.

[Travelling rotatif autour du visage de Ice, de son attitude impassible mais dont le regard scrute 001] Ma reine était cette bien heureuse Ice. Glaciale, elle était une meneuse d'homme hors du commun mais surtout une personne qui ne rechignait pas à aller à la bataille. Tout les moyens à sa dispositions se devaient d'être utilisés et peu importait la direction morale qu'elle prenait du moment qu'elle accomplissait sa mission. Mortelle aussi bien de près que de loin, elle était notre atout offensif. Je l'avais trouvé il y a de cela quelques années lors d'une affaire d'assassinat dans l'armée de Miguel Trey. Lorsque j'avais du attraper le meurtrier, j'avais été content d'avoir eu l'aide de la glaciale soldate et de son talent incommensurable à réduire ses opposants en tas de corps froids et inertes. J'avais eu un très bon contact avec elle. Tellement bon contact, qu'une partie de moi fut aussi incrustée en elle, lui donnant l'impulsion et l'envie d'aider ce groupe de fuyard sans même qu'elle ne s'en rende compte. Ice est déjà un surnom, mais les autres ont été renommé alors elle aussi. Nous l'appellerons donc Queen.

[Travelling rotatif autour du visage enfantin de 124 et ses jointures blanchie à cause de serrer son fusil] Pour ce qui est du cavalier j'avais trouvé dans cette prison ce qu'il me fallait, c'était 124. Une jeune fille pleine de talent, il fallait l'avouer. J'avais eu l'occasion de lire son dossier juste avant de me lancer dans l'opération et de m'infiltrer. Mac Pherson avait été sacrément salaud de ne pas la couvrir pour le Meurtre de Mike Stranon, agent du HCC de sa fonction. Certes le HCC était un gros poisson, mais avoir une soldat capable de traverser les murs et de se rendre invisible c'était une chose qu'on ne trouvait pas à tout les coins de rues. Mais je n'allais pas m'en plaindre. Ce fut tellement facile de lui "injecter" une de mes graines que je devrais avoir honte. Il m'a suffit de me faire passer pour un intermédiaire avec le reste de son équipe et le tour était joué. Une partie de mon esprit se logea en elle la transformant en une pièce que je pouvais influer petit à petit. Voler des objets, préparer l'équipe, prendre l'adversaire par le flanc, c'était son job et elle l'avait fait avec brio, appelons la Knight.

[Travelling rotatif autour du visage de racaille de 222, ses yeux hagard, sa sueur perlant et ses bleus sur la tronche] Le role de la Tour fut donné à 222, un prisonnier du bloc 5. Certes, on le considéré comme moins puissant parce qu'il était loin d'avoir le pouvoir de destruction de ses collègues. Toutefois, son talent pour faire rebondir les balles sur un champs de force le rendait au combien nécessaire dans cette mission. Il avait aussi le pouvoir alléchant d'annuler la magie, ce qui l'avait conduit à tabasser des prêtres du Cultes légèrement trop imbus de leur personne dans une rixe. Les encapuchonnés avaient eu la mauvaise surprise de sentir leur pouvoir s'évanouir juste avant que le gamin nerveux qui les attaquait avec un couvercle de poubelle. On se méfie jamais assez des gamins des quartiers un peu chaud de Deneo 6. Son impulsivité était son plus grand défaut, mais ca le rendait au combien manipulable par mon esprit. Il suffisait de relacher un peu la bride et il attrape n'importe quoi pour éclater la tête de celui menace. C'est assez marrant d'ailleurs. Une pensée simple, un role défensif simple, une tour parfaite, appelons le Tower.

