Forum officiel du JDR Centile
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 The Centile Awards 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur Message
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: The Centile Awards 2013   Mer 1 Jan - 21:19

Centiliens !

Comme annoncé, il est l'heure de la cérémonie de Centile Awards 2013.

Le principe est le même : récompenser les joueurs pour les scènes jouées en 2013. Les catégories sont donc :

Le Prix Kaen (la meilleure scène)

Le Prix Jialle
(le plus gros coup de pute)

Le Prix Marmin (la scène où le joueur a vraiment eu des grosses c******)

Le Prix Galu
(la scène la plus créative / j'y aurais pas pensé)

Le Prix Horini
(la scène la plus touchante)

Le Prix Arken
(la scène la plus barrée / la "mauvaise" idée Smile)

Le Prix Doriq
(la meilleure réplique)


Pour voter, il vous suffit de donner votre suffrage en partie privée. Bien évidemment, on ne peut pas voter pour soi.


En attendant, préparez vos plus beaux atours. La cérémonie ouvrira bientôt !


Et comme toujours, il y a des points de Destin à la clé pour les gagnants Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Sam 4 Jan - 18:10

Bon ça se précise au niveau des votes. Encore quelques prix à compléter et on devrait etre bon. Pour les retardataires, tardez pas trop ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mar 7 Jan - 18:46

Allez Telaganinho, si tu complètes tes votes, on devrait être bon pour démarrer dans peu de temps ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Telagan Rebryn

avatar

Messages : 2262
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
18/21  (18/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mar 7 Jan - 18:55

Voilà ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur ymermalek@hotmail.com
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Jeu 9 Jan - 8:41

La nuit s'allège des nuages filandreux qui menaçaient jusqu'alors la soirée. Deux étendards colossaux de la Confédération ont été suspendus de chaque côté du Palladium de Nephta devant lequel les voitures aux griffes prestigieuses continuent leur lent ballet. Il fait bon, presque chaud ce soir. Les deux lunes se télescopent pour former une lumière de poursuite aux proportions astronomiques. Les deux yeux d'opale suivent de près le défilé des stars du moment qui prennent leur temps pour saluer les photographes et la foule rassemblée qui hèlent leur prénom pour attirer leur attention dans l'espoir du cliché exclusif.

Comme chaque année, les couturiers ont mis le paquet pour éblouir les journalistes : Horini, sous son chignon lâche, arbore une longue robe sombre relevée d'améthystes flamboyantes dont le dos nu se transforme en traîne qui semble transformer le sol en eau mouvante dans son sillage pendant quelques instants illusoires. Galu, plus facétieux, s'est taillé une redingote d'un vert presque criard, mais suffisamment sobre par dessus sa chemise à triple rabats pour rester classe. Ses manches sont réhaussées de roues crantées qui répondent à celles qui ornent sont chapeau haut-de-forme dans un style à la fois suranné et innovant. L'Artisan quant à lui, s'est coiffé de cheveux blancs formant une brosse ondulée et s'est contenté d'un costume argenté mâtiné de tissu assez épais et des boutons de manchettes à l'effigie des Trois-Mains.

Mais ce qui déchaîne la foule, ce sont toujours les couples, surtout les plus incongrus : Prius au bras de Thalia qui déclenche les vivas des fanboys et fangirls adolescents, Philis avec la trop-grande-pour-lui Asuha dans une robe moulante typée Xi'orienne qui rend extatiques les pigistes ou encore Rif et Avhéli qui ont assorti leur tenu pour accentuer le contraste noir et blanc.

Dans la foule, on ressasse les scènes de la saison passée, dont certaines, anthologiques, sont hyper favorites pour les prix de Kaen et de Marmin. Lorsque les vrais héros de la série arrivent enfin, c'est l'hystérie...

Au-delà du traditionnel escalier tapissé de velours rouge, une double porte en boiserie brune surmontée de poignées de bronze s'ouvre pour laisser entendre la rumeur des invités déjà installés. Les petits sièges rembourrés sont déjà presque tous remplis, si ce n'est bien sûr ceux des premiers rangs, laissés aux nominés de la soirée qui parcourent la salle sous les applaudissements des personnages déjà présents. La scène ovale qui a été montée plusieurs journées plus tôt s'illumine au niveau du sol pour créer une colonne de lumière verte qui n'est pas sans rappeler la scène de la destruction des Puits de Kaen. La foule acclame le démarrage à l'unisson avant de s'assagir rapidement pour faire silence.

Les flûtes pétillent déjà dans les mains manucurées des stars. On finit de se servir en amuse-bouches après le dernier passage des serveurs en trois pièces, noeud-de-papillon et gants blancs. La musique d'entrée se fait moins forte sans toutefois disparaître.

Les mains clappent spontanément à l'arrivée de deux hommes d'âge mûr qui se tiennent bras dessus, bras dessous : l'un dans son costume noir classique, noeud-de-papillon pourpre et l'autre dans son habit d'argent. Doriq et L'Artisan. Tout sourire, ils saluent la foule avec une évidente complicité et une émotion pas vraiment surjouée. Ils s'approchent du pupitre prévu pour les deux présentateurs et attendent patiemment que les applaudissements s'éteignent. L'Artisan parle en premier :


"Bonsoir ! Bonsoir Centile ! Bonsoir Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs et vous aussi de races lointaintes dont le genre m'échappe parfois... Bienvenue à la Deuxième Cérémonie des Centile Awards !

- Deuxième et probablement dernière, hélas, et... croyez-moi, c'est le coeur gros et le plaisir grand que j'ouvre cette cérémonie.

Que d'histoires mes amis... que cette saison fut belle, bien que tout soit loin d'être terminé.


- Et qu'elle fut cruelle aussi, mon cher Doriq ! Quelle noirceur... que de trahisons, de guerres, amours contrariés, que le grand orchestrateur qui se cache (le saligaud) dans ces rangs a manigancé !

- Mais pas toujours de son fait, mon cher. Nos héros ne sont pas en reste quand il s'agit d'explorer leur côté obscur... Mais après tout, c'est en plongeant au fond de l'abîme que l'on apprécie vraiment la lumière !

- En parlant d'éclat, Monsieur le Révérend, si je me souviens bien l'année dernière vous prétendiez que "Tout le monde sait qui c'est Papa ici" et que votre intervention dans l'histoire serait d'une classe éblouissante...

Si je me souviens bien, vous en avez bavé à plus d'un titre.

- ...

Mmmoui... mais pour autant, j'ai survécu, ce dont certains de nos protagonistes ne peuvent se vanter..."


Il a un regard pour les premiers rangs et laisse un temps de silence qu'il coupe presque aussitôt.

"Enfin, inutile de nous attarder sur ces points de détails... Je déclare solennellement que, comme Mille-Flingues, cette cérémonie est ouverte !!"

Quelques applaudissements couvert de rires courts et genés suivent tandis que Doriq pointe du doigt dans la foule le défunt mercenaire de la saison avec un clin d'oeil de connivence. On apporte une enveloppe cachetée que saisit l'Artisan :

"Il y eut, lors de cette saison, des frasques remarquables qui ont fait pleurer de rire ou tenu en respect bien des spectateurs. Il est temps pour nous de récompenser ceux qui nous ont tricotés les plus beaux traits d'esprit qu'ils aient été cruciaux, inventifs, surprenants ou tout simplement truculents.

Ainsi ! Sont nominés pour le prix Doriq..."


Le Révérend lit la fiche sortie de l'enveloppe.

"MJ dans "Very Bad Tel" "

Citation :
Alors qu'il se détend après une âpre bataille. Telagan a le malheur de croiser l'orbite de Davil qui, dissimulé parmi la foule, va réussir à le droguer.

Le Révérend Kiel lève un sourcil, la bouche entrouverte tant il est décontenancé :

"Est-ce... est-ce qu'il est vraiment en train de danser une sorte de rock ou une valse de leur incarnat sur du lounge ?!

- C'est de la Slow Transe en fait,"
répond Doriq l'air tout aussi ahurit.

"Ca a pas l'air de la déranger plus que ça tu vas me dire... ça doit être l'effet Gardien.

- Ouais, ou la pillule de Jinova que Biggy a mis dans la bouteille d'alcool d'algues."


Kiel ouvre des grands yeux ronds en tournant lentement sa tête vers Doriq qui refuse de pivoter du chef pour croiser son regard. Un grand bonhomme plutôt empaté dans un polo fushia estampillé de faisans bleus tape l'épaule des deux convives avec un rire.

"Ah ! Ah ! Ouais... c'est con j'ai pas osé le contrarier...

- Putain ! Doriq ! Biggy ! Par le 5eme Voile, vous êtes complètement gelés ou quoi ?! Foutre un Gardien sous Jinova, vous êtes pas timbrés ?!!"

Doriq continue de regarder le couple danser et affiche toujours son sourire distant.

- Trop tard maintenant... les effets montent au bout de combien de temps ?

- 'quart d'heure environ.


- Genre maintenant quoi ?

- ...


-...

- Kaen nous protège...


"Staft dans "Crise de Foi" "

Citation :
Alors qu'il rencontre un Maître du Temple de Kushu, Staft est confronté à une question épineuse à laquelle il parvient à répondre sans mentir... ni se griller.

"Notre contact commun n'a pas souhaité répondre à cette question à votre place, aussi dois-je vous la poser directement : avez-vous la Foi en Kaen ?"

[...]

*Comment dire qu'on a plus Foi en Kaen ?
Non, comment dire qu'on a plus tout à fait Foi en elle ...

Il ne faut ni bluffer fort ni dire franchement ce que j'en pense...

Quel galère ...

En fait, il faut dire ce en quoi je crois d'elle.*


Je sais l'instant critique ...
*Pas si critique que ça, en fait, c'est pas comme si il allait me tuer si je me trompais ...*

J'ouvre la partie basse de mon manteau afin qu'il puisse voir complètement mon visage.

Je prends une grande inspiration avant de me lancer.


"Ma Foi ... Ma foi envers notre Déesse a été mis à rude épreuve ...
Lorsque les marrés de démon sont apparue sur Dénéo 6, j'ai douté ... oui j'ai douté de Kaen ...
Lorsque j'ai découvert que l'on m'avait manipuler afin de renforcer son autorité, oui j'ai encore douté ...
Puis j'ai vu qu'elle avait envoyé du secours ... J'ai vu qu'elle souhaitait sauver le peuple qui avait foi en elle ...
Je l'ai vu me libérer de la manipulation ..."

*Franchement, je ne crois ni au hasard ni au destin ... en faites je m'en fous ...*
"Je l'ai vue me sauver de la déviante en envoyant un gardien sur mon chemin ..."
*Lito s'est peut-être sacrifié pour moi ... quand à Telagan, il a dit que c'était pour Kaen qu'il était ici ...*
Je doute moi-même de ce que je pense.
"Je la vois se battre pour le peuple, pour préserver ce monde d'un renversement...
Alors, oui ! Je crois en Kaen ! En sa volonté de protéger et sauver les faibles !"


*J'espère que c'est ce qu'elle fait ... aussi bien pour mon estime envers elle que pour ce que je viens de dire.*


"Marianne dans "Eteins la lumière" "

Citation :
Alors qu'il vient de recevoir une Relique de Marmin de la part de Jialle, Telagan, trop heureux d'utiliser son nouvel artefact, va commettre un impair au niveau de l'étiquette du mercenariat qui nous vaudra un trait mémorable de la rebelle Marianne.

Mes sensations sont étranges, c'est comme si ces ailes m'étaient toutes destinées et que mon armure n'attendait qu'elles mais surtout, leur présence me semble être le prolongement même de mon corps, comme si je les avais toujours porté.

Étrangement, prendre mon envol n'est pas la première chose que je fais comme premier contact avec les Ailes Rédemptrices. J'active individuellement deux tentacules de chaque côté qui contournent Jialle pour s'étirer sans fin, comme des rayons lumineux onduleux, jusqu'au accoudoirs du trône afin qu'ils s'enroulent autour. J'utilise leur force qui s'adapte à la mienne, pour me soulever en douceur et me faire léviter jusqu'au trône. N'étant pas habitué à voler par mes propres moyens, je manque perdre l'équilibre plusieurs fois avant de trouver l'osmose parfait entre mon corps et l'artefact.

Lorsque les tentacules relâchent les accoudoirs du trône, mes pieds ne touchent pas terre pour autant, je reste à un petit mètre du sol, encore hésitant à prendre plus de hauteur. Les huit tentacules ondulent naturellement et je me rends compte que ce ne seront pas des ailes comme ceux des Dépériens, je n'ai pas besoin de les agiter pour voler, ce qui a le don de me rendre d'autant plus majestueux et puissant. Et encore je sens que j'ai beaucoup à apprendre pour les utiliser pleinement et efficacement.

Je vais reprendre ma place entre Jialle et Gabriel, me laissant léviter sur place, tel l'Ange de la Justice [...]

Je me tourne vers Gabriel sans directement lui adresser la parole, je rends la température des ailes agréables pour le corps humain avant d'en faire glisser deux de part et d'autres de mon collègue sans le toucher. Elles s'allongent comme tout à l'heure mais cette fois-ci pour venir s'enrouler autour du bassin de Marianne dans le but de la réintégrer la conversation en la remmenant vers nous.



Au moment où Telagan approche ses appendices de Marianne, celle-ci dégaine aussitôt pour les viser.

"Ouais, vas-y, essaie de me toucher avec tes merdes, lampion."


"Et le gagnant est... Marianne dans "Eteint la Lumière" !! Puisque les couples sont autorisés sur scène, nous invitons Telagan à la rejoindre !..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Gabriel d'Horazon

avatar

Messages : 2417
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
0/21  (0/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Jeu 9 Jan - 10:42

Plus détendu et moins effacé que lors de la première cérémonie, dans un costume style italien complètement noir avec chemise noir ouverte de quelques boutons au col -la cravate est tombée en chemin-, je me suis permis de signer et prendre des photos avec quelques fans de nos aventures. Je suis arrivé au bras de Masque Blanc qui a été exceptionnellement autorisée à sortir de la section médicale pour l'occasion. Étrange contraste entre les dimensions n'est-ce pas ?

Je suis ensuite parti m'installer là où tous les Alphas se sont rassemblés avec leurs meilleurs atouts vestimentaires. J'écoute avec amusement les frasques de Doriq bien que sa petite blague envers Mille Flingues me fait faire une moue mitigée. Je regarde un instant mon vieux compagnon qui est placé au niveau des héros tombés au combat. Rien n'est encore terminé et son sacrifice ne sera pas oublié.

J'attends ensuite avec impatience le résultat des Awards. Aussi lorsque c'est Marianne qui est appelée pour sa réplique de tueuse envers ce vieil ange chevaleresque je provoque un concert de joie parmi les Alphas dont certains sortent des armes pour tirer au plafond comme les bons vieux mercenaires que nous sommes tandis que la chef des Alphas descend pour son prix :


WOUUUUUUHOUUUUUUH MARIANNNEEEEEEE !!! MARIANNEEEEE !!!


Je siffle, fais repartir le concert dans un autre sens,

L'ANGE ! L'ANGE !! L'ANGE !! WOUHOUUUUH !! LAMPION !! LAMPION!!
_________________
Anges ou démons...Les uns ne sont que le reflet des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telagan Rebryn

avatar

Messages : 2262
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
18/21  (18/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Jeu 9 Jan - 12:29

Pour la probable dernière édition des Centile Awards, tout à été fait pour qu'elle soit inoubliable, tant dans le décor, les tenues des invités, que dans l'arrivée de couples les plus improbables dont Thalia et Prius, ou encore Rif et Avhéli. Je ne déroge pas à la règle en étant accompagné par Meisha.  Je porte un costume typiquement Dépérien d'un bleu ciel sur lequel a été brodé des larges ailes noires mettant en avant l'Ange Noir que je représente. Ma chevelure châtain parsemée de fils argentés descend en boucle jusqu'à mes épaules.  

Je descends tranquillement le long tapis rouge, m'arrêtant pour quelques photos souvenirs et signer des autographes. J'accompagne ensuite ma cavalière du moment jusqu'à la place que lui a réservé son Panthéon avant de rejoindre les miens au premier rang.

J'écoute les présentations de Doriq et de l'Artisan et commence à applaudir Marianne pour le "Prix Doriq", lorsque ce dernier m'encourage à la rejoindre sur scène. Poussé par ma fille qui me tapote l'épaule, je me lève. Tandis que je m'approche de Marianne pour lui tendre mon bras, je suis surpris par des cris de fans surexcités lorsque je reconnais entre mille, la voix de Gabriel. Il faut vraiment croire que cette session va s'annoncer pleine de rebondissements.

Nous rejoignons les deux présentateurs auxquels je serre franchement la main :


"Merci pour cette invitation pour ce Prix qui revient à ma camarade."

On se tourne ensuite face à la foule pour la saluer et la remercier chaleureusement avant que je n'incite Marianne à prendre place devant le pupitre tandis que je suis à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur ymermalek@hotmail.com
Staft Forest

avatar

Messages : 1788
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 24

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Jeu 9 Jan - 18:14

Depuis l'ombre de la salle, ma tête visible seule suit un hochement répétitif, l'air de dire "bien joué" .
_________________
" Si tu veux changer ton monde, commence par en sortir pour le comprendre
et change toi d'abord. "

Staft Forest,
Dieu chaotique des buts, de la protection, du changement, du paradoxe et de la seconde chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Dim 12 Jan - 14:45

Marianne attrape fièrement le trophée qu'elle considère un instant avant de se pencher vers les micros.

"Merci. Merci beaucoup pour votre vote de confiance.