[Travelling rotatif autour du visage de 365, les yeux fixant le sol dans une concentration olympienne] Le dernier détenu, et la dernière pièce, était un ancien prêtre dont le coeur se faisait sauver et ronger par la vengeance, c'est lui qui était en train de dessiner le portail dans le sol. Son esprit était plus fort que les autres et tenter de l'influencer était bien trop dangereux après avoir splitter mon esprit. J'ai néanmoins parcouru le sien avant de l'inclure dans mon plan. Il faut avouer que c'est sa présence était nécessaire pour mon plan. 2 années à le façonner et à le protéger en usant de mes différents agents. Il était puissant, certes, je dois l'avouer mais sa véritable utilité était ses portails. Autre raison pour laquelle je ne pouvais me permettre d'infiltrer sa psyché était que la dernière fois que j'avais utilisé un prêtre renégat dans une opération de ce genre, il était devenu fou et n'avait pas résisté jusqu'à la zone de saut. Putain de Miriate, ils en avaient mis de partout sauf dans la salle où nous nous trouvions. C'était le seul endroit où l'on pouvait fuir sans risquer de terminer en chair à saucisse. Ce que j'allais en faire après ? Je n'en savais rien, il était mon Prêtre alors appelons le Bishop.

[Flashback de la scène d'évasion et de la mort de 729] Les pièces étant distribuée, résumons le plan. Mes pièces se sont occupées des principaux systèmes défensifs de la prison, mais ont aussi pacifié la prison. Pour cela King, Bishop, Knight et 729 qui était un Spawn, devaient ruiner deux éléments. Le premier était de mettre en branle le réseaux électrique. Bishop et Spawn attaquèrent en diagonale, perçant un mur et court-circuitant le générateur principale. King et Knight s'occupèrent du générateur auxiliaire, placé non loin du bloc 6 (au cas où l'attaque viendrait de la surface). Le courant coupé dans toute la prison, les gardiens perdaient leur cohésion et l'ordinateur centrale verrouillait les blocs. Mais c'était un verrouillage basique, qui permettait à un 42-3 assez doué de les percer. Les cellules devenaient de simples cellules avec des verrouillages purement apparent. Tout le monde se libérait et le chaos commençait.

[Flashback de la révolte du bloc 4 et focus sur 187] Pendant ce temps, dans le bloc 4, le chaos était à son comble. Les gardiens, pris de paniques, avaient fait une descente dans le bloc 3 ce qui avait transformé celui du dessous en un bastion. Dans ce bordel, 187 attendait la faille. Du moins pas le 187 que je suis actuellement, disons que c'était une version allégée de moi. Lui aussi était légèrement manipulé. Pièce et joueur à la fois, je l'appelais Player. C'était lui le véritable enjeu de cette évasion. Pour le faire tenir, je lui avais tout retiré, je lui avais retiré la colère pour ne pas qu'elle le ronge. Je lui avais modifié son passé pour que les hommes du HCC ne puisse pas détecter ma manoeuvre. Je lui avais retiré l'amour pour que le désespoir ne le tue pas. Il était vide, un vide très pesant pour lui. Je le sais maintenant, mes sécurités lui pesait, il ne savait pas encore ce qu'il devait faire, mais il savait une chose. Il devait atteindre un but qui le travaillait tout les soirs. Il avait un visage en tête, il avait une cible. Une personne à trouver. Bishop était sa cible. Il était son point de sortie.

[Travelling latéral lent entrant dans la zone Ultima] Suivant sa mission, il les trouva dans la seule zone d'évasion, la seule zone où le vrai but de sa mission pouvait être atteint. Les données de cette zone était primordiales, c'était elles qui transformaient mon évasion en gros coup de pieds dans les couilles de ceux qui m'avaient envoyé ici. Tout le monde sait que les Camps sont affreux, mais cela reste accepté. Tout le monde sait que les condition d'enfermement sont à la limite de l'acceptable, mais les gens s'en foutent. Par contre, prouver que les gérants utilise les détenus pour des tests pharmaceutiques loin de toutes régulation et législation, ça c'est une bombe que j'aime avoir entre les mains. La curiosité de 187, ma curiosité naturelle en somme, avait fait son affaire. Le Smart Data Computer avait en lui toutes les données sur les projets de cette prison, de la première version améliorée du Space Ball à la dernière version de la Souche de domination N'Dour avec image et vidéo de dissection en cadeau.

[Travelling rotatif autour du visage de 187, planqué derrière la table d'opération, un regard déterminé pointé vers l'assemblée] Et il était là, caché derrière la table d'opération, prêt à attaquer ceux qui sont là pour l'aider normalement. C'était un léger effet secondaire du à la manipulation psychique. Difficile pour lui de comprendre qu'il devait collaborer avec eux alors qu'ils ne s'étaient jamais rencontré. C'était, en un sens, le premier effet que je n'avais pas prévu. J'avais beau appris à roder mon pouvoir, je n'avais jamais tenté de forcer une rencontre de 5 graines de mon esprit avec si peu de lien. Ce fut aussi un certain défi de ne leur induire de ne pas tuer le pauvre PJ, dont j'avais prévu la fuite du bloc 7. Ses empreintes étaient nécessaires pour déverrouiller les systèmes de sécurités primaires de la zone Ultima. Ce que je n'avais pas imaginé c'était que 001 soit de la fête, suivant sa proie comme un limier attiré par le sang de son futur repas. Mais la protection du gardien était assurée jusqu'à présent. Mais plus le temps passait plus l'envie de sang de 001 grandissait et plus elle mettait en péril le groupe. Certes PJ n'était plus nécessaire à ma mission, mais le fait est que les graines le protégeaient tout de même. Un dérapage de 001 et c'était tout le plan qui tombait à l'eau. Cependant contre toute attente, dernier effet Kiss Cool, ce n'est pas 001 qui déclencha le chaos. Ce qui le déclencha c'est lui ...

[Caméra sur le profil gauche de 187, mise au point sur l'entrée de la Zone Ultima et la silhouette] Une détonation, une balle fusa droit dans le ventre de 187, le projetant hors de sa cachette. King, Queen et Knight se retourne subitement pour apercevoir plusieurs silhouette débouler de l'entrée en hurlant, les yeux injecté de sang comme dans ces films dingues avec des zombies. La poudre et le plasma parlent alors que nous entrions dans les derniers instants de l'écriture du Portail de Sceau. Queen fait une balle un mort, parfois plus en tirant dans la masse. King fait apparaitre des épieux du sol pour que les enragés s'écrasent dessus. Tower, génère un champs de force. Et pourtant la marée semble inarrêtable les forçent à aller au corps à corps. De son coté 187, est épargné par les suicidaires sanguinaire. Ils passent à coté de lui comme s'ils ne le voyait pas. Mais ce n'était pas cela. Cette marée s'écartait devant un homme armé d'un fusil. Ses mains étaient ensanglantée à cause d'une balle qu'il avait reçu au niveau de l'épaule. C'était l'autre sniper maboule. 187 blessé, tentait de rampait pour aller récupérer son arme qu'il avait laché à cause du choc.

[Plan sur l'arrière de la tête du sniper, mise au point plongeante sur 187] Une trainée de sang suit 187 qui continue de se trainer alors que la marée se fait encore un peu maintenir à distance, les balles ont cessé de fuser et ce sont les os qui craquent et les chairs qui se déchirent. Mais ce chaos n'est pas ce qu'on peut pas important. 187 se retrouve bloqué par terminal chirurgical. Dans un ultime effort, il se retourne pour voir le sniper en face à face. Celui ci, avec un sourire rageur et une mine de cinglée, place son fusil sur son épaule blessée. Le canon de l'arme est pointé sur sa futur victime. Son sourire se crispe un instant avant de reprendre la normal.


"Tu m'as fait saigner petite merde. J'ai peut être plus la forme mais à cette distance, je te louperai pas. Attend le flash, le petit oiseau va sortir"

L'instant est extatique pour lui, tenant sa proie entre ses filets. La sueur sur son front affiche une douleur aussi bien physique que psychologique alors que son doigt glissant se pose sur la gachette.