Il est vrai que certaines tirades, plus longues on va dire, auraient aussi mérité d'être nominé mais parfois, tout est dans la concision. Un peu comme assassinat : les meilleurs ne prennent que quelques instants et laisse le silence derrière eux.

Merci encore, j'espère que nous verrons d'autres répliques cultissimes avant la fin de la saison. Ce rôle me donne énormément de plaisir, surtout lorsqu'on est le side-kick d'un kick-ass comme Gabriel."


Elle lance un baiser au loin pour l'intéresser.

"Merci. En espérant ne pas rejoindre le rang de Mille-Flingues cette année !"

Elle finit sur un rire clair puis redescends les marches avec Telagan qu'elle tient à la taille, claquant quelques high-five aux alphas proches de l'allée qu'elle remonte.


Les lumières de la salle s'éteignent à nouveau tandis que celle de la scène prenne une teinte plus violacée. Sur une plateforme en lévitation, cette fois, Arken descend du plafond lentement en direction du pupitre, tandis que dans le sol s'ouvre une trappe d'où monte une plateforme. C'est Bénédict Orlov, qui apparaît et atteint la surface au moment où le Fol arrive à son niveau. Le commissaire brun, dans un costume blanc comme son borsalino, salue la foule avec un grand sourire :


"Bonsoir, bonsoir ! Ah que ça fait du bien d'être à l'air libre mon cher Arken !

- 'Soir... Ah vi, vi, vi... vous savez Bénédict, si, comme moi, vous aviez renié votre famille d'entrée de jeu, vous n'en seriez pas là !

- Ahh, c'est sûr qu'il a pas ramené que des dindes à Noël le frangin !"
dit-il avec un regard amusé envers Alexei.

"Eh oui les galères... les illuminations un peu barrés que d'aucuns taxent parfois de mauvaises idées, les plans foireux, les alliés-boulets et les ennemis-pas-cons... que serait notre saga sans eux ? Ces perles que l'on dilapide comme l'on fait tomber son portable de sa poche et qui pourtant ajouter un sel... voire du pili-pili dans nos plats scénaristiques.

- Et Déesse... qu'il y en a eu. Je dis d'avance aux nominés : merci !

Sans plus tarder, sortons l'enveloppe pour les nominés du Prix Arken qui récompense la scène la plus barrée ! Cette année, nous avons..."


Arken sort de petites lunettes pour lire le papier en reculant la tête.

"Staft dans "Terroriste sous acide"

Staft a écrit:
Je me lance dans une longue incantation.
Alors que la conscience de Staft est en train de se déliter petit à petit suite au choc psychique d'Avhéli, notre héros se raccroche aux drogues fournies par Loti pour survivre le temps d'atteindre un endroit où il allait pouvoir être soigné.

Hélas, le voyage ne se passe pas sans heurt et l'alchimiste, aux prises avec trois gendarmes, combine alors ses talents pour reprendre le dessus grâce à une idée des plus risquées (comme on les aimes) :



Et maintenant pour ce faire
Je vais me défaire.
de vos sale fers
Et de vos armes, vos affaires.


Les menottes de mes mains coulent tout comme les armes.

Et maintenant commençons,
avec cette chanson,
à imposer mes actions
et à vous faire subir les conclusions
Prenons tout d'abord cette table.
et fessons quelque chose d'incroyable.


Un tube de métal se forme. 2,5 centimètres de diamètre pour 30 centimètres de long.

Voici un tube de métal,
munis d'un détonateur à dépression.
Ce sera l'idéal.
Pour cette création.
Un peu, beaucoup, voir trop, de nitroglycérine.
glissé à l'intérieur.


Un liquide vert, toujours venant de la table renversé, glisse dans le tube avec douceur.

Ça n’aura pas le même effet que l’héroïne.
Puisque tu en meurs.
Ajoutons d'autre substance explosif
En ce temps de guerre.


De la poudre noire suit le processus.

Cela fera un grand feu d'artifice.
Tient, et un élément nucléaire.


Un morceau de métal, semblable à une pastille de combustible, finis de boucher le trou, avant que le métal finisse de recouvrir l'ouverture.

Le clou du spectacle,
Lié donc vos chaînes.


Les menottes des gendarmes glissent pour renfermer leur prises sur un poignet à chacun tandis qu'une longue chaîne se forme, partant du poignet jusqu'à l'étrange tube.

Vous ne serez plus un obstacle.
Car je vous emmène.


Me voici désormais avec un long tube d'un métal acier, relié par trois chaînes qui attachent un poignet de chaque garde.

A ce moment, je relâche la pression des étaux tandis que mon pouce appuis sur le bouton poussoir situé sur le dessus de mon arme
Le « clic » du destin se fait entendre.

Je prononce la sentence.

Je vous présente ma nouvelle invention : la bombe rase-gare kamikaze de prise d'otage.
A partir de maintenant, si vous cherchez à vous éloigner, m’assommer, me tuer ou toute autre chose qui pourrait me gêner. Cette bombe explosera, emportant vous, moi, et toutes personnes dans un rayon de 100 mètres, Est-ce clair ?

"Gabriel dans "Même pas peur !" :"

Gabriel a écrit:

Alors qu'il vient de détruire un Puits de Kaen dans une parfaite synchronie avec ses frères-d'armes, Gabriel s'adresse à la foule de Centiliens témoins de l'évènement pour leur adresser un message coup de poing. A travers cette scène qui le placera immédiatement comme "l'homme à abattre" dans le collimateur de Kaen, il nous montre une fois de plus qu'il n'est pas le dernier à les avoir bien accrochés et que le Gardien psychopathe n'a pas encore fini toutes ses séances de thérapie...

Je laisse Marianne descendre de mon dos, malgré le fait que je lui dise de se tenir, elle pouvait sentir mes bras qui avaient bloqué ses cuisses afin qu'elle ne lâche pas. Je la soutiens si elle a besoin avant de dire d'une voix amplifiée par l'armure :

CENTILIENS ! JE ME NOMME GABRIEL. JIALLE, L'ANCIENNE DISCIPLE DE KAEN M'A ENVOYÉ POUR VOUS DÉLIVRER UN MESSAGE.

KAEN N'EST QU'UNE IMPOSTURE ! JIALLE A PRÉDIT LA TRAHISON DE LA DÉESSE ET VOTRE MORT A TOUS ICI DEVANT LA PUISSANCE DE CE PUITS DE MAGIE CONTROVERSE. JAMAIS JE NE LAISSERAI KAEN TUER PLUS D'HOMMES QU'ELLE NE L'A FAIT AU FIL DE TOUTES CES ANNÉES D'ABSENCE. C'EST INJUSTICE !! CENTILIENS, SI VOUS VOULEZ VIVRE ALORS ARRÊTEZ DE VOUER UNE FOI AVEUGLE EN UNE PERSONNE QUI EST ABSENTE ET QUI A GARDE JALOUSEMENT SA DÉCOUVERTE -LA MAGIE- POUR SA PROPRE PERSONNE ET POUR SON COMITÉ PRIVE APPELÉ LE CULTE !

LE TEMPS DE KAEN EST RÉVOLU ! CELLE DE LA CHASSE AU 42-3 AUSSI ! TOUS ICI, VOUS ÊTES LES CENTILIENS DE DEMAIN! DES CENTILIENS QUI SERONT LES NOUVEAUX MAILLONS DE CENTILE ! PLUS FORTS ET PLUS PUISSANTS !

Un temps de silence,

Maintenant, contemplez l'explosion qui fera changer Centile.

J'incline ensuite la tête vers Marianne pour lui murmurer, le casque de l'armure se rétractant sur mon visage,

Si le Puits arrive à dépasser la puissance du champ magnétique malgré tout... On pourra dire que tous les deux, avant de mourir, on se sera bien amusé encore une fois, hm ?

Un sourire étire mes lèvres alors que je regarde le visage à jamais jeune de ma partenaire. Mon regard est pour elle, et dans celui-ci, il n'y aucune trace de crainte pour la mort. Car au moins, j'aurais fait tout mon possible pour une cause qui me semblait juste.

"Alexei dans "Nan mais ça va passer..." "

Alexei a écrit:
Alors qu'il est acculé dans un camp de mercenaires de Qeglin, le follement fanatique Alexei tente quand même une sortie pour sauver ses hommes en les arrachant à ce bourbier. Malgré ce geste de bravoure, et une seconde chance pour sauver sa peau,  il sera littéralement ramené sur terre par la dure loi du sous-nombre. Kaen n'aura pas entendu ses prières cette fois-ci...

Alexei : Aujourd'hui, je voyais des centaines, voir des milliers de soldats me prendre pour cible et vider plus de plomb dans les cieux qu'il n'y a d'oiseau sur ce monde. Un sourire satisfait apparaissait sur mon visage. Mais si je pouvais me permettre de combattre tel les avions de mon enfance, mes suivants, eux, risquaient de prendre des balles. Ils savaient qu'aller avec moi était risqués ... il fallait les exfiltrer sans risquer leur peau. Mais j'avais déjà un petit plan en tête pour cela. Un plan qui n'allait surement pas leur plaire ... c'était même sûr, surtout Loah.

"POUR LA DEESSE !!!" hurlai je alors que je ralentissais à peine après avoir pulvérisé les fenêtres de l'entrepot.

Ma main était tendue vers l'entrepot, tendu vers ce trou fait dans les fenêtres de l'entrepot. Ce trou à travers lequel Loah était encore visible. Ma main se serra comme si elle tenait quelque chose. Loah sentit la télékinésie se raffermir autour de lui, soulevé du sol. Un sourire s'afficha sur mon visage alors que je le propulsais dans les airs, haut, très haut ... très très haut. Formant une courbe parfaite, catapulté à l'extérieur du camps. Celui ci était sur un plateau, cela me laissait un peu plus de temps alors que mon baton semblaient s'illuminer d'une lumière dorée. Il me fallait faire très vite. Au vue de sa courbe et de sa vitesse, il a entre dix et vingt seconde avant de toucher le sol à l'Ouest du camps. Je ne pouvais pas trainer.

Dans une autre explosion de magie, je fusais dans les airs, faisant un looping, mon regard presque aveugle alors que la brume de cavitation de mes ailes d'aciers laissaient derrière elle une trainée blanche. Je prenais de la vitesse alors que les seconde était de plus en plus comptais. La vitesse était de plus en plus pénible alors que les balles traçante devenait de plus en plus nombreuses à mesure que je redescendais. Mes bandages fondait droit vers le sol autour de Jir'A. Non pas pour tuer quelqu'un ou blessé. De telles outils tournoyant, dans le sol nu du camps allait faire un parfait nuage de poussière et forcement Jir'A à s'immobiliser.. A pleine vitesse j'étais à quelques centaines de mètres de Jir'A, le plus enfoncé dans la base. J'arrivais alors dessus presque en piqué pour essayer d'atterrir à moins d'un mètre de lui.


MJ : Ton bouclier télékinétique est criblé de lumières bleutées. Tu fonds sur Jir'A, alors que ta survie au-dessus du camp relève déjà de la chance insolente. Tu encaisses plusieurs décharges électriques qui secouent violemment tes sens et ton vol que tu es obligé d'obliquer.

Lorsque tu as enfin un contact visuel avec Jir'A, tu t'aperçois qu'il est entre plusieurs mercenaires qui le tiennent en respect. Malheureusement, son accoutrement guerrier a dû détonner à un kilomètre à la ronde dans cet environnement où les suspicions étaient déjà au plus haut. "Celui qui plaît à la mort" enrage de s'être fait capturer et parvient à se libérer de l'étreinte des mercenaires pour mettre quelques coups talents dans les dents avant de plaquer au sol l'un des soldats qui te canarde.

Tu arrives au raz-du-sol, où tu peux te protéger grâce aux baraquements. De plus, de nombreux soldats cessent le feu pour éviter qu'une balle perdue ne blesse quelqu'un.


Alexei : Ce gout de sang dans la bouche ... ce gout cuivré, me mettait dans un état extatique. La crispation de mon corps était douloureuse, mais elle signifiait aussi une chose. Si j'avais mal c'était que j'étais bien vivant. Mais il y avait une autre chose qui m'avait mis dans cet état. Le moment de mon atterrissage, alors que j'entrais dans le cercle de poussière. Profitant de mon atterrissage, il se met à se battre comme s'il avait encore ses vingts ans. C'est qu'il est vivace le bonhomme. De mon coté, je faisais fuser mes lames dans les jambes et bras des soldats qui étaient à portée pour le neutraliser. Arrivant dos à dos, je lui donnais l'ordre d'embarquer pour fuser droit vers l'Ouest.

MJ : Tes lames parviennent à faire quelques dégâts parmi les mercenaires qui s'effondrent, mais tu restes exposé au danger qui est partout au sein du camp. Et El'Ca avec toi...

S'il faut une petite dizaine de balles pour que les décharges t'atteignent à travers ton bouclier, il n'en faut qu'une pour mettre le guerrier Niroyien à terre. Il se fait toucher au moment où tu arrives à sa hauteur. Est-ce l'effroi face à cette vision ou l'un des 3000 soldats qui cherchent à te descendre ? Es-tu resté statique une demie-seconde de trop ?

Les balles se figent dans ton bouclier et forment autour de toi une sphère discontinue de décharges électriques bleutées qui paralysent tes mouvements et ta volonté. La douleur t'enferme dans son obscurité pour réduire ton esprit à une volonté de survie proche de l'inconscience bestiale.



"Et le gagnant est... Staft dans "Terroriste sous acide" !!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Gabriel d'Horazon

avatar

Messages : 2417
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
0/21  (0/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Dim 12 Jan - 18:03

Toujours de bonne humeur, encore plus après le baiser volant de mon Alpha préférée je ne peux m'empêcher de m'exclamer :

Putain quel est l'enculé qui a voté pour moi sur le Prix Arken ! Ca va chier des bulles ! Il gérait mon discours !!

J'applaudis néanmoins Staft pour sa victoire.
_________________
Anges ou démons...Les uns ne sont que le reflet des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telagan Rebryn

avatar

Messages : 2262
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
18/21  (18/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Lun 13 Jan - 14:08

De retour à ma place, j'attends tranquillement l'énonciation du vainqueur du Prix Arken. La réaction de Gabriel me fait sourire et avant que le vainqueur soit annoncé, je tourne la tête dans sa direction avant de prendre la parole :

"C'était osé comme discours Gab', même si j'aurais mérité ta nomination je l'avoue, pour avoir tenu tête à Kaen alors qu'elle pouvait massacrer toute ma famille sous mes yeux pour se venger."

Le temps de latence pour les commentaires passé, je ne suis pas surpris par le nom de Staft. N'avait-il pas déjà remporté ce Prix la dernière fois ? Tandis qu'il hésite à se lever je lance :

"Bien joué Bomberman, t'as amplement mérité ton Prix Arken !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur ymermalek@hotmail.com
Staft Forest

avatar

Messages : 1788
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 24

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Lun 13 Jan - 14:42

Depuis mon siège, n'osant pas encore me lever, j'entend le commentaire de Telagan
Piqué au vif, je rétorque aussitôt.


"Bomberman ?! Mais nan, je suis juste un gars qui suit son instinct."

Ayant parlé, plus moyen de faire demi-tour ...

Je respire un bon coup avant de me lever.

Vêtement classique : costard noir et cravate rouge, mes chaussure sombre brille

* On m'avait dit que j'avais un gout vestimentaire un peu spécial ... autant prendre quelque chose de simple, mais efficace ... *

Me voici à nouveau vainqueur du prix de la scène ou l'idée barré.
* Mains nan, c'est super comme prix, ça montre que tu y vas à fond *
* Punaise j'ai le trac ... *


Je rejoins Arken, je lui sers la main
" Merci. "

Et maintenant je suis face à ce micro ...
* Et merde .... *

" Hum, hum. Merci... Merci beaucoup pour ce prix.
Que dire de tout cela, finalement ? Il faut être soi-même, un peu timbré, un peu fou ...
Pfou, ça fait quelque chose d'être devant tout ce monde ...


Je dois vous remercier, vous, les trois gendarmes, qui m'avez permis de réaliser tout cela
Et toi aussi, Avhéli "

* L'allumeuse ... *
"Sans ton message, je n'aurais pas tout cela..."

"Bon ben, je crois que j'ai fait le tour ... hum. Merci à tous pour cette aventure."


Je quitte un peu à la va vite la scène, pas du tout rassurer.
_________________
" Si tu veux changer ton monde, commence par en sortir pour le comprendre
et change toi d'abord. "

Staft Forest,
Dieu chaotique des buts, de la protection, du changement, du paradoxe et de la seconde chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mer 15 Jan - 18:15

Les applaudissements décollent aussitôt et les sourires de connivence se forment, appréciateurs de la timidité du joueur qui contraste si bien avec l'assurance du personnage.

Les lumières suivent Staft jusqu'à sa place, l'utilisant comme une diversion pour mieux amener la suite des réjouissances. Le fond de l'écran s'ouvre en son milieu pour laisser apparaître dans sa fameuse robe sombre, une Horini parée d'un chignon faussement négligé et d'une mine mutine qu'on ne lui voit pas souvent. Elle lève son bras droit vers le côté jardin de la scène pour appeler sa camarade de jeu, Mathilde, à venir la rejoindre.

Très élégante dans une robe vaporeuse rouge qui se lève avec légèreté sous ses pas, elle trottine presque pour rejoindre celle qui se fait appeler la Pieuse et lui prendre la main comme les meilleures amies du monde. Elles s'embrassent une unique fois sur la joue pour arriver jusqu'au pupitre. Mathilde, l'enveloppe déjà en main, s'approche du micro, dévoilant un peu plus de son décolleté encadré de franges de mousseline transparente.


"Bonsoir à tous et à toutes.

Je suis vraiment très heureuse et honorée de pouvoir remettre le prochain titre ce soir, ou plutôt de le co-remettre...

- En effet, Mathilde, c'est pour moi, bien évidemment, le prix le plus important de tous car il montre à nos spectateurs que nos protagonistes vivent réellement, vibrent et osent aller chercher au fond d'eux ce qu'ils ont de plus "remuant" pour nous le faire partager.

- En parlant de remuant... l'année dernière était plutôt torride, j'ai l'impression qu'un voile pudique de chasteté a été jeté sur cette dernière saison !"


Un brouhaha part du public pour se taire presque aussitôt.

"Oh, disons que la frustration monte pour mieux amener une potentielle libération," dit-elle avec un regard pour Marianne puis Staft.

"Mais s'il m'en souvient bien, vous ne fûtes pas la plus chaste, ni la dernière à vous enmeler avec l'un de nos héros...

- Par l'esprit, Miss Horini, par l'esprit... vous voyez comme nous prenons à la lettre votre commandement !"


Pas dupe, le public y va de son bon mot à son voisin ou d'un regard désabusé disant que si Alexei et Mathilde avaient physiquement en mesure de consommer. L'histoire eut été écrite autrement !

"Certes, certes... passons aux choses sérieuses (ou badines d'ailleurs...) pour récompenser la scène qui aura le plus touché les spectateurs. Celle qui met de côté pour un temps les affrontements sanglants et les frasques goguenardes pour faire jouer la corde sensible...

Sont nominés pour le prix Horini :"


"Staft dans "Le dernier rempart" "

Citation :

Alors que ses hommes sont acculés par les démons dans le Thanatos échoué, Staft décide de montrer un visage jusqu'alors inédit depuis le début. L'artificier, armé de son gant de l'espace, va utiliser tout son génie pour sauver ses gars dans une scène héroïque qui marquera un tournant majeur.

[caméra faisant face au visage de Staft]

La colère monte. Le temps s'arrête ...
Mon visage grimace sous la haine ... Le gant vire au vert ...

Des hommes ... que j'ai jurés de protéger ... Des hommes que j'ai jurés qu'ils vivront ... Et voilà que des hommes entraînent leurs morts ?
IL N'EN EST PAS QUESTION !

Mon œil repère a distance les monstres et les hommes, l'un d'eux est un homme dont la flamme baisse en intensité ...
mais surtout les deux autres flammes de monstre , côte à côte, que je devine prête à bondir.

Je saute ...


[Caméra, dé-zoom + rotation autour de Staft pour arriver dans son dos]

La scène : Marc et ses camarade terroriser face aux monstre, dont l'un a planté ses griffes dans le ventre d'un certain Josef, sa patte à quatre lames recourber rouge de sang, cherchant a pénétré plus profondément dans le ventre... La mort sera bientôt inévitable malgré les tentative vaine de Josef ...
Derrière le loup, deux de ses semblables se sont baisser pour un saut mortel ...

Ils n'auront pas cette occasion ...

Dans les airs, au-dessus des deux fauves, surgit un homme couvert de câble et à la main verte...
Je suis actuellement les bras légèrement croiser, poignet contre poignée, main fermés, prêt a agir, jambe légèrement courber, prêt a atterrir...

D'un mouvement sec, mes bras se tendent, tandis que les deux loups sont projetés contre les murs, écraser par une pression impitoyable, leur corps devenant charpie...


Posant genoux au sol, tête baissée, bras droit a terre mais main gauche dans les airs, doigts crispés.
Une pulsion électrique parcours un câble, se divise dans d'autre câble pour le mouvement final.

Dans un redressement réflexe, mon bras vert monte vers le ciel comme le loup à la patte rouge vers le plafond... le choc est mortel


Je n'en ai pas finis avec toi !

D'un mouvement de rotation, je projette le cadavre vers le reste de sa meute, n'ayant pu agir face a ma fureur ...

Je fais désormais face aux loups, la haine dans l’œil.

Personne ne les tuera !


"Telagan dans "Mon fils, mes batailles" "
Citation :

De retour dans sa 6eme Couronne, Telagan découvre que son fils est malmené par le terrible héritier d'Ironhalo. Sans plus tarder, le Gardien, accompagné de son alter ego, s'en va botter le cul de celui qui a osé toucher à sa progéniture avant de nous offrir cette scène chaleureuse narrant la tendresse virile entre un père et son fils.

MJ : Il ne vous faut pas beaucoup plus de temps pour trouver ton fils, tous ailes déployées, qui a plongé d'une tour angulaire pour vous rejoindre alors que vous passer sous la herse de la porte principale.

En quelques coups d'ailes, il est au-dessus de toi.


"Père ! Faut-il toujours que vous fassiez une entrée remarquée ?!"

Il est tout sourire dans sa boutade. Bienheureux de retrouver son paternel et quelque peu décontenancé par le prêtre qui t'accompagne.

A grand galop, le château s'éloigne dans votre dos.


Telagan : Je suis l'arrivée de mon fils au-dessus de moi en levant la tête. Le revoir me fait un bien fou tout comme je peux lire son enthousiasme à travers sa boutade et son large sourire. Je réplique tandis que nous quittons le château au grand galop, mes mains sur ses avant bras :

"Entrée remarquable tu voulais dire plutôt ? Allez grimpe derrière moi. Ironhalo fils m'a dit que tu vivais un calvaire au château au risque de te faire lyncher par ses sbires. Il disait vrai, ou cet inconscient souhaitait juste s'attirer mes foudres, ce qui n'a pas manqué par ailleurs ?"

J'ai pu remarquer sa réaction en voyant mon alter ego. Je nous laisse le temps de renouer contact tout en distançant le château avant de réagir :  

"Fils, je te présente Terry, Prêtre du Culte. Terry, mon fils Lothar."

[...]

Ça fait vraiment un bien fou de te revoir ! Il me tarde de revoir ta mère et ta sœur, rassure-moi, tu les as vu au cours de mon absence ? Ta mère se remet de ses blessures ? Et Thalia a pu renforcer son psychologique ?"

Je le bombarde de questions, autant de questions qui me taraudent depuis tout ce temps et auxquelles je vais enfin avoir une réponse concrète...



"Gabriel dans "Heartshot" "

Citation :

Entre deux batailles, Gabriel se retrouve seul avec Marianne et prend le temps d'une discussion à coeur ouvert avec sa compagne de toujours. Après près de quatre saisons passées ensemble, les spectateurs ont enfin le plaisir de découvrir la nature profonde de la relation entre les deux assassins... et une porte ouverte vers quelque chose de plus fort peut-être...

Gabriel : Sans sa cicatrisation exceptionnelle... Comment ne pas être distrait lors d'une bataille lorsqu'elle sera blessée ? Elle est la dernière personne qui me retient ici. J'ai déjà perdu tant de personnes chères. Une de plus serait la goutte de trop.


Pour ce qui est des Gardiens. Pas tout de suite. Je ne suis pas pressé de les revoir. Je crois qu'on a quelques trucs à se dire avant, Marianne.

Je la regarde à nouveau fixement,

Tu l'as dit toi même sur le barrage. Pour une fois que nous ne sommes que tous les deux et que le travail est fait...

Petit sourire.

A toi l'honneur, donc.

MJ : Elle cherche ses mots, pas vraiment à l'aise avec ce genre de trucs. Elle se lèche les lèvres et prend une grande inspiration.

"C'est... Hm... Je... enfin je... Voilà. Bon voilà le truc. Je sais pas si mon double de ta Centile t'en as déjà parlé mais je....

Elle baisse un peu la voix en avançant la tête vers la tienne comme pour vérifier si tu es capable de finir sa phrase. Mais apparemment, ce n'est pas le cas.

"...jeeeeeee... j'ai... à peu près, enfin presque... quelqu'un. Quelqu'un dans ma vie je veux dire. Et... euh... hum. Je la vois seulement de temps en temps. Elle. Ma elle, quoi."

Elle te laisse un temps digérer ce qu'elle vient de t'avouer.

"Mais comme tu l'imagines, avec nos vies, c'est pas vraimeeeent... enfin on s'imagine pas pour de vrai. En fait."

Elle fait jouer des doigts timides et maladroits sur ton armure.

"Et depuis que t'es arrivé je...  oh putain !!"

Elle interrompt subitement son discours pour montrer l'holovision qui vient de changer pour passer les premières images des Puits qui viennent d'exploser : Nephta, Dénéo 6, Xi'or, Manhe... même quelques images satellites du désert urbain. Sur les 36 Puits que vous visiez, 22 ont été détruits.

Les images sont incroyables mais le son trop faible pour que vous entendiez ce que dit le journaliste.


Gabriel : Le sourire que j'affichais s'efface lentement face à la révélation de ma coéquipière. Mon cœur se serre malgré moi et je sens une souffrance presque aussi grande que celle ressentie lorsque Jialle m'a fait comprendre qu'Allys était bel et bien morte dans sa boucle temporelle.

Mon regard si... Animal, dangereux, se teinte d'une lueur qui montre bien que je suis blessé. Elle a quelqu'un. Merde. Je ferme les yeux, ignorant sa fuite vers la télévision.

Je l'ai cherché.

Si la Marianne de ma dimension n'avait pas passé le pas c'est qu'il y avait une raison. Pourtant même si c'est pour souffrir encore plus, j'ai besoin d'entendre la suite car une sorte d'espoir vacille au fond de moi. Peut-être que cet amour n'est pas uniquement à sens unique. Ces sentiments que je ressens pour elle sont différents de ceux que j'avais pour Allys. Parce que nous nous comprenons. Nous ne nous jugeons pas sur notre manque d'humanité, notre soif et nous nous faisons confiance. Si l'un fait une erreur, l'autre viendra lui coller son flingue sur la tempe pour tirer la sonnette d'alarme. Et ça nous fera rire.

J'attrape la main qui est restée sur mon armure, entrelace mes doigts avec les siens plus fins, doux dans mon geste. Ignorant de la télévision. Nous aurons tout le temps pour admirer notre exploit.


Quoi, depuis que je suis arrivé ?...

Ma voix n'est plus aussi sûre que tout à l'heure, plus faible même mais je rouvre les yeux pour la regarder à nouveau. Pourquoi s'est-elle montrée à plusieurs reprises possessive bien que ce soit discrètement s'il n'y a rien de plus ? Cette femme est-elle l'âme sœur de Marianne ? Pourra t-elle vivre à jamais à ses côtés comme moi je le peux avec mes pouvoirs ?  Ses mots hésitants me laissent espérer. Car...

Vivre l'éternité seul... C'est une idée qui me fait froid dans le dos aujourd'hui. Trente ans sur Horazon m'auront suffit à apprécier la compagnie d'une personne aimée. Moi, Gabriel, le plus froid et solitaire des mercenaires par le passé... J'ai peur de la solitude aujourd'hui.


MJ : Ses yeux font quelques va et bien entre la télé et toi, comme si elle venait de réaliser l'impact qu'elle avait sur toi.

"J'ai juste remis deux trois choses en perspective. Je crois que je me suis rendu compte que j'avais fait un peu le tour des alphas, que j'ai longtemps baroudé avec eux, que ce sera toujours des frères d'armes mais... après avoir vu la liberté avec laquelle les Gardiens, enfin... toi, tu pouvais vivre ta vie d'assassin.

J'avais comme envie de tout quitter pour te suivre. Enfin, je veux dire, regarde où on est maintenant. Au-delà de ce combat que nous menons... cette guerre. Je suis prête à te suivre loin. Vraiment loin. Parce que tu as donné un sens à tout ça."


Elle joue aussi avec ta main mais avec un peu plus de froideur ou de malaise. Comme s'il s'agissait d'une première fois pour elle. Tu la sens encore fermée sans pour autant être distante.

Ce qu'elle a à dire est plus important que ce que tu aurais à faire.


"Et c'est exactement ce que je veux que l'on montre à Centile : qu'ils peuvent choisir leur divinité eux aussi."

Encore une fois, les mots t'hypnotisent mais tu te découvres une résistance surprenante.

Votre rapport n'est pas d'égal à égal. Si elle ne t'aime pas, au moins elle t'adore. Littéralement.


Gabriel : J’échange un long regard silencieux avec elle après sa révélation. Je comprends maintenant l’étrange relation que nous avons tous les deux. Nous serons ensemble. Pas pour les mêmes raisons que je l’avais imaginé mais elle ne m’abandonnera pas.

Car elle croit en moi. En ce que j’ai provoqué sur Centile. En ce que je suis.

Le Gardien , le Dieu Démon, le Salvateur selon Jialle. C'est donc ça, d'avoir la foi en quelqu'un ?


Je ferme les yeux un instant avant de sourire doucement et de reculer, lâchant sa main au passage. Mon côté humain me fait penser que tout n’est pas perdu entre elle et moi. Autant laisser faire le temps. Je ne suis plus à quelques années près.


La foule trépigne. Les pronostics sont serrés sur ce prix.

"Et le gagnant est... "Gabriel dans "Heartshot" !!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Gabriel d'Horazon

avatar

Messages : 2417
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
0/21  (0/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mer 15 Jan - 19:55

En train de déconner avec Gueule de Fer au sujet de ma sauterie avec Jialle qu'il a réussi à trouver lorsqu'il s'est branché sur moi, celui ci me démonte l'épaule avec sa paluche d'acier lorsque mon nom sort, je tourne vivement la tête en prenant conscience que c'est une scène bien particulière qui sort du lot pour le Prix Horini que je ne m'imaginais jamais gagner.

Quoi, on était filmé ?! Merdeee !

Je ris légèrement avant de me lever et de m'arrêter devant Marianne, qui mérite le Prix autant que moi vu qu'elle est mon interlocutrice dans cet émouvant souvenir. Je lui souris, les yeux brillants d'amusement et de complicité avant de la mener avec moi jusqu'à la scène. Je baise la main de la Pieuse et Mathilde en vrai gentleman, laissant les rancunes derrières pour cette cérémonie, avant de me mettre devant le micro. Je me racle la gorge, avant de prendre la parole :

Hm, hm.

Tout d'abord, merci à vous qui avez voté pour moi et Marianne. Je dois avouer, que cet échange était attendu depuis bien longtemps autant par moi que pour vous qui connaissez la complexité de notre relation.

Elle a été celle qui m'a accueilli lors de mon arrivée chez les Alphas. Et elle a bien été la seule à avoir la patience nécessaire pour me faire comprendre comment doit fonctionner un assassin pour ne pas mourir et se retrouver à la place de sa cible.

Un temps,

C'est aussi elle qui m'a fait sortir de mon mutisme. Étonnamment pas à coup de plomb dans le cul mais bon elle aurait pu. Elle m'a sauvé un nombre incalculable de fois... J'ai vécu beaucoup de choses à ses côtés. Bonnes ou mauvaises, je n'en ai oublié aucunes.

Je me tourne vers Marianne à qui j'attrape la main, nouveau sourire,

Merci Marianne. Merci de me faire vivre à nouveau e d'avoir la patience de me supporter haha. Je suis tellement fier et gonflé d'orgueil de t'avoir à mes côtés pour me seconder... Merci à toi.

Je me penche légèrement et pose un baiser sur sa joue avant de lui relâcher la main avec la douceur qu'elle m'a toujours connu depuis mes aveux. Puis après avoir à nouveau salué le public, nous repartons à notre place avec le trophée en mains.

_________________
Anges ou démons...Les uns ne sont que le reflet des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Dim 19 Jan - 16:39

L'enchaînement des effets de lumière et de musique désormais consacré suit la sortie du couple récompensé. Cette fois les lumières s'éteignent complètement pour laisser monter une musique jazzy qui joue quelques secondes jusqu'à ce que des formes luminescentes apparaissent en fond de scène. Blanches et tranchées, les formes semblent bouger en rythme. A mieux y regarder, on comprend qu'il s'agit d'un chapeau, des manchettes, col de chemises, ceintures, bas de pantalons et rabats des vestes des costumes de deux personnes.

Les deux formes avancent tranquillement vers la scène en faisant quelques pas groovy. Les lumières remontent lentement pour dévoiler Galu dans son costume atypique et Davil dans un costume rayé à veston et boutons dorés. Ils s'arrêtent devant le pupitre mais la musique jouer un peu et effectuer quelques de danse sur place qui enflamme la salle. Le Sage tient la dragée haute dans ce battle pseudo improvisé bien que Davil ne soit pas en reste et montre aussi qu'il a de la "soul".

La musique se fait plus discrète au bout d'un moment pour laisser les deux présentateurs parler.


"Très chers Centiliens, héros ou antihéros et toi mon cher Davil, je vous salue !

Ah qu'il est bon de sortir du rang, de ses propres sentiers battus, de changer, de se réinventer,... réellement, je crois que le plaisir que l'on a à regarder les saisons de notre saga serait grandement diminué si l'on se cantonnait simplement à notre élan initial.

- Oui-da, M'sieur le Sage. Et c'est qu'il y en a des façons de se réinventer ! Rappelez-vous du fougueux et manichéen Telagan à ses débuts, du froid et silencieux Gabriel, du minimaliste Staft ou du fonceur Alexei.

- Bah qu'il a pas trop trop changer sur le sujet notre prêtre préféré, remarquez...


Quelques rires partent, tandis que Philis tape sur l'épaule d'Orlov dans le public par boutade.

- De l'importance d'être constant... parfois," édulcore Davil.