"Un dernier mot ?" offrit il à 187

"Oui ... à cette distance ... moi non plus je te louperai pas"

Un sourire s'afficha sur le visage tuméfié de 187 alors que sa main gauche cliquait sur son com'unix. Subitement, le laser chirurgical du plafond se déploya comme les serres d'une mante religieuse pour fondre droit sur sniper qui se crispa une dernière fois. Figé, son regard devint vide alors que sa main droite lachait son fusil et que la gauche passait derrière sa tête touchant la profonde incision qu'il venait de recevoir au niveau de son crane. C'est que ca coupe profond ces trucs. Le psychopathe tomba sur ses genoux avant de s'écraser sur la vitre d'un tube de conservation, y laissant une belle trace de sang avant de finir sur le sol. Privé de leur chef, le chaos des zombies se calmait, il fallait en profiter. Activant alors toutes les commandes de la pièce via son com'unix, les lasers s'activèrent, le système anti-incendie projetèrent de la fumée et les robots de manipulation assommèrent ceux qui passaient à leur portée. Le portail s'illuminait, c'était le moment où jamais. Foncant dans la mêlée devenu éparse, 187 remarquait tout le groupe, foncant vers la sortie que venait de faire Bishop. Les pétales de feu apparaissaient à peine quand ma version allégée plongea dans le cercle. La dernière chose qu'il vit à cet instant, fut la pièce remplie des enragées totalement hors de controles, ravageant la pièce, voir eux même. Foutue souche N'Dour ...

Alors que nous subissions la dématérialisation, mes graines psychiques revinrent vers mon corps naturel ce qui provoqua un blackout dont j'ignore la durée. Mes souvenirs après le jet lag sont très flous. Tous me regardent, me jaugent, se demandent s'ils devaient me tuer, si j'étais un enragé, mais au fond d'eux ils savaient que ce n'était pas le cas. Puis un cri, celui de PJ alors que 001, libre, s'amusait à congeler le sang et les membres du gardien de prison. Cet enfoiré n'avait pas perdu de temps. Je me rappelle des cris. Je me rappelle des coups de feu de Queen alors qu'elle tombait à coté de moi, un pieu de glace dans le corps. Je me souviens de sa main tentant de lever son arme alors que les forces de son corps l'abandonnait. La nuit d'hiver avait son silence majestueux troublé par les cris de douleur de King qui se retrouvait face à un ennemi trop imposant pour lui. 001 était une bête, la magie lui répondait avec une agilité étonnante et surtout une précision chirurgicale. Tous tombèrent alors que le Dieu de l'Hiver nous apparaissait. Au milieu de la neige nous n'avions aucune chance. Le seul qui eut une chance fut Bishop qui, dans un acte désespéré, projeta toute la neige accumulée au loin. Ce n'était que gagner du temps, mais ce temps fut suffisant pour que je lui lance la boite de balle étrange que j'avais dans ma poche.

N'écoutant que son instinct, et de la dernière possibilité qui lui restait, Bishop usa de sa télékinésie pour envoyer les projectiles droits dans le corps de cet enfoiré. Les têtes vitreuses se libérèrent dans le corps de 001. Le prenant de court, 001 encaissa tant bien que mal mais ses blessures se régénéraient bien vite. Peu importait car, le liquide était déjà dans la peau et dans son système sanguine. Pris de soubresauts, il se rendit compte que ses pouvoirs s'éteignaient et que sa concentration s'effacait pour le faire glisser dans les ténèbres. Il n'était pas mort, à cause des munitions spéciale tout du moins, mais plutot à cause du chargeur que Queen Ice lui logea dans le corps, ultime action d'une femme que rien ne pouvait arrêter. J'avais sacrifié mes pièces et de tous il ne restait que le Bishop. Il s'approcha de moi mais, ne me connaissant pas, et à court de temps, il se posa surement la question de m'aider ou pas. Une question simple mais dont la réponse était tellement difficile à répondre. Du moins quand deux soldats s'approchent à toutes bersingues, attirés par le remue ménage ... Détectant leur psyché, au loin, Bishop s'enfuit à toute jambe ... du moins, je crois.