"Enfin bref, c'est qu'il y en a eu des idées qui ont pris de court notre metteur en scène paraît-il. Des renversements de situation inattendu, des initiatives qui en appellent d'autres et autres coups d'accélérateur scénaristiques qui vous collent au siège comme un frein à main qu'on enlève sur le moteur créatif.

Ouais, ça a bien décoiffé cette saison !

- Alors, sans plus tarder, laissons les heureux élus se découvrirent en même temps que nous tous !


Galu ôte son chapeau pour y plonger la main et en sortir la fameuse enveloppe.

"Son nominé pour le Prix de la scène la créative...

Alexei dans "Cuivrerie" "


Citation :

Alexei retourne à ses origines et nous dévoile l'endroit où il a trouvé son sceptre. Une salle dont les secrets lui sont révélés enfin et qui donne lieu à un oracle surprenant dont il contrôle en partie le déroulement.

Mes pas résonnaient sur les passerelles de métal sur le pic de Serena. Un chemin fait de passerelles menant aux anciennes cheminées qui, à l'arrivée des générateurs ioniques, étaient devenu bien moins actives. Une foret de tubes de métal usés par l'eau, le vent et le temps, ressemblant à un instruments à vent fantasque et gigantesque. Ici et là était installé des éoliennes, parfois des ailettes pour guider le vent qui s'y engouffre. Le vent percute mon long manteau noir et le soulève un peu découvrant une cuirasse semblant faite d'un acier sombre. [...]

L'acier sombre était une armure de combat de Balmoral, la cité Forge. Jadis Balmoral était l'arsenal de l'Empire des Oziria reconverti dans la vente d'arme et de matériel. Les balmorans travail l'acier avec tellement de talent qu'ils lui donne des propriété étonnante. Légèreté, mobilité et résistance, des protections pour un combat qui risquait d'être difficile. Mais en cet instant, la difficulté était ce vent qui semblait me combattre avant de disparaitre ... non ce n'était pas un combat que ce zéphyr voulait m'indiquait. C'était une invitation. J'avancais alors que sous ce même manteau, des lames semblaient pointer dans mon dos. Mes ailes, recroquevillée et camouflé me donnant alors l'aspect d'avoir une queue de pie en métal dans mon dos. Je fais le symbole du Lotus avant d'avancer par le chemin qui j'avais emprunté, des années auparavant. Ma main passait sur les traces de corrosion alors que sous mon masque naissait un sourire. Le temps corrompt tout ce qu'il touche. Le territoire Xyots le montrait bien.[...]

Les connaissance de Beyel, El'Ca et les miennes avaient fourni à cette équipe des plans, des topographie et des descriptions de l'endroit et des personnes. Cela avait pris des jours pour mettre ca sur papier mais au moins c'était fait. Le plan était simple, sur certains points, j'avais donné des conseils purement militaires, la manière de surprendre les hélicoptères. Les zones de couverts ou encore les planques. J'avais fait ce qu'il fallait, en cet instant, c'était ma part que je devais faire. Suivant le chemin au milieu de ces tubas et trombones géants, je donne une impulsion pour m'envoler et aller jusqu'à la cheminée la plus haute.

Comme dans un bond, je prends une trajectoire balistique pour plonger directement dans ce Puits et arriver au plus vite jusqu'à l'ancienne demeure de mon Sceptre. Cette pièce de milliers de tuyauterie et de million de fluides divers avaient accueilli Fourreau de Cuivre pendant tant d'année qu'il était imprégné de son âme plus que tout autre endroit dans le Multivers. C'était jadis le coffre contenant le reste de mon âme. Si je voulais trouver un meilleur endroit pour méditer et entrer en contact avec mon âme, c'était le lieu parfait. Je sentais mon emprise sur la réalité augmenter. Je sentais une puissance naitre en moi. Je me devais d'être entier pour pouvoir reprendre le combat.


MJ : Tu débouches par une large canalisation dans la salle circulaire aux murs faits d'un enchevêtrement de tuyaux. Au centre, tu repères la rosace au milieu de laquelle est encore présent l'emplacement où trônait Fourreau de Cuivre.

La salle a été rongée par la rouille et l'humidité. Il fait sombre mais le coeur de la salle diffuse une lumière orangée qui te permet de t'orienter dans les ténèbres. Le lieu te paraît tellement vide sans ton sceptre.

Tu te rapproches de l'enchâssement à la forme si particulière duquel tu avais décroché l'objet qui te revenait. Tu passes ta main sur la poussière, révélant les formes complexes qui ont été gravées au sol.

Accroupi, tu relèves ton visage vers les nombreuses valves qui sont attachées aux tuyaux autour de toi. En plus de la vapeur qui circule, plusieurs liquides verts, jaunes, bleutés ou sombres se déversent dans les entrailles de cette ruine. La plupart sont probablement corrompus et ne remplissent plus leur fonction.


"shhfff...shhfff...shhfff...shhfff..."

Les échos d'une voix rebondissent sur les murs ou semblent plutôt venir des entrailles des tuyaux. Ce lieu est moins une usine qu'un instrument à fluides... D'instinct, tu sens qu'il y a une histoire de fréquence à régler. Que chaque couleur qui se déverse indique une émotion, un ton, ou un temps. Tu sens qu'en faisant ces réglages tu pourrais avoir un son plus audible. Aucun homme ne peut tourner ces valves s'il ne possède pas une force colossale. Ou une magie de ton niveau.

Alexei : Tant de souvenir dans cette pièce. Une pièce corrompu par le temps et vide depuis la disparition de son sceptre. Je regardais cette salle de trone où mon passage lui même avait laissé des traces. Je voyais les gouttes de mon sang noirci à jamais. Mélange de sang, de rouille et de poussière, incrusté sur le sol. L'endroit est une parfait image de ce que je suis : Sombre et vide sans mon sceptre.

Mais alors que je passe la main sur le piédestal, par nostalgie, je sens des choses sous mes doigts ... ce bruit, ces liquides. Tout cela avait été occulté par ma mémoire. Mais le fait est que ce jour là j'avais eu d'autres distractions. Mon Sceptre était là, ma blessure me faisait souffrir, le sang s'échappait de mon corps et ma magie était quasiment vide. Aujourd'hui, alors que la lumière des lieux n'est plus la même, alors que les ténèbres avaient commencé à l'envahir méthodiquement et surement, je le redécouvrais. Je notais les détails de l'endroit, m'appelant alors, comme une énigme que je devais résoudre.

Vert, jaune, bleu et sombre. Quatre liquides, quatre émotions, quatre valves, mais aucun moyen de savoir ce qu'il fallait en faire. Devais je attirer la lumière, ou bien devais je me synchroniser à l'ombre qui était en ce lieu. Moi qui n'avait pas peur de me lancer à l'aveuglette dans le danger devenait subitement prudent face à une énigme. Tel Maitre Ishi jadis, je me mettais en position du lotus, devant l'autel alors que je commencais à réfléchir.

Je ne savais pas ce que signifiait les couleur ou encore leur réaction. Les actionner pouvait signifier bien des choses pour moi et peut être pour Serena ou Linor. Je retirais mon masque ainsi que ma capuche pour finalement commencer par un endroit bien plus évident : le socle poussiéreux. Soufflant dessus, je tentais de mettre à jour les écris pour les lire mais aussi pour voir s'ils étaient en rapport avec ce que je vivais en cet instant.


MJ : Les écrits ont été pour l'essentiel corrodé et difficile à lire. Si certains passages semblent évoquer ta vie sur Centile, comme la catastrophe de la West Station, d'autres sont un peu plus énigmatiques.

Mais ce qui te chiffonne surtout, c'est que la ligne des textes s'arrête brusquement juste après ce passage !


Citation :
"Il se laissa alors tomber. Le corps pareil au soleil bienheureux. Ce fut pour lui la Fonte dans le Grand Tout, ne laissant derrière que le noir de la haine désespérée pour ses camarades. Le futur à l'horizon azur semblait plus incertain que jamais alors qu'il glissait loin. A jamais, son esprit perdu rêva encore et encore de passé et des étendues herbeuses de son enfance où tout était simple et parfait... jusqu'à ce que le temps ne corrompe le Cuivre."

Après, ça plus rien. L'histoire semble s'être arrêtée.


"Chblour... Pphelbs... chfrtr..."

Les sons continuent de rebondir autour de toi, toujours différents dans leur note et leur rythme.


Alexei : Je lisais les symboles sur le socle et redécouvrait mon histoire, même cette dernière partie, directement reliée aux valves étaient un récit de l'instant ou je n'ai fait qu'un avec la Source. Une énigme qui, néanmoins, m'apprenait un peu plus sur la signification de ces couleurs. C'était deux pairs d'opposés. Le Jaune était la sérénité et le Sombre était la haine. Le Bleu était le futur et le Vert était le passé. Une pair d'émotion opposées et une paire de temporalité. Tout cela relié à un son qui rebondit en écho.

Cela me rappelait presque lorsque j'étais moine et que nous hurlions dans la montagne pour entendre nos voix rebondir sur les falaises de glace. Cela nous donnait l'impression illusoire, mais rigolote que nous n'étions pas seul en ce lieu glacé. Je me souvenais alors des trompes qu'utilisait certains moines pour rythmer nos méditation. Je me souvenais de ce son qui rebondissait contre les parois pour finalement revenir, entrer en résonance et nous faire trembler l'âme. Etait ce la même chose ici ? Usant d'émotion et de temporalité, je devais tenter d'orienter les échos pour les faire entrer en résonance.

Je décidais donc de commencer à bouger les valves sans bouger de ma position. Une paire après l'autre, je testais leur effet. Deux opposées, deux axes, peut être était ce une manière de situer les échos pour les amener au centre de la pièce pour mieux les comprendre.


MJ : Tu invoques pendant un moment pour forcer les valves à tourner. Tu es stupéfait de leur résistance car il te faut mettre toute ta puissance pour en bouger une. Lentement. La première que tu tournes fait d'abord augmenter le débit de liquide noir.

"Shrrkksshh...flend...palaisse...ratout est détruit, tu ne construis rien ni n'a cure de ceux qui t'entourent. Tu laisses tous ceux qui t'aiment derrière toi, seuls face à leur misère et aux responsabilités que tu as délaissé. Jamais tu n'as grandi ni n'a été digne de Kushu. Tu es l'enfant gâté du pouvoir..."

La molette opposée commence à tourner, faisant jaillir davantage de liquide jaunâtre de plusieurs petits tubes.

"...pouvoir que tu maîtrises mieux que jamais. Tu inventes ton destin désormais. Tu cherches Fourreau de Cuivre mais il est déjà là. Sur ta peau gravés sont les mots qu'ils prononcent. Tu regardes ailleurs mais vois maintenant en toi : tu ES Fourreau de Cuivre. Et le Premier Centilien qui a jamais fusionné avec son sceptre..."

"Staft dans "Style sanglant et Puits de Science" "

Citation :
Lors de son entraînement sur le Mont Kushu, Staft invente son propre style de combat grâce à ses compétences uniques. La scène de démonstration qui s'en suit en aura sûrement étonné plus d'un par sa créativité ! Plus tard, face au Puits, l'artificier va jusqu'au bout de son idée et montre un courage exceptionnel qui lui rapportera un augure comme jamais la saga n'en a connu.

Aujourd'hui, il s'agit d'un test, d'une épreuve.

* "Il ferma les yeux et il vit son monde renaître" Versés un de Horini, Page 433.*

Je suis debout, bras le long du corps, yeux fermés, un kunaï à la ceinture, dans un début de méditation.
Les pensées sont comme des nuages, passant un par un sortant de mon esprit, jusqu'à ce que celui-ci atteigne ... le vide ...
Alors, ma main gauche saisit le manche de ma lame.
Sortie de son fourreaux, brillant tel l'acier, le tranchant s'approche de la paume de ma main droite.

* Douleur. *
Je range mon arme tout chassant la sensation.
*             *
De nouveau le vide...
Et c'est dans ce néant de l'esprit que j’agis désormais sur le néant qui me compose.
Je ne suis pas une âme dans un corps, je suis un corps dans une âme, au visage sans expression, à la fois pantin et marionnettiste.
Mon sang coule de la plaie, d'un moulinet du poignet, je l'aide à se répandre sur toute ma main.

Puis j'ouvre les yeux.

Face à moi, quatre Bonzes armés de bâton, de sarbacane de lance et de sabre.
Derrière eux deux mannequins de bois, qui couvrent eux-même 2 moines s’apprêtant à user de la magie de Jialle pour m’empêcher d'atteindre les hommes de bois.

Le bonze au bambou, situé sur ma droite, attaque en premier. Son arme vise ma tête dans un mouvement rotatif avec un angle de 45°.
Ma main noire vient à la rencontre de l'arme.
Pas bruit. Pas un éclat.
Le bonze termine son geste sans rencontrer de résistance.
Mais une partie de son arme a disparue.

Ma tête se décale légèrement vers lui, il n'y a ni sourire ni émotion, on dirait que j’attends, mais moi-même je n'en suis pas sûr.
Il réitère son attaque, dans l'autre sens.
Mon corps d'un seul bloc, se retrouve au cœur du mouvement. Ma main droite efface, ne laissant que le manche, tandis que le reste vole à l’opposé du combat.
Ma main gauche, plate, s'enfonce dans le ventre du malheureux, lui coupant son souffle.
J'entends un mouvement derrière moi, le son du vent d'une lame, d'une lance.
Ma main droite poursuit son mouvement de balayage pour faire face à l'ennemie encore invisible.
Et lorsque ma tête tourne enfin vers mon nouveau opposant, l'ancien tombant à terre.

J'observe l'absence de tête de l'arme, disparue dans le sang qui couvre ma main.
Mon ennemie tente de toucher un autre point, la tête, mais mon sang continue de faire obstacle, absorbant au fur et à mesure l'arme à chaque coup. Je me suis redressé et j'avançais vers mon opposant, continuant de se battre pour me vaincre.
Ma main gauche se courbe, tel un cobra.
Le cou s'enfonce sous mon impact, coupant le souffle de la victime qui tombe, tel le précédent.

Je me repositionne pour me présenter aux derniers : sabres et sarbacane.
Mon kunaï sort à nouveau et une coupure est faite sur la main gauche.
Mes deux mains dévorantes sont maintenant face à mes opposants.

Le deuxième me décoche une fléchette que je parviens sans peine à anticiper.
Son lanceur s'élance autour de moi, cherchant une faiblesse où il pourra me toucher tandis que le double sabreur s'élance droit sur moi.

Il est rapide et ses coups sont précis, capable de s’arrêter avant de rencontrer le néant.
Je dois esquiver ses lames tout en gardant un œil sur la sarbacane, qui prend un goût pour les attaques par derrières. Je tourne autour de mon adversaire aussi bien pour le forcer à me suivre, et donc m'en servir de bouclier contre l'autre.

Un premier coup me permet d'atteindre en partie un sabre, l’endommageant sur son extrémité
Désormais déséquilibré dans ses allonges, je le force à jouer davantage avec une seule.

J'absorbe une fléchette sur ma droite tandis que ma main gauche rencontre le sabre encore intacte.

Cette fois-ci, je la dévore en grande partie, ne laissant qu'un poignard pouvant casser à tout instant dans la main gauche.
Mon opposant recule un moment, me laissant libre cours de me diriger enfin vers la sarbacane.

Le bonze tente une dernière fois de tirer, mais la flèche comme l'arme disparaît dans mon poing droit.
Mon bras poursuit sa course jusqu'au visage de mon assaillant et le choc à lieux cette fois-ci, je le projette à terre. Son visage noircie de mon sang, sans séquelle plus importante.

Je me redresse soufflant, pour faire face au sabreur.
Celui-ci s'approche lentement, armer désormais d'un unique sabre usé dans sa main gauche.
Il cherche une botte lorsque je m'avance, le haut de mon corps se plie en arrière tandis que mes mains rencontrent la lame.
Son arme disparaît tandis que mon corps retourne à la normal, profitant de l'énergie du mouvement, je le poursuis pour percuter son nez de mon front, le jetant à terre.

Il ne me reste que deux cibles à atteindre, immobiles, mais les mieux protégées.

Ses gardiens commencent l'incantation, tandis que ma main gauche retrouve un couleur plus claire.
Je retire mon kunaï et son fourreau de ma ceinture alors que l'invocation se termine.
Le sol sous mes pieds tremble et me voilà emprisonné sous un dôme de terre.

Le fourreau sort quelque instant plus tard, baigné de mon sang noirâtre.
Je dessine porte et je m'apprête à sortir.

Je dois cependant aussitôt me mettre à l'abri face aux flammes se jetant sur mon abri.
Bloquer dans le dôme désormais en proie au feu, je dessine une nouvelle porte à droite, elle aussi accueillit par des flammes.
Mon abri brûle de l'extérieur, chauffant comme un four à l'intérieur. Il semble n'y avoir aucun moyen de sortir.

Le temps continue de s'écouler, je n'abdique pas.

Mon  fourreau s'enfonce dans le corps du premier mannequin.
Tel le serpent du désert, j'ai creusé rapidement un tunnel dans le sol, pour me glisser sous ma proie et bondir dessus.

Je m'extrais du sol, désormais face au dernier mannequin.
Une goutte tombe de mon doigt réduisant au silence flamme et terre.
J'ouvre mon sabre et applique la lame vers ma dernière cible.
Un temps s'écoule …

Je tape une fois le cou avant de ranger mon arme.
* "Celui qui épargne la vie de son opposant sans le blesser peut sauver la vie de tous." Marmin page mille du versé trois. *
Je souffle.

*C'est terminé...*

[...]

Ma détermination a été sans borne jusqu'au bout, je restais concentrer sur ce que je comptais faire :
entrez en contact avec le puits, leurs prouver, une bonne fois pour toute, mes dires.

Me voici à présent face au puits, face à mon destin.
Je sens son énergie couler en moi.

Je ferme les yeux pour mieux sentir cette sensation.

Mon visage grimace subitement, ma main gauche atteint mon front, cachant mon œil gauche sous l'afflue de souvenir.
Je siffle sous la douleur des souvenirs.

Cela ne dure qu'un moment, assez pour inquiéter les maîtres, puis la douleur passent ... mais les souvenirs restent.

Je regarde Hishi dans les yeux. J'observe le sabre sortir de son fourreau...

Puis j'avance sur la corniche.

Ma voix résonne sur les parois, accompagné de l'écho de mes pas.

"Cela fait bien longtemps que je ne t'ai pas vu ... "

Je continue de m'avancer.
" Poussière, tu redeviens poussière, c'est donc ça, ton dicton ? Qui pourrais t'aider quand la corruption te gagne, alors ? "

J'atteint le bord de la corniche, mon regard droit vers le puits.

" Ça fait trois ans et demi depuis notre dernier contacte ... et je t'ai vu agonisant, ensuite malade ...  et maintenant en pleine forme..."

Une langue de feu surgit du magma pour atteindre la corniche, m'atteindre moi.

* Trop de colère. *

Je fais un bond en arrière, évitant la langue.

Lorsqu'elle retombe dans le magma, ma main droite s'ouvre de petites entailles pour laisser le sang l'enrober, me préparant à me couper si cela est nécessaire .

Je me ré-avance en reprenant mes paroles.


"Plutôt que de sentir mon corps, sent mon âme !"

J'attends la nouvelle montée... qui vient à moi quelque instant plus tard.
Elle est moins rapide, moins brutale.

Je tend ma main gauche, paume ouverte, doigts écartées,
ma main droite prête à trancher.

Le contact a lieu.


MJ : Le Maître au sabre se rapproche fermement de toi au moment du contact lorsque Maître Hishi le stoppe dans son élan de quelques mots.

"Maître Koh, regardez !"

La langue qui touche ton bras s'enroule autour de celui-ci sans vouloir redescendre. Ton coeur s'accélère. D'autres lames de feu s'élèvent à d'autres endroits du Puits pour retomber lourdement. Les Maîtres reculent. Tu ne manifestes pas de douleur et ne sembles pas te faire consumer par les flammes. Toutefois, au niveau de tes sensations, il est impossible pour toi de déceler quoi que ce soit de particulier. L'écart de compréhension entre toi et ce qui te fait face, quoi que ce soit, est trop gigantesque pour que tu puisses prétendre à une quelconque interaction.

Pourtant, la langue ne te lâche pas. Difficile de t'en défaire et plus encore, difficile de résister au mouvement de succion qui absorbe ta conscience même. Tu sens ton esprit s'étirer le long de cette lange lumineuse pour plonger dans l'interstice entre les réalités. La sensation est presque similaire à celle d'un voyage entre les réalités, sauf que tu es sur le ligne de départ et d'arriver en même temps.

L'air semble tourner tout autour de toi pour former un petit cyclone dont tu serais l'oeil. Des morceaux de pierres en sont arrachés des parois pour venir flotter autour de toi. Bien que tu subisses l'évènement, tu te rends bien compte que c'est ta magie élémentalistes qui est à l'oeuvre ou plutôt, le Puits qui active cette magie à travers toi.

Les rochers commencent à se rassembler devant toi à toute vitesse pour former un cube. Ce dernier se creuse aussitôt de cavités complexes comme si un artiste ou un architecte s'amusait à créer une oeuvre dans ce matériau brut. C'est toute une ville archaïque qui se dessine sous tes yeux bien que tu ne l'aies jamais vue. Bientôt, au cube est annexé une parois horizontal, comme un sol de pierre dont la topologie semble savamment construite. La plateforme s'étend pour représenter le cube posé sur ce plan où se dresse de minuscules arbres de pierres. La maquette se complète davantage pour former une jungle qui s'étend, qui s'étend. Le cube rétrécit au fur et à mesure, te donnant une impression de distance et de recul.

Un cercle de pierre se forme autour de la zone circulaire qui s'est construite. Un barrage ou un poste-frontière dirais-tu. Sur le sommet de celui, une minuscule statue de pierre est créée pour représenter un homme des mains duquel pendent des bandages. Tu vois tout le corps de la statuette s'illuminer d'écritures de feu à la puissance luminescente grandissante... jusqu'à ce que toute la sculpture qui s'était formée sous tes yeux éclate sous l'explosion de la statuette.

Tu te protèges les yeux par réflexe ainsi que tous les Grand Maîtres qui n'en croient pas leur yeux.

La lange de feu n'est plus autour de ton bras. Hishi a le souffle cours.


"Par Kaen... c'est un augure du Puits lui-même !"


"Gabriel dans "Say hello to my little friends" "

Citation :
Le Gardien d'Horazon se retrouve en prise avec Marmin suite à un message lancé directement à la Déesse. Le Preux, qui s'est lancé dans la bataille hâtivement, aura tôt fait de comprendre qu'il a sans doute pris son ennemi trop à la légère suite au revirement de situation superbement préparé par Gabriel.

Un moment d'anthologie.


MJ : Tu te stationnes au-dessus des nuages en deux endroits différents à attendre le mouvement de l'ennemi. Le flot des tirs a cessé au moment où tu as disparu dans les cumulus lourds et humides.

Il y a un temps de latence. Si tu n'es plus visible pour ton ennemi, tu ne peux pas l'apercevoir non plus.

Puis les tirs reprennent. Mais tu n'as même pas besoin de les esquiver : les traits lancés à l'aveugle te passent à côté. Tantôt derrière, tantôt devant ou trop à gauche. Tu comprends la stratégie de ton adversaire quand soudain [Ralenti progressif] au milieu de ce rideau continu de jets sanglants une sphère noire s'élève, ses composants crevant les nuages pour se veiner d'électricité bleutée et exploser en une déflagration magnétique qui déforme l'air : un EMP. Il cherche à mettre ton armure hors circuit.

Chaque milliseconde compte : tu te rends compte que le rideau qu'il a crée t'empêche de t'échapper si ce n'est vers la droite, vers le haut ou le sol. Non ! Tes yeux roulent vers le haut pour comprendre le subterfuge : les traits d'hémoglobine dessinent une courbe en cloche qui ferme l'accès vers le haut avant de retomber dans la direction sur ta droite. Si tu t'échappes par la dextre, les jets sanguinolents risquent de te retomber sur le dos.

Le bas... il veut que tu reviennes au sol ou bien que tu abandonnes ton armure.


Gabriel :

[Flashback]Je ne discute pas plus avec Marianne au sujet de la bataille du désert, il n'y a plus à discuter, elle est dans son idée. Si elle veut combattre avec un bras suturé jusqu'au coude et quelques os fragilisés c'est son affaire . Et j'ai bien autre chose à réfléchir pour le moment.Je m'approche finalement d'elle pour lui murmurer quelque chose à l'oreille. Un simple regard entendu s'en suit.[/Flashback]

Tandis que la tactique de mon ennemi se dessine à mes yeux, un sourire amusé m'échappe sous mon casque. Jouer au faible pour mieux surprendre l'ennemi. Le message pour Kaen n'avait pas uniquement pour simple but de proposer ma candidature en tant que Dieu mais aussi autre chose... Je savais que Kaen m'enverrait un soldat d'élite et je soupçonnais fortement qu'elle m'envoie Marmin. Elle était tombée dans mon piège. Une chance supplémentaire de le mettre hors combat, ou de le capturer, maintenant.

Je savais qu'il allait se concentrer sur l'Armure Absolue puisqu'il l'avait déjà affronté. Et ne se douterait pas une seconde de ce qui allait lui tomber sur le nez.

Un bruit de moteur ultra silencieux perce finalement le silence de ce ciel chargé, je souris. Je baisse les yeux, et reconnais ce bon vieux géant chargé d'armes lorsqu'il sort de son option camouflage. Nous sommes la Résistance.


Je ne peux pas encore voir ce qu'il se passe en bas, mais une chose est sûre : Marmin a intérêt à courir très vite car les Jumeaux doivent déjà le tenir en respect avec leurs propres chasseurs. En quelques millisecondes, dans un timing parfait qui caractérise toujours autant les Alphas, je m'incruste dans la place de second dans le Chasseur de Mille Flingues.

Je souris,

Content de te revoir Mille Flingues ! Timing parfait, comme d'hab! Tu vas être content, j'ai invité un des futurs anciens Dieux en bas. Je te promets plus d'une de ses armes si on arrive à le capturer ou le flinguer maintenant! J'ai déjà pu apercevoir son Arc Assoiffé. Intéressé ?


Il voulait que je passe en dessous de sa cloche ? C'est chose faite. Un tir du Chasseur permet de mettre out l'EMP. J'attrape mes manettes respectives pour sortir les armes latérales du Chasseur et mettre en place notre bouclier.

Nous descendons pour rejoindre la formation parfaite des Jumeaux. Concentré et cherchant ma cible, je demande :

Vous avez pu larguer le piège anti magie à temps ? Combien de périmètre ?

Oui, ils étaient là depuis un petit moment avec leurs chasseurs. Le but est d'obliger Marmin à se replier dedans. De ne pas lui laisser le choix.


MJ : Vos trois skyfighters crèvent les nuages pour découvrir la surprise que ton agresseur t'avais réservé : une succession de trois autres bombes EMP que vous shootez immédiatement pour dégager le terrain.

Vous êtes relativement proche du sol aussi devez-vous redresser dans l'instant, non sans avoir tiré une rafale au passage là où vous avez vu votre cible.

Seuls tes yeux ont pu le voir tellement il a bougé vite : d'une masse aussi monstrueuse que celle d'un Telagan, coiffure à l'Iroquoise, chauve sur les côtés, barbiches folle châtain, un équipement purement militaire sans fioritures, un communicateur visé sur l'oreille, son sceptre colossal vissé dans le dos et une arc musculeux dans sa main poisseuse de sang. Aucun doute, c'était bien le Preux.

Mais ce que tu as vu le temps d'une fraction de seconde, c'est quand la stupeur a remplacé la rage sur son visage avant que la haine ne reprenne ses droits. Il était positionné sur le sommet d'un petit tour carrée faisant l'angle du Stranson Park, qui n'est pas très loin de la frontière de la 3eme Couronne. Il a fuit. Marmin a fuit pour esquiver votre salve qui a pulvérisé le marbre pour se réfugier dans le parc, sous le mince couvert des arbres éparses.

Vous activez votre vision thermique mais cela reste difficile tant il bouge vite. Votre vitesse vous permet de ne pas vous faire distancer, de plus, le Disciple ne semble pas vouloir sortir du parc. Sans doute pour éviter les quartiers résidentiels qui feraient beaucoup de victimes innocentes.

Vous venez de renverser la vapeur, mais tu sais que la réaction de ton adversaire ne se fera pas attendre.


"Le parc a été quadrillé, oui, impossible pour lui de faire appel à la magie pour s'en sortir," te répondent les Jumeaux dans leur radio.

Vous continuez de tirer, éclatant des troncs entiers au passage, mais il semble que son expérience lui permette d'anticiper vos tirs malgré vos combinaisons à plusieurs. Il traverse le lac central du parc en courant sur l'eau tout en remettant son arc sur le dos. Puis il tire l'épée enchassée dans son sceptre dont la lame s'élargit une fois à l'air libre.

Il n'a que sa vitesse pour se défendre et pas moyen d'avoir un ravitaillement par magie.

Une opportunité qui ne risque pas de se représenter deux fois.


"Et le gagnant est... Alexei dans "Cuivrerie" !!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Gabriel d'Horazon

avatar

Messages : 2417
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
0/21  (0/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Lun 20 Jan - 19:42

UN DISCOURS ORLOV !! ARRÊTE DE TE PLANQUER !
_________________
Anges ou démons...Les uns ne sont que le reflet des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Lun 20 Jan - 20:33

Je me lève de mon siège non sans faire une sorte de fistbump avec Philis et Jack assis non loin. Un baiser chaste mais lourd de sens sur les lèvres de Mathilde et enfin un checkbro à Assou. Mon visage montre une certaine surprise de recevoir un prix. Les plaisanteries sur ma mort et mon coté très ... agressif ne manque pas de me faire sourire. Mon visage toujours marqué des Runes de Kaen, verrouillé par mon costume de trois pièce que tout le monde disent "sooooo 3eme Couronne". Je n'aime pas les couleur trop criarde et reste en noir et blanc si ce n'est un noeud papillon vert émeraude pour rappeler les couleur de Primus. Je serre la main à Galu et à Davil, rejoignant un trio de personne adorateur de cette coupe indémodable pour prendre mon prix.

"Merci à tous, merci pour ce prix.

Un prix que je dois non seulement à la beauté exotique de mon incarnat mais surtout au Multivers. Loué soit sa bienveillance et son talent pour cacher dans les recoins les plus étranges et sombres des merveilles d'ingéniosité et voyage.

Je n'aime pas trop m'étendre sur le sujet ni même triompher pendant des heures ... Surtout que je triomphe pas vraiment la plupart du temps à cause de mon tempérament un peu trop explosif dirons nous.

Je remercie donc tout le monde d'avoir aimé mes récits et j'espère que vous aimerez les suivants ainsi que ceux de tout les autres nominés qui ont tous une pattes et donne toujours plus de vie à cet univers qui est le notre.

Et vive Centile !"


Je refais une petite poignée de main aux deux présentateur avant de disparaitre de la scène.
_________________
"Vous n'arrivez même pas à briser une règle comment pouvez vous espérer pouvoir briser un bras ?" Khan

"Anger is a gift" Malcom X
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staft Forest

avatar

Messages : 1788
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 24

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mar 21 Jan - 19:21

De nouveau depuis l'ombre des places de premier rang, j'applaudis.

" Bien joué ! "

Je n'en rajoute pas plus ... car il n'y a rien à rajouter.
_________________
" Si tu veux changer ton monde, commence par en sortir pour le comprendre
et change toi d'abord. "

Staft Forest,
Dieu chaotique des buts, de la protection, du changement, du paradoxe et de la seconde chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Sam 8 Fév - 11:40

Il y a un entracte qui permet au réalisateur d'intercaler sa page de pub et aux invités de se détendre un peu. Retour des serveurs, remplissage de coupettes, congratulations, trépignements...

On change de siège, les joues un peu rougie par l'alcool, l'euphorie ou le stress. On entend des machinistes s'activer derrière le rideau rouge qui est retombé dès que les caméras n'étaient plus en live. Philis va féliciter Alexei avec quelques mots classieux qui contraste avec son rôle habituel. Marianne est évidemment en train de masser ironiquement les épaules de Gabriel pour le détendre en attendant l'annonce des nominations pour les prochains titres. Bailli admire le trophée de Telagan et espère qu'il y en aura d'autres dans la soirée, bien mérités. Henry va serrer la main de Staft pour son prix, l'encourageant à conserver ce grain de folie qui fait le charme de son aventure.

Puis la musique s'élève à nouveau, signale qu'il faut réintégrer ses sièges et se préparer pour la suite du spectacle. Le brouhaha meurt petit à petit alors que vous devinez le commentateur de la soirée en train d'accueillir à nouveau les spectateurs. Vous apercevez une caméra volante qui décrit une courbe face au public avant de retourner vers la scène.

Les rideaux se lèvent pour dévoiler un tout autre décor : un plan d'eau artificiel a été installé autour du podium et de la petite allée qui y conduit, se prolongeant par un escalier qui monte jusqu'à l'arrière de la scène. Quelques geysers accompagnés de flammes crachent un concert d'eau et de feu pour saluer l'apparition d'une silhouette massive en haut de l'escalier. Le colosse en costume descend ses premiers marches pour apparaître dans la lumière. Il est étrange de voir Marmin avec autant de cheveux bien que la coupe soit mi-longue et un sourire éclairé. Pourtant, le Disciple a bien le visage joyeux lorsqu'il appelle Jack sur scène pour qu'elle le rejoigne.

Celle que l'on a vu dans l'aventure d'Alexei est elle aussi transformé. Son air de garçon manqué et ses manières brutes de fonderie ont laissé place à une élégante blonde aux cheveux longs dans une robe à une bretelle dont le bustier s'ouvre en diagonale sur le haut de poitrine. Les plis rouges dans son dos et les collerettes au niveau de ses hanches permettent de feminiser sa musculature. La robe se termine comme elle commence : une ouverture à mi-cuisse partant de la gauche qui s'allonge en diagonale pour couvrir presque l'autre jambe.

La belle présentatrice dépose un baiser sur la joue du Preux qui doit se pencher pour l'occasion. Jack fait semblant de s'offusquer du regard de Marmin qui tombe dans son décolleté avant de s'emparer du micro en riant.


"Bonsoir à toutes et à tous !

D'aucuns disent que le prix que nous allons remettre est un des plus prestigieux et il n'ont pas tord ! A voir les fiers guerriers qui peuplent nos histoires, il est normal de convoiter le titre du meilleur d'entre eux."


La lourde voix rocailleuse de Marmin prend le relais.

"Ahh, qu'il faut en prendre des risques pour le récolter celui-là ! Je ne prétendrai pas connaître la recette pour gagner ce prix mais il est certain qu'il faut du sang et de la sueur, beaucoup de créativité, une volonté de fer et surtout... surtout... une paire bien accrochée !"

"Certes, mais qu'il est facile de rire face au danger. Nos protagonistes savent bien que le risque n'est joué que pour nos spectateurs mais qu'ils ne craignent presque rien... presque... Alors comment avoir du courage si l'on ne se montre jamais effrayé face au danger ? Bien des prétendants au titre par le passé se sont trompés en essayant de paraître impassible alors qu'en fait... le vrai courage, c'est d'avouer sa peur !"


Avec un air fin, Marmin approuve le message et tire l'enveloppe qui paraît minuscule dans sa main.

"Tout à fait. Il faut d'abord tomber, hurler de douleur, douter, paniquer, pleurer même peut-être avant de se relever avec détermination. Et nous avons pu voir que nos héros ont dû aller chercher ce courage au tréfonds de leurs tripes plus d'une fois !

Sont nominés pour le Prix Marmin :"


"Alexei dans "En territoire ennemi" "


Citation :
Alors qu'il vient de se faire capturer par Qeglin après avoir assailli son camp de mercenaire, Alexei subit un interrogatoire musclé avec le Seigneur de Guerre lui-même. Il montrera pendant cet échange que rien ne peut le faire défaillir malgré les menaces bien réelles du Général.

Moment testostérone...

Les larges verrous de la porte d'acier ont tourné dans un crissement sec.

Et c'est là que tu l'as vu pour la première fois. En vrai. Contraint de se baisser pour passer la porte, dans son armure de ferraille lourde, une balafre du visage qui s'arrête là où commence son crane chauve. Sa barbiche qui devait être pointue à une époque. Une montage qui te fait la même impression que la première fois que tu as rencontré Telagan, l'autorité en plus.

Qeglin, le meilleur Seigneur de Guerre de Centile.

Il tire une chaise ridiculement petite pour son gabarit pour se poser devant toi alors que la porte se referme.

Il n'est pas content. Son regard est difficile à soutenir, non pas parce qu'il est terrifiant, mais parce qu'il semble déçu. Il y a une bonne dizaine de secondes de silence avant ses premiers mots.[/i]

"Alexei Orlov," ses jointures craquent.

"Je me demande toujours si tu es un sombre imbécile ou bien si ces années en camp de concentration ne t'ont pas rendu tout simplement fou. Je pencherais pour la dernière, mais je réserve mon jugement...

Si je ne t'ai pas encore arraché la langue - et pourtant, crois-moi, je considère encore l'alternative - c'est parce que j'envisage la maigrissime, infimuscule possibilité que t'aies une explication valable à tout ce que tu as pu faire.

Ton arrestation sur Niroy pour commencer. Sept de MES hommes ! Sept gars que tu as tué sans motif apparent autre que "tu les as attaqués subitement". Si tu veux pas que je te jette dans le 5eme Voile, tu vas commencer par m'expliquer ça."


Il ouvre sa main pour jeter un tas de médailles et d'écussons d'officier devant toi. Sept au total portant les noms de tes victimes, que tu n'avais jamais connu auparavant.

Alexei : [...]Je n'aimais guère cela et me donner envie pour recharger les batteries, mais, étant en territoire ennemi, j'avais peur de dévoiler un peu trop sur mes forces et mes faiblesse à mes geôlier.

Des faiblesses ... quand Qeglin apparut, j'eus beaucoup de mal à considérer que celui ci puisse en avoir. Ce mec est une montagne ... Je suis assez surpris d'ailleurs qu'il passe à travers la porte. J'étais quelque peu surpris par une chose tout ce qu'il y a de superficielle mais qui me troublait. Pourquoi porter une armure semblant si vieille ? Je sais que cela donnait un genre brute de décoffrage mais cela aurait été plus efficace torse nu. Pourquoi me focaliser sur ce détail ? C'est surtout pour éviter de me sentir comme un petit garçon ayant fait une bétise. Pour paraitre plus digne, je m'étais mis en lotus, comme pour méditer.

Heureusement pour moi que le grand homme m'a lancé les plaques de ses soldats. Sept plaques ... Sept ... Sept ce nombre ne manquait pas de faire apparaitre un sourire sur mon visage. J'aurais pu être mal à l'aise en cet situation, d'ailleurs je n'étais pas totalement à l'aise, je dois l'avouer, mais le fait est que j'avais la chance que Qeglin commence par me montrer ces plaques. Ces sept plaques ... sept plaque parmi lesquelles se cachait le meilleur moyen d'avoir la confiance de ce général.


"Général, c'est un honneur de vous rencontrer. Je conçoie qu'étant donné le contexte de notre rencontre, vous ne pouviez qu'approuver ce motif. Toutefois, je ne les ais pas attaqué sans raison. La première raison était qu'ils étaient complices de la corruption d'un endroit Saint. La deuxième étant que j'ai failli être tué par ces Sept soldats à la gachette facile. Et la troisième était que ce n'était plus vraiment VOS hommes, Général"

Je prends les plaques pour regarder les noms alors que je les rassemble pour les regarder. Mes premières victimes ... même si j'ai du remords à tuer, ceux ci ne m'en provoquait aucun.

"Ces hommes étaient corrompus par quelques hauts fonctionnaires visant à exploiter un lieu Saint. Ils utilisaient la population locale pour des expériences et je ne doute pas que la purge incendiaire est de leur fait aussi. Pour preuve, je vous conseille de poser les questions aux personnes ayant fait l'enquête menant à mon excommunication car il y a surement des éléments qui seront troubles. D'abord, les chargeur vides dans les fusils par exemple, des traces de minéraux inhibant la magie sur eux et surtout..."

Je relance les plaques à Qeglin

"L'une de ces plaques est fausse. Non pas que je n'ai pas tué son propriétaire, bien que sa mort est sujette à caution, mais son corps et son équipement n'était plus dans ce monde"

Un plongeon dans la source ne laisse pas de trace et de cadavre

MJ[...]

Il plisse le front et montre un peu les dents en se penchant sur sa chaise.


"J'vais être plus clair : qu'est-ce qui s'est passé pour qu'on t'arrête ? Et t'as intérêt à avoir plus que des vagueries du style "haut dignitaire mes couilles" !

Quel endroit saint ? T'étais à des putain de bornes du Prieuré. Pourquoi pas mes hommes ? Sois précis si tu veux pas que je fasse venir un manipulateur psychique pour rentrer dans la gueule."


Alexei : "Le prieuré ? Un endroit Saint ? Pfff hahahahaha"

J'éclate de rire après la meilleur blague du monde. Je savais que Qeglin était un grand Seigneur de Guerre mais c'était aussi un grand comique, il faut l'avouer. Mais je ne doute pas que mon rire n'aide pas à briser la glace, lui qui souhaite communiquer plutot qu'utiliser la force. Je me reprends mon sérieux, toujours légèrement souriant, avant de continuer.

"Les prieurés sont installé sur les lieux saint des locaux mais ceux ci sont surtout politique. Ils ne sont nullement la demeure de l'unité et de l'harmonie. Ils sont les maisons du pouvoir, de l'oppression et du controle des fidèles. Ce que j'appelle un lieu Saint, c'est un lieu où Kaen et/ou les disciples ont foulé et ont laissé des héritages pour que les élus apprennent et évoluent.

Mon crime était d'avoir liquider vos hommes, certes, mais des hommes qui surveillaient l'une des preuves que Kaen avait foulé ce monde. Je ne sais absolument pas où j'ai été appréhendé selon le rapport, vos hommes n'étaient pas des manches et j'ai été touché au torse, au pied et une partie de mon oreille a du être refaite.

[...]"


Je laisse une pause pour qu'il puisse se rappeler de l'affaire qu'elle soit présente dans son esprit, appatée par mon introduction. J'avais totalement retrouvé mon calme et fermait les yeux. Je n'avais pas besoin de le regarder pour sentir l'effet que je lui faisais. Je scrutais les vagues de sa psyché, les étudiait à chacune de mes interventions, tentant de m'en faire une image net. Qui sait, peut être pourrais je l'utiliser un jour.

"Les forces en présence vous jugeait trop incorruptible, trop controlé par le gouvernement et par votre devoir pour risquer de vous mettre au courant de la découverte. Ils voyaient cette découverte du lieu Saint comme une force de pression politique alors qu'ils ignorent tout. Ils l'ont étudiés, ils y ont fait des expériences et des blasphèmes. Des blasphèmes que je risquais de dévoiler. Des blasphèmes qui ont corrompu le lieu au point que vos soldats le dise Maudit"

Je restais vague, je n'allais pas lui dire les coordonnée exacte et risquer de perdre des cartes qui pourraient me servir. J'avais fait un pas en avant en un sens. Toutefois, à tout pas en avant, il était de bon temps de rester honnête avec le Général. Une honnêteté qui se matérialisa par un regard se plongeant droit dans son regard.

"Cependant, si je peux me permettre une remarque, Général. Je me suis présenté à vous sans la moindre violence avant qu'un de vos officiers ne m'insulte en me mettant une paire de menotte. Ma réaction a été quelque peu ... excessive, certes, mais comme beaucoup de gens je n'aime pas qu'on me force à faire quoique ce soit, en particulier quand c'est une chose débile . Les questions que vous avez auront des réponses. Mais s'il vous prend l'idée de vouloir forcer ma psyché avec l'un de vos collaborateur. Je vous préviens que j'ai quelques surprises en réserves qui risquent de faire bizarre à vos agents ... D'ailleurs, si cela s'emballe, ca pourrait faire bizarre à un paquet de monde. C'est pas une menace, mais je me disais qu'étant donné que j'avais eu la politesse de me présenter sans cacher mon identité ni mes intentions il serait bon ton de rester clair avec vous Général"

[...]

MJ : Il t'attrape à la gorge pour te balancer à l'autre bout de la pièce qui te réceptionne de son matelas d'acier. Toute la salle en tremble. Ce doit être ça que ressentent tes victimes quand tu leur envoies des charges télékinésiques.

"Je t'en foutrais moi des réactions un peu excessives !!"

"Telagan dans "A travers l'enfer et le sang" "

Citation :
Notre Ange préféré se retrouve dans sa 6eme Couronne natale face à une armée de démons sortis d'un Puits de Kaen. Accompagné de Doriq et de Davil, il lui faut effectuer une percée parmi les innombrables créatures pour pouvoir envoyer le Gardien Liquide dans le Centre afin d'appeler du renfort.

Le Dieu de Dépérion abat son courroux dans la scène qui suit... et parvient à dompter un démon d'Horazon !

Mes épées sont posées en croix devant moi, mes paumes à plat sur les gardes. Mon visage est fermé, je lève mes yeux vers les deux démons qui nous ont repérés, et qui arrivent à portée de mes épées, comme si tout se jouait au ralenti pour moi.

Telagan : Mes quadriceps se bandent soudainement tandis que mes mains se referment sur mes lames :

"Bienvenue en Enfers."

Ces mots ne sont pas ironiques. Je bondis en avant.

Une fusée. Timing parfait entre l'arrivée des créatures et mon décollage incalculable pour le néophyte, à leur rencontre, mes lames sifflant dans l'air comme un cri  métallique strident, dans la direction de leurs têtes respectives. Une telle précision ne pourra qu'attirer l'attention de mon alter ego sur ma gauche, et donc les démons qui le poursuivent.


MJ : Deux têtes tombent aux pieds de tes camarades. Tu atterris quelques mètres plus loin, du sang sur les épées. Les premières gouttes. Terry, s'il t'a vu, ne semble pas obliquer sa direction vers toi. Pas plus que ses adversaires qui se dirigent vers l'ouest à plusieurs centaines de mètres alors que tu fais face au nord.

[...]


Telagan : Avant qu'ils ne prennent la moindre décision je prépare mon attaque terriblement mortelle en tournoyant sur moi-même. Je ressemble d'abord à une toupie géante munie de lames. Puis finalement à une violente tornade qui fait du surplace. J'attends simplement qu'ils soient partis avant de bifurquer sur la gauche et de rentrer purement et simplement dans le lard des démons d'Horazon et autre créatures qui empêchent mon alter ego d'évoluer. L'objectif et de faire du ménage tout en effectuant des frappes chirurgicales.

[...]Tu fonces sans attendre dans la mêlée pour tailler dans quelques démons mineurs qui subissent tes coups qui ne leur sont malheureusement pas toujours fatal. Néanmoins, tu fais un peu de ménage de sorte qu'il y ait vite quelques de la place autour de toi. Jambes qui partent, bras qui volent, ailes tranchées, cornes coupées, ça amoche, ça taillasse. C'est assez facile au début car ton angle est presque perpendiculaire au flot de démons, mais lorsque tu es au niveau de Terry, tu te retrouves vraiment en plein milieu du courant.

Les bêtes agissent sans réfléchir, elles ne font qu'un passage sans se concentrer sur vous, comme si l'épicentre de leur déversement les faisait fuir. Peut-être ont-elles une peur instinctive du Puits dont elles sont sorties ? Toutefois, le flot est continu... il faudra peut-être tenir jusqu'à ce que le dernier soit sorti... si jamais cela a une fin !

Terry se met immédiatement en position dos à dos. Vous échangez vos positions rapidement, et à l'aveugle, bien qu'il n'ait pas ta vivacité. Votre compréhension mutuelle trouve son paroxysme dans vos aptitudes martiales. Il est un peu essoufflé :


"Hmpf... heureux de voir te joindre à la fête, Frère. Je crois que nous ne serons pas trop de deux pour affronter toute cette armée bien que je me sente d'attaque pour la défaire à moi tout seul. Mais il me faut rejoindre Marelagan ! Il est de l'autre côté du château et toutes les voies sont coupées par ces bêtes !"

Il change d'appui et pivote pour trancher la tête d'une sorte de bélier grotesque et répugnant qui vient rejoindre d'autres cadavres et membres sanglants.

"Je n'arrive plus à progresser et à ce rythme, je risque de trop fatiguer. Il me faut un moyen pour passer de l'autre côté."

Son regard se porte vers l'orée du bois où Davil et Doriq ne devraient plus se trouver. Et pourtant...

"Il semblerait que Doriq ait des soucis... je crois qu'il a dû se rendre compte que la magie ne fonctionnait plus ici. Mais en vérité, plus l'on se rapproche de l'endroit où était le Puits, plus on est capable de l'utiliser j'ai l'impression. Mais..."

"Cela nécessite d'aller contre le flot des démons" finis-tu de penser pour lui. Il faut dégager un chemin pour que Davil et Doriq puissent partir et vous envoyer du renfort. Et c'est évidemment le moment où tu aperçois un démon d'Horazon foncer sur vous.

Une autre paire de manches que la piétaille que tu as affronté jusqu'alors.


Telagan : L'étau des créatures se resserre, m'obligeant à tailler de tous les côtés pour nous garder un peu d'air respirable. Je lève légèrement la tête à l'Horizon, pour voir arriver une toute autre catégorie de démons. D'un mouvement vif et net, je tranche trois tête de démons simultanément :

"Tu voulais un moyen de sortir de ce flot de fuyards ?"

Je pivote lui permettant de suivre mon mouvement afin d'échanger à nouveau nos places, en tranchant des membres à nouveau :

"Regarde devant toi, Kaen vient d''exaucer ton vœu, Frère. Musculeux, rapide comme l'éclair, et surtout ça vole. Voici le démon d'Horazon."

Je le laisse poursuivre le fond de ma pensée. La dernière fois que j'ai chevauché un démon d'Horazon contre son gré cela remonte à plusieurs décennies, mais c'est comme monter à cheval, ça ne s'oublie pas. 

Nouveau changement de positions après une dizaine de cadavres envoyée avec tous les autres. 

"Il sera sur nous dans une quinzaine de seconde. Prends garde à ses boules d'énergies

Peut-être est-ce les démons majeurs, que ces créatures fuient finalement, après tout, sur Horazon c'est la loi du plus fort qui prime. Et ça ne se passe pas différemment avec moi, lorsque je les affronte.

Malgré la difficulté, je reste constamment en mouvement, éliminant les créatures qui m'empêchent de prendre les positions qui m'arrangent. Je compte sur le démon d'Horazon pour nous aider à faire du ménage dans les rangs de ses congénères. Pour se faire, je resterai en permanence dans son champ de vision tout en ne restant jamais à la même place, l'obligeant à me charger ou m'envoyer sa fameuse boule d'énergie. Le flot sera alors temporairement coupé, me permettant de prendre l'élan nécessaire pour lui grimper dessus, de la même manière que l'on gravit une montagne, car s'en est une à sa manière. Aussi mon objectif sera le de le fatiguer tout au long de mon ascension, en utilisant ma vitesse, mon agilité et ma force, pour lui tourner autour tout en restant accroché à lui telle une sangsue, à l'aide de mes épées que je planterais dans sa peau coriace.


MJ : Ta connaissance des démons et ton instinct d'ange te permettent de placer de trouver systématiquement la faille dans la cuirasse des démons et de placer des coups qui font énormément de dégâts. De la sorte, tu n'as besoin que de deux coups pour les mettre à bat. Terry a bien compris ce mécanisme et, pendant que tu parles, vous vous coordonnez pour qu'il achève les bêtes que tu as grandement affaibli.

Puis tu fonces sur le taureau en pleine charge, laissant de nouveau Terry seul. Il rue férocement mais tu tiens, vrilles et commences à entendre le son typique de cette sphère d'énergie malsaine qui gonfle au sein de son thorax. Il vise ton alter ego ! Tu finis par planter une épée dans son dos pour le faire se cabrer afin de trouver l'ouverture pour plonger ton épée dans son point faible.

Son torse fume, il hurle mais ne meurt pas ! Il devient fou et se met à attaquer d'autres démons alentour, prenant la tangente au flot des autres créatures.

[...]
Telagan : Étant donné le flot continue de démons que le Puits déverse, je ne compte pas perdre mon temps à m'amuser à les massacrer. Si j'ai pris l'initiative d'escalader le démon d'Horazon, c'est dans un but bien précis. J'arrache ma claymore de son abdomen pour passer à nouveau sur son dos, non plus pour lui planter mon épée mais pour le chevaucher. Je sais bien qu'une telle créature ne se laisse pas dominer facilement, aussi je frappe violemment l'une de ses cornes de la main gauche tenant fermement ma claymore, dans le but de la lui arracher. Sa réaction ne se fera pas attendre, aussi je serre les cuisses sur ses flancs afin de ne pas chuter au risque de me faire piétiner.

Je rengaine vivement mes lames et m'accroche tant bien que mal à ses oreilles qui m'apparaissent salutaires dans cet exercice de rodéo plutôt mouvementé. Cette épreuve de force n'est pas sans me rappeler celle avec Jag. D'ailleurs maintenant que j'ai ses oreilles entre les mains, mon instinct revient, je tire sur son oreille gauche pour éviter qu'il ne fonce droit sur Terry, en espérant qu'il finisse par abandonner l'idée de me désarçonner.

Je lui mettrais autant de torgnoles que nécessaire pour qu'il reconnaisse qui, de la monture ou du cavalier est le Maître.


MJ Le démon est plus lent suite à ta première frappe bien que toute ta force colossale ne soit pas de trop pour diriger la bête. Il tente de lancer quelques gerbes d'énergie, mais celle-ci sont vomitives, mollasses et font à peine des dégâts à trois mètres. Néanmoins, cela te permet de dégager une tranchée nette en réajustant la course de l'animal. Tu tires violemment sur ses oreilles pour le faire tourner dans un cri venu du fond du multivers.

Terry ne se fait pas prier pour te rejoindre sur ta monture improvisée.


"Beau domptage frère, j'en aurais fait autant si j'avais aperçu le taureau en premier"


"Gabriel dans "Space God" "

Citation :
Le Gardien d'Horazon doit assassiner un Général Dolérian. Notre assassin expert s'est laissé capturé par sa cible pour pouvoir mieux s'en approcher. La scène qui suit pose encore une fois le statut divin de notre héros.

Mon regard est fixé sur le Général, je réponds lentement,

"Aujourd'hui, vous avez fait face à un Dieu-Cyborg du nom de Kelvir dont les capacités lui ont permis d'invoquer des arachnobots qui se reproduisent à l'infinie en avalant la matière qu'elles trouvent sur leur passage.

Je suis un Dieu tout comme l'était Kelvir. "


J'ai un petit sourire,

"Oui les Dieux existent. Des hommes qui ont embrassé la main divine tendue. Les hommes auront toujours quelqu'un de plus puissant au dessus d'eux. Bien que les Dieux se détournent du sort de l'humanité pour ne se consacrer qu'au cercle divin, il arrive que les hommes soient les victimes de leur rage.

Je n'étais pas ici pour me battre contre ce Dieu, il s'est dressé sur mon chemin, et je me suis défendu. La ville a été ravagé par notre combat."


Je laisse un silence,

"En ce qui concerne les combats de demain, je ne suis pas en mesure de vous répondre. Je ne maîtrise pas l'avenir. Mais sachez que Dolérian n'est qu'une bulle trop parfaite. Les hommes sont fait pour se battre et se détruire. C'est dans leur nature. Tout contrôler n'est qu'éphémère. Vous bloquez votre évolution à faire cela. Si je n'avais pas éliminé Kelvir, Dolérian ne serait plus. Vous auriez perdu ce pourquoi vous vous êtes toujours battu en quelques jours."

Il se tourne vers toi maintenant pour te dévoiler un visage entièrement tatoué qui forme sur son épiderme un masque de guerre permanent. Il semble tirer la langue, avoir des yeux difformes et des mâchoires dentues. Des peintures de guerre... qui semblent s'effacer et apparaître au gré de son discours.

MJ : "Sornettes !

Nous aurions écrasé ce prétendu Dieu tôt ou tard. Car il n'est d'autre Dieu que le Divin Progrés !"
lance-t-il d'une voix forte.

L'ensemble du corps militaire reprend en choeur ses derniers mots "Il n'est d'autre Dieu que le Divin Progrés". Néanmoins, tu peux sentir le doute qui s'installe chez certains de ces soldats.

"Quant à vous, qu'êtes-vous venus faire ici ? Il me semble que sous cette armure, vous avez l'air tout bonnement humain. Tout comme cette femme me semble faite de chair et de sang. Qui vous envoie donc ? Fejia ? Merloïn ?

Ce que je crois surtout c'est que votre commanditaire a mis au point une nouvelle arme et que l'un de vos agents d'élite s'est montré un peu trop zélé et peu regardant des considérations géopolitiques. Je crois que vous avez tenté et partiellement réussi à l'empêcher de commettre l'irréparable ! Et que maintenant vous tentez de me servir votre pseudo histoire de Dieux pour étouffer l'affaire !

[...]"


Son ton est monté tout au long de la phrase, jusqu'à ce que son visage se recouvre entièrement d'encre sombre.

"Alors maintenant dites-moi, soldat, qui est votre commanditaire ?!"

Gabriel :
[...] Intérieurement, je m'amuse beaucoup de le voir s'exciter et monter des plans farfelus avec de simples supposition. Je m'amuse encore plus de sentir le trouble que j'ai semé dans le rang de ses soldats. Pas tous bien sûr. Mais il suffira d'une action pour tous les faire basculer. Une seule.

Ma bête intérieure bouillonne, elle hurle, tire sur ses chaînes. M'implore d'en finir maintenant.

Pourtant discuter avec cet homme est plus qu'intéressant et divertissant. Aussi je fais durer un peu plus longtemps le jeu. Je tourne la tête vers Marianne, une moue interrogative sur les lèvres,


"Hm... Qui nous envoie ? J'ai toujours eu peu d'attention à ce sujet... Pourrais-tu m'éclairer, en même temps que ce bon Général ?... Attends, non, je vais me souvenir."

Je ramène mes mains menottées jusqu'à mon visage, fais mine de réfléchir en jouant avec mes doigts sur mes lèvres, avant de lâcher dans une exclamation :

"Ah mais oui, quel idiot !! Le Divin Progrès ! Bien sûr !"


A ces paroles, j'éthérise d'une fraction de seconde nos poignets liés et chevilles afin de contrer le champ de force geôlier. Mes bras se libèrent, un sourire menaçant se dessine sur mes lèvres, j'ai faim.


"A table les enfants."


Cette phrase vaut autant pour Marianne que pour Méta que je suppose être dans les parages. Je fais volte face, attrape le soldat qui m'a ordonné de me taire, une lame se matérialise le long de mon bras droit, un simple prolongement et je la lui enfonce dans la partie de son armure qui semble la plus sensible. D'un geste rapide et coordonné, son arme vole directement dans les mains de Marianne.

Le corps tombe. Je ne suis plus là. Je suis sur la droite, élimine deux soldats avec mes deux bras, pourtant à gauche, je suis aussi en train de tuer d'autres soldats. La pièce n'est pas aussi grande que tout à l'heure, et surtout il y a plus de monde. Aussi, j'arrête mes dédoublements à deux clones. J'esquive des tirs plasma avec aisance, laisse mes deux acolytes illusoires derrière moi, plante mon regard droit dans les yeux du Général qui est protégé par les es...

J'élimine cette pensée futile, il n'y a rien qui puisse m'arrêter. Comme pour confirmer ma pensée, mon armure s'adapte dans mon dos pour que mes ailes démoniaques se matérialisent. Je glisse tel un vent meurtrier -à une vitesse bien trop inhumaine pour qu'il puisse m'empêcher de le rejoindre- jusqu'à la position du Général sans utiliser ces foutues marches. Je laisse derrière moi les deux plateformes qui mènent à sa position, les laissant au soin de mes deux Alphas et du reste de mes illusions.

Je fais en sorte d'atterrir derrière lui. Devant cette immense bulle. Mes deux bras sont levés en direction de l'homme au masque de guerre. Je le détaille,

"Et si vous veniez me prouver que je ne suis pas un Dieu, Général Oyman ?"

Tout s'est passé en une fraction de secondes.

MJ : [...]Le Général se retourne à peine quand il entend ta voix. Plus que sous tension, il parvient néanmoins à souffler avec un semblant de contenance.

"Vous ne l'êtes pas !"

Une forte secousse suit immédiatement sa phrase. Tu te rattrapes sans problème en reculant un pied là où d'autres tombent purement et simplement.
[...]
Tu comprends la raison de ce qui a ébranlé le vaisseau quand tu regardes la bulle de verre derrière toi.

[Plan sur le visage de Gabriel, la caméra se décale lentement à mesure qu'il se retourne pour dévoiler...] Quelques lumières fusent avant de se stopper dans un nouvel a-coup.

L'espace. L'infini vide moucheté de luminions plus loin que la conscience ne peut le concevoir. Aussi loin après un voyage à vitesse probablement subluminale, tu as perdu contact avec Firnh et Kadare. Dolérian... est-il vraiment un incarnat se résumant à une seule planète ?

Le Général est maintenant tourné vers toi, le visage crispé, aussi peu confiant en ses chances de survie qu'en les tiennes.


"Tout de vous est explicable. Vous n'êtes que la prétention d'un Dieu."

L'arme braqué sur toi se décale de quelques centimètres, pour viser la vitre.

"Qui est votre commanditaire ?!"

Gabriel :
Mes yeux s'agrandissent un instant en voyant l'espace. Qu'est-ce que... Je me retourne aussitôt vers le Général, plante mon regard dans le sien. Tout tourne dans mon esprit. S'il tire, l'espace va nous aspirer, nous asphyxier. Peut-être mon armure s'adaptera de sorte à me faire survivre, mais Marianne et Méta n'auront aucune chance de survie. Et puis... errer dans l'espace ?... Jialle ne serait pas de trop pour me sortir de ce merdier.

Sans contact avec Firnh, impossible de faire revenir le vaisseau sur Dolérian. Ils ont fait ça par la pensée.

Je suis concentré sur son arme. S'il tire, s'en est fini. Un Général qui refuse de capituler. Qui emmène ses hommes dans la mort avec lui sans remords. Ainsi voilà comment l'armée Dolérianne fonctionne. Il maîtrise l'espace, Centile ne pourra jamais coloniser cet incarnat. C'est infaisable, elle est trop en retard technologiquement. Ou bien il faut monter les colonies les unes contre les autres, et attendre qu'il n'en reste plus qu'une, trop affaiblie pour riposter.

C'était son plan depuis le début, me sauver, me faire monter dans son vaisseau pour au final peut-être nous tuer tous les deux.

Mes lèvres finissent par répondre à sa question, lentement, il n'y aucune peur dans mes yeux,

"Votre ère est terminée Général Oyman. Merloïn sera la nouvelle ère."

Mon bras droit et gauche toujours braqués sur lui, le plasma sort pour tenter de se loger entre les deux yeux du Général.

[...]

MJ : Tes tirs atteignent parfaitement les prunelles du général, lui transperçant le crâne de deux immenses cratères. Mission accomplie.

Mais le général tire.

Tu t'étends pour arrêter la balle, te retrouvant contre la paroi pour encaisser le choc. Tu y parviens ! Sans encaisser de dégâts grâce à ton armure. En revanche, le reste des troupes est monté jusqu'au sommet de la plateforme et compte bien suivre l'exemple de leur défunt leader.

La centaine de tirs qui t'atteint met bien à mal ton armure tandis que la vitre explose. Le sas blindé est déjà fermé quand la petite centaine de soldats de la passerelle sont aspirés dans le vide. Certains s'accrochent, mais toi, tu n'as rien pour te rattraper.

Ta peau de fer se referme immédiatement pour t'empêcher de suffoquer ou d'être brûlé par les radiations cosmiques comme le sont les premiers soldats qui te rejoignent dans le vide. Sans l'artefact de Kelvir, tu serais déjà mort.

Tu t'éloignes du vaisseau qui est toujours en mouvement. Tu passes sous la carlingue et parviens in extremis à te raccrocher à l'une des monstrueuses ailes arrières à quelques mètres d'un moteur large comme un immeuble qui crache son feu bleu dans le néant.

"Gabriel dans "Balle Psychique" "

Citation :
Le Dieu Démon se retrouve face à Marmin, épaulé de quelques alphas. Alors que le Preux est sur le point de renverser la vapeur dans ce combat, Gabriel va tenter une action qui va faire tout basculer dans cette campagne.

Marmin [...] se tient à l'extérieur, à quelques dizaines de mètres du dôme de pierre, et continue à alterner tirs de barrages, esquives et parades.

Et quelque chose cloche... il est trop confiant. Tu percutes immédiatement quand tu perçois ce que personne d'autre que toi ne peut voir : ses aller/retour fulgurant entre sa position actuelle et sous le dôme. Un clone ! Il a profité de son passage sous les rochers pour créer un clone sans que vous ne vous en aperceviez.

Tu comprends à temps car les rochers se soulèvent subitement sous l'impulsion de son clone qui les frappe du poing pour les projeter en l'air. Leur courbe en cloche va les faire retomber sur les chasseurs et lui permettre d'ouvrir une ligne de tir pour son double.

En l'état, la multiplication de ses tirs va lui donner l'avantage. Tes camarades dans leur cockpit pourront bien effectuer une manoeuvre au-dessus du lac, mais c'est probablement le moment que Marmin attend pour trouver une faiblesse dans la cuirasse de leur bouclier.

Mille-Flingues court comme un dératé mais est encore trop loin pour vous prêter un véritable renfort.

Tu ne peux plus te permettre de l'attaquer sans un plan de bataille qui voit plus loin que le sien. A moins qu'il ne soit déjà trop tard ??


[...]j'ai une dernière carte à jouer. Je lance dans la radio commune tandis que les rochers se soulèvent au ralenti devant mes yeux.

Jumeau 1, Jumeau 2 en position de défense ! Je vais tenter un truc, si vous voyez que ça l'arrête ne serait que quelques secondes, vous lui balancez le filet magnétique que Jumeau 2 a dans son appareil ! Même si je suis dedans ! Mille' tu vas devoir me sortir du filet avant qu'il ne se ferme. Je compte sur toi. Sinon vous risquez de me retrouver un peu amoché à la sortie.


[...]
Je donne une impulsion aérienne prodigieuse pour prendre de l'élan, accélerer ma vitesse au maximum et effleurer les deux ailes de chaque chasseur d'un bond souple. J'y laisse un clone sur chaque dont les bras Gauche de l'Armure amassent de l'énergie pour créer des missiles à têtes chercheuse afin d'exploser les rochers en plus petits morceaux. Lorsque celles-ci partent et atteignent leur cible, les Bras droit tirent déjà en cadence pour briser les roches qui pourraient tout de même endommager le bouclier réflecteur des appareils.

Je me sers de l'illusion que j'ai créé pour ensuite utiliser les plus petits rochers pour rejoindre Marmin dans son mouvement d'attaque de front. Je prends bien garde que ce ne soit pas un clone. Bras droit levé, prêt à lui infliger une droite qui je le sais ne le blessera pas.

Pourtant mon action n'est pas sans intérêt, puisqu'alors il va sûrement enfoncer l'Armure Absolue par sa force surhumaine, la visière de mon casque s'ouvre pour dévoiler mes yeux de sang afin d'aller trouver ses yeux à lui, emplis d'une haine que je connais bien. J'avais déjà expérimenté l'efficacité des coups psychique dans ma jeunesse, et je ne savais pas si Marmin y était résistant ou pas. Mais cette résistance psy que je sentais depuis l'explosion du puits n'était pas anodine. Et le seul moyen de l'immobiliser assez longtemps pour permettre aux Jumeaux d'approcher et de lancer leur dernière attaque c'était de le distraire ne serait que quelques secondes.

Marmin a anticipé toutes les tactiques sur le plan physique de ce combat, mais a t-il prévu sur le plan psychique?


MJ: Ta manoeuvre de contre n'est pas simple du fait que Marmin continue de mitrailler. De plus, il shoote deux des missiles que tu tires mais cela n'est pas suffisant pour faire avorter ta parade. Les plus gros rochers se brisent en morceaux de quelques centaines de kilos seulement qui glissent sur les boucliers déflecteurs sans leur infliger de dommage.

Ta technique a réussi et malgré tout, tu n'aimes pas ça. Parce que le Disciple a toujours un léger sourire de contentement. Le déploiement de tes clones va accélérer ta fatigue, mais tu peux encore tenir un peu à ce rythme.

Tu bondis entre les rochers en pleine descente pour arriver vers Marmin au corps à corps lorsque tu te rends compte de son véritable objectif. Tu entends la lourde explosion liquide des pierres qui s'enfoncent dans le lac, soulevant des tonnes d'eau juste en-dessous. L'angle des prochains tirs du Preux ne te laisse aucun doute : les trombes d'eau ne seront pas arrêtés par les boucliers des skyfighters qui ne sont pas programmés pour ça. Et les gerbes électriques que shoote ton adversaire vont atteindre les colonnes liquides entre les chasseurs créant alors des arcs électriques qui, grâce à l'eau, passeront sous la carapace des avions par conduction.

En résumé : les Jumeaux vont être pris dans un concert d'éclair à plusieurs milliers de volt... et tes deux clones aussi.

C'est alors que tu viens de faire cette réalisation que Marmin arrête ton poing avec force et que ton casque s'ouvre pour croiser ses yeux sombres.

Le temps est suspendu. Le clone du Disciple continue son oeuvre. Tu peux voir les aller/retour entre celui-ci et le modèle que tu attaques. Tu n'as pas plus d'une demie-seconde pour frapper, ta vitesse de projection psychique étant tout à fait commune.

Il s'agit donc d'être efficace. Tu n'as que deux ou trois phrases psychiques à lui envoyer. Une ou deux images. Pas plus. Juste assez pour lui griffer le cerveau.

Ensuite... que le Multivers te vienne en aide, car tu te situes sur la crête dangereuse entre la victoire totale et la défaite absolue. Chacun de vos coups est un échec au roi et on dirait que les derniers approchent. Un sentiment que seuls ceux qui ont atteint un certain niveau et une grande expérience peuvent connaître.


Gabriel : Le monde disparaît autour de nous l'espace d'une demi seconde, nous emportant tous les deux dans un monde obscur, indistinct. Rapidement, il peut reconnaître des ombres démoniaques se dessinant sur un paysage de sang, des cris de proies déchiquetées. Mon visage se révèle à peine à lui : je suis sur le trône d'Horazon. Contrarié, enfermé, privé de liberté, nullement inquiété par les démons, arraché de la seule personne qui m'aimait.

Finalement, je lui montre ma vérité : Jialle. La Déviante s'avance vers moi, toujours aussi séductrice. Sa voix est douce, et à la fois sérieuse. Le livre est dans sa main.

[color=#339933]
"Tout est écrit là-dedans. Il s'agit simplement de faire éclater la vérité, que toute la Confédération sache ce qu'a fait Kaen. Et crois-moi, ce ne sera pas si facile... car son entreprise de désinformation existe depuis bien longtemps.

Je termine la vision sur moi, prosterné devant Kaen par obligation. Il n'y a aucun amour qui se dégage pour la Déviante, simplement du respect pour le combat qu'elle mène. Et de l'interrogation sur ce que cache la Grande Centilienne. L'a t-elle révélé à son Disciple du combat ? Seule sa réaction me le dira.

Je m'apprête à encaisser la douleur d'un bras brisé et de bien d'autres parties de mon corps. Mourir maintenant ne m'effraie pas.

J'avais encore bien d'autres projets en tête après avoir mené cette Révolution. Mais je sais que tomber face à Marmin sera tout de même une mort honorable. J'espère simplement que Marianne et les autres ne perdront pas espoir face à mon échec s'il est et qu'ils continueront ce combat.


Tu reviens en monde parce qu'il t'en met une. Par réflexe. Mais pas il ne parvient pas à décocher le coup parfait qui percerait sous ta carapace et te mettrait totalement au tapis. Oui, ça fait mal. Oui, tu traverses plusieurs arbres suite à l'impact pour atterrir plusieurs dizaines de mètres plus loin. Mais l'armure joue bien son rôle et limite les dégâts. Tu es surtout sonné, car il a visé la tête. L'oeil gauche plus précisément.

Mais il est perturbé. Tu le sens à son regard. Sa façon de secouer la tête. Tu peux presque l'entendre penser comme si votre lien psychique était encore là.

Les Jumeaux sont pris dans les faisceaux électriques. Ils s'éjectent.


*Ca avait l'air vrai*

Ils crachent un peu de sang mais lancent sans tarder leurs couteaux. Leurs courbes sont plutôt intelligentes mais le Disciple les parent en quelques moulinets prestes avec sa lame, sans même vraiment regarder, le regard toujours dans la vague. Halluciné par l'idée que tu viens de lui implanter.

*Kaen m'aurait menti à moi aussi ?*

Ses tirs fusent quand même. Il combat comme un robot, dans un style beaucoup moins raffiné, mais encore relativement efficace. Il a balancé son épée pour sortir son deuxième desert eagle. Les quelques secondes où tu es hors circuit lui suffisent pour mettre K.O. les frangins.

Tu remarques alors que son épée n'a pas été envoyée au hasard. Elle file entre les arbres et dessine une courbe pour surprendre Mille-Flingues en pleine course qui se fait lacérer le dos. Un tel jet, avec une arme plus aussi bien équilibrée à cause des impacts de balles, un tel jet démontre une fois de plus sa grande maîtrise martiale.


*Comment combattre si je suis guidé par un mensonge ?*

Il range ses pistolets dans son dos et récupère épée qui finit sa courbe. Mais l'arme lui glisse des mains. Il doit s'y prendre à plusieurs fois pour la récupérer. Il est perturbé et vient de se trahir.


"Wow !!! Mais quelles scènes mes amis !! Un vote qui a du être bien difficile !

Et le gagnant est... Gabriel pour "Space God" !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Telagan Rebryn

avatar

Messages : 2262
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
18/21  (18/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Sam 8 Fév - 13:58

Je lance le tonnerre d'applaudissements d'une salle remplie d'invités surchauffés et quelques peu alcoolisés, certains ayant bu plus que de raison au cours de la première partie de la soirée.

Je lance à l'attention du vainqueur du Prix Marmin :


"C'est ce que j'appelle une écrasante victoire Gab', deux nominations époustouflantes pour ce prix, la concurrence n'était que de façade, aucun suspens. Ces Centile Awards te réussissent cette année, deux Prix presque coup sur coup."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur ymermalek@hotmail.com
Staft Forest

avatar

Messages : 1788
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 24

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Sam 8 Fév - 14:31

"Bien joué, gab ! Je n'en attendais pas plus de ta part ! "

Je suis debout à applaudir tout autant.

C'est l'alcool qui me rend aussi ouvert ?
_________________
" Si tu veux changer ton monde, commence par en sortir pour le comprendre
et change toi d'abord. "

Staft Forest,
Dieu chaotique des buts, de la protection, du changement, du paradoxe et de la seconde chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel d'Horazon

avatar

Messages : 2417
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
0/21  (0/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Dim 9 Fév - 12:29

Lorsque mon nom sort une deuxième fois je n'en reviens pas. Ce qui m'étonne le plus c'est la scène pour laquelle je suis récompensé. Je l'avais complètement oublié celle-la.


J'avale mon énième coupe de champagne -qui commence sérieusement à me chauffer la tronche- et me lève de nouveau tout sourire pour rejoindre la scène où Marmin attend avec le trophée, j'invite l'équipe des Alphas présents avec moi lors de cette mission, aussi Marianne, Méta et les Jumeaux me suivent en criant de joie devant la nouvelle victoire que l'on vient de rafler. Je check Marmin avec une poignée typique de l'armée avant de faire un baise main à sa compagne.


Je me pose devant le micro avant de m'exclamer :

Merci !!! Merci à tous encore une fois pour avoir voté pour moi ! Pour nous ! Je ne m'y attendais pas le moins du monde tout comme pour le prix Horini ! Je suis heureux d'avoir pu vous régaler avec mes scènes totalement dingues cette année ! 


Je dois avouer que la scène de Space God m'a foutu dans une sacré merde après l'assassinat du Général haha... Mais un Dieu Démon il faut le savoir, qu'il soit propulsé dans l'espace ou dans un volcan c'est dur à faire claquer! Oubliez pas de regarder derrière vous si un jour vous êtes amenés à tenter de me tuer. S'il n'y a pas de corps c'est que c'est mauvais signe pour vous !Haha ! Merci Merci !!


Tout sourire, je lève un pouce vers les autres personnages principaux qui ne sont pas innocents dans ma nomination. Le trophée passe de mains en mains entre mes coéquipiers qui le regardent avec des yeux brillants de fierté. Le prix Marmin c'est pas n'importe quoi haha !!
_________________
Anges ou démons...Les uns ne sont que le reflet des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Volonté de Kaen
Admin
avatar

Messages : 7168
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mar 11 Fév - 18:33

Marmin félicite le gagnant à grand renfort de tapes amicales dans le dos alors qu'il sort avec lui rejoindre les rangs des spectateurs.

Une brume monte de la scène alors que la tension remonte à nouveau dans le public dans l'attente du nouveau titre à décerner et devant le rapprochement du prix suprême de la soirée. Les sourires larges et fermées, les pupilles dilatées par l'excitation montrent que l'audience a un faible pour la prochaine récompense.

Le silence qui suit dure plus qu'à l'habitude afin de pousser à son paroxysme l'impatience du public.

Subitement, les jets d'eau s'activent sur scène pour balayer l'air de leurs courbes liquides en dessinant des arabesques surréalistes. Finalement, les trombes forment un demi-cercle à l'horizontal qui laisse échapper des gouttes pour former, à l'étonnement de tous, le symbole du soleil qui pleure. Les gouttes qui se répandent tombent devant le pupitre mais ne se dilapident pas sur le sol. Petit à petit, elles s'accumulent jusqu'à former la silhouette d'une femme qui ne tarde pas à prendre des traits charnus. Et bientôt, Jialle apparaît devant le pupitre radieuse, bras ouvert, recevant une acclamation plus vive qu'à l'habitude. Sans doute que le drame que le personnage a vécu lors de cette saisons y est pour quelque chose.

Elle tend la main derrière elle en se retournant à moitié pour accueillir Dominque Kadare, dans une tenue moulante et scintillante simple qui s'arrête à mi-cuisse tandis que ses cheveux courts jouent à chacun de ses pas avec ses yeux rieurs.


"Bonsoir... bonsoir à tous..."

- Bonsoir à tous chers amis, acteurs et spectateurs. Je suis très heureuse d'avoir le privilège de remettre ce prix avec celle qui en est l'auteure... à plus d'un titre.

- Et moi, Dominique, je suis tout aussi ravie de vous avoir à mes côtés, vous qui fûtes un exemple en matière de duperie et d'arpenteuse de voie interdite.

- Mais que j'ai payé au prix fort...

- ...

- Certes, peut-être pas autant que certaines,"
ajoute-t-elle en riant, bientôt rejoint par la Disciple.

"Eh oui, les duperies s'accompagnent toujours de ce risque terrible de voir un jour la Justice nous rattraper, l'épée à la main et la haine à l'oeil. Mais qu'il est tentant de mentir, de dévier, de détourner, manipuler, tromper, bercer d'illusions nos camarades de jeu... et nombreuses et séduisantes furent ces occasions lors de cette saison.

- Encore une fois, nos incorrigibles héros ont pratiqué le poignard de le dos pour notre plus grand plaisir alors... sans plus attendre ni pousser le vice jusqu'à leurrer notre public, découvrons donc ensemble les nominés de la soirée !

- Sont nominés pour le Prix Jialle...

Telagan dans "La Révolte d'un Ange"


Citation :
Confronté au Jugement de Kaen après avoir trahi son serment d'allégeance, l'Ange de Dépérion va jusqu'au bout de son idée et ne frémit pas lorsqu'il annonce à la Déesse sa trahison devant toute sa famille. La scène, intense et surprenante, est un revirement à 180° complet de la ligne morale de notre héros. Un changement qui en a abasourdi plus d'un.

En amenant ma famille à moi, Kaen avait certainement l'intention de me blesser et obtenir toutes sortes de courbettes de ma part et de supplications. Mais leur présence et leurs larmes ont un tout autre effet sur moi à cet instant. La tête tournée vers eux, je ferme les yeux, et prends une profonde inspiration, à la fois pour ce que j'ai à dire mais aussi pour faire appel à une propriété de mon sang que Kaen et Jialle convoitent tant et à laquelle je n'ai jamais fait appel jusqu'ici.

Les contours de mon corps prennent une teinte progressivement de plus en plus bleutée allant jusqu'à refléter sur le cube transparent dans lequel est enfermé Iyo. Ce n'est pas une source magique, ce qui explique que le fait que je sois à sec ne change rien à la situation. Lorsque je reprends la parole ma voix résonne dans toute la pièce, aussi puissante que celle de la Déesse, de sorte qu'elle vibre dans les cœurs de tous mes interlocuteurs, y compris Kaen et Horini. Je pivote pour faire face aux miens :


"Je souhaite demander pardon à ma famille. Pardon d'avoir eu la Foi en toi Kaen. Je veux leur demander pardon d'avoir souillé Dépérion avec des statuts à ton effigie alors que mon peuple n'avait aucune croyance en toi. Je veux demander pardon à ma femme, Bailli, pour lui avoir fait subir ta présence au sein de notre couple y compris dans les moments les plus intimes, et de ne pas avoir su lui offrir pleinement mon cœur car tu y prenais toute la place."

Je me relève tandis que la Lumière des Anges qui m'entoure se fait de plus en plus éclatante, je n'ai jamais tutoyé Kaen jusqu'ici, c'est le signe que les illusions dans lesquelles elle m'a bercé ont explosé en éclats. Je fais en sorte que mes paroles la pétrifie plutôt qu'elle réagisse de mauvaiseté, jouant sur l'effet de surprise et la pureté de mes paroles malgré la dureté de leur sens profond vis-à-vis d'Elle, mais pour le coup, non je ne suis pas égoïste, j'ouvre véritablement mon cœur à ma famille, un cœur pur, défait de toute loyauté à la Déesse qui y prenait trop de place. Je lui tourne le dos pour  me mettre à genoux et faire face à ma famille en pleurs.  

"Je veux demander pardon à mes enfants, Lothar, et Thalia, pour leur avoir transmis ma Foi à l'état pur et naïve à ton égard, les berçant dans les mêmes illusions que moi. Je veux demander pardon à mon fils qui a cru bon de venir te demander ta protection en se fondant sur la Foi que je lui ai transmise.

Je veux demander pardon à ma fille Thalia, de l'avoir bercé d'illusions dès son plus jeune âge en lui transmettant ma Foi en ta protection toute particulière envers notre famille, en m'ayant béni.

Enfin je veux leur demander pardon à tous les trois pour avoir été égoïste lors de mes derniers instants en m'étant remis à ma Foi à ton égard pour mon salut, alors que les seules personnes qui se soucient de mon existence sont ma famille."


Je ne sais comment je m'y prends mais la Déesse et sa Disciple sont dans l'incapacité de m'arrêter dans le flot de paroles que je débite d'une puissance vocale inhabituelle, comme si ma voix venait d'outre-tombe, de l'ensemble de mes ancêtres Dépériens. Je laisse plusieurs minutes de silence, comme si j'arrêtais le temps avant de poursuivre ce que j'ai à dire, pour laisser mes paroles faire effet quant à la puissance de leur sincérité.

Je me tourne à nouveau pour faire face à Kaen que je pointe d'un doigt lumineux tout comme le bras que je tends dans sa direction,  en ignorant complètement sa projection astrale :


"Et toi Grande Déesse, ton égocentrisme t'interdit-il de demander pardon à ceux que tu a trompé en leur faisant miroiter l'Equilibre parfait que tu incarnes, ou plutôt le Déséquilibre le plus complet, en laissant le peuple Centilien livré à lui-même ? Au fond es-tu véritablement celle que tu prétends être ou n'es-tu qu'une simple imposture qui a été forcée de s'exiler pour te remettre de tes blessures psychiques que ta propre Disciple, Jialle t'as infligé ?

Tu ne vaux pas mieux qu'elle, seule ta propre Puissance t'intéresse, les Centiliens ne sont que de vulgaires jouets que tu manipules à ta guise du haut de ton trône. [...]"




"Staft dans "Plutôt mourir !" "

Citation :
Agonisant suite à une attaque psychique de la Gardienne Avhéli et l'activation d'un implant dans son cerveau, Staft se retrouve aux portes de la mort cérébrale et face à un choix : suivre ceux qui l'ont sauvé ou rejoindre les forces de l'obscur Artisan. Plutôt enclin à la fourberie, notre artificier va laisser tomber ses "alliés" pour rejoindre celui qui se fait appeler Detlef.

Blanc.

La salle est d'un blanc si pur que tu as du mal à définir où commencent les murs et le plafond. Assis sur une chaise en bois rembourré qui est la copie exacte de celle que tu utilisais dans ton atelier de la 4eme Couronne, tu observes ce monde étrange.

Néanmoins, tu te rappelles tes lectures dans le Thanatos. D'instinct, tu sais que tu es dans l'un de ces ordinateurs. Une conscience "digitalisée" comme ils disent. En somme, tu es un circuit électrique préconfigurée selon un schéma d'une complexité proche de celle d'un humain.


"Si cela peut vous conforter Monsieur Forrest..." lance la voix de Detlef derrière toi, "vous êtes loin d'être la seule victime de ce jour cataclysmique."

Il marche vers toi, toujours dans le même costume que tu lui connais et tire à lui une chaise en velours qui n'était pas là la seconde précédente. Il se penche en avant vers toi d'un mouvement vif comme s'il venait de se rappeler de quelque chose.

"Nous sommes dans le programme de sauvegarde d'urgence que je vous ai greffé, Monsieur Forrest. Votre cerveau a 0,2% de chance de survie dans la situation actuelle."

Staft: La première chose que je fais dans ce fauteuil, après avoir étudié la pièce, consiste à prendre une grande inspiration tout en me dégourdissant les jambes et les bras.

Avoir enfin l'impression de n'avoir aucune gêne de mon corps me fait le plus grand bien.


Ah! Enfin un peu de calme dans le chaos de ma vie.

Je met mes mains derrière ma tête tandis que je m'allonge, yeux fermés.
La voix de Detlef se fait entendre, j'ouvre les yeux.

Quoi encore ?

Il me fait un petit résumé de la situation.

Je me redresse, me penche vers lui. Je réfléchie en  regardant mes mains qui miment un balancier.

Es-ce que je dois gueuler dessus, oui ou non ? …

Après quelques secondes d'analyse, je me réinstalle dans mon dossier, sans air accusateur.

Il y a quand même une victime qui a quand même son responsable en face de lui … Ou peut-être pas ? Vous êtes un message pré-enregistré ?

Je quitte mon siège tandis que lui s’installe et je me mets à marcher autour de mon fauteuil, en fessant les cents pas.

Je ne peux m’empêcher de vous féliciter pour votre coup.

Très bien pensé