******

Et voilà mon histoire ... Les pas des soldats dans la neige sont en train de se rapprocher alors que ne sens plus le bas de mon corps. Je profite de mes derniers instants alors que les reflets de la lumière du soir se réfléchissent sur les armures des deux hommes. Il s'approche et remarque alors les corps dans la neige, le sang et la destruction. Arme au poing, ils remarquent une des leurs qui est tombée. Ils s'approchent de moi, seul entité qui semble produire de la buée devant ma bouche. Je les regarde alors que mon visage est pale à cause du sang perdu. Le froid m'empêche de trop saigner mais mes sens commencent à sombrer et ma vision se trouble. Toutefois, mon visage affiche un petit sourire en coin et je pouffe doucement un petit rire. Ils ne comprennent pas alors que je regarde les visières teinté de ces hommes. Ils ne comprennent pas, ils ne peuvent pas comprendre de toutes manières. Ils pointent leur armes sur moi alors que je rigole comme lors d'une bonne blague. Devant mes yeux, je voyais tout les plan que j'avais fait, toutes les astuces que j'avais utilisé toutes les prédictions que j'avais fait. Je ne m'étais jamais trompé. Mes sentiments, mon corps, mon esprit, tout était une mécanique, une horlogerie parfaitement huilée que je pensais en mon controle total. Je le pensais, et pourtant, même si j'avais eu des centaines d'années devant moi, je n'aurais jamais pu prévoir une telle chose. Jamais ma prédiction des tempéraments n'avait pu être aussi fausse. Adieu le monde, adieu ma vengeance, adieu Dominique ... honnêtement, après avoir traversé tout cela, après toute cette fatigue, il était temps que cela s'arrête

[Plan sur la foret au loin, deux flash apparaissent au milieu de l'obscurité permettant alors au silence de reprendre sa place en ce lieu]

...



...



...



...



Epilogue

Vous vous souvenez, ce que je vous ai dit tout à l'heure ? Je vous ai raconté comment j'ai FAILLI mourir.

Combien de temps suis je resté inconscient, je ne le savais. Sortant de ma torpeur, je me découvrais allongé, à coté d'un feu. Un vieil homme de Xi'Or me tenait compagnie et me passait régulièrement des linges imbibés d'eau fraiche sur le front. A mon ventre, j'étais recousu avec les moyens du bord. On me nourrissait comme un enfant alors que mon corps était d'une faiblesse improbable. Je ne sentais plus aucune hostilité autour de moi, j'étais en sécurité. Faible mais en sécurité. Le vieil homme me donna alors une lettre que m'avait écrit mon sauveur. Je l'ouvris pour découvrir ce que pouvait me vouloir ce prêtre. Quand je la lus, j'eus alors l'impression d'avoir vécu ses mots

[Travelling arrière du visage de 187 pour montrer les deux soldats morts, tombés chacun de leur coté]

Usant de sa télékinésie, Bishop avait retourné les armes de mes poursuivant les uns contre les autres. Il était alors atterrit devant moi. Fouillant les corps, il sortit un kit de survie qu'il utilisa pour fermer ma plaie et m'empêcher de passer l'arme à gauche. Il me retira ma tenue pour me faire enfiler l'une des combinaisons des deux corps avant de faire de même. Il alla voir le corps de la pauvre Ice. Dans son dos, se trouvait l'instrument de notre disparition. Il ne fallut pas grand chose pour activé le kit de démolition qu'elle transportait avant que 365 ne nous fasse partir par les airs. L'explosion brulant tout les corps, on prendra surement les corps des soldats pour les notre le temps que nous disparaissions.

Je placais la lettre sur mon ventre alors que je souriais face au destin. Moi qui avait toujours réussi à prévoir comment les autres réagiraient, j'avais échoué pour finalement être sauvé par un sursaut d'altruisme de la part d'une personne chez qui je n'avais senti que vengeance et rétribution. Je dois perdre la main
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
 

La Grande Evasion - Partie 5 : Feeling Good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Centile :: Scénario : Le Premier Centilien :: Nouvelles :: Nouvelles d'Alexei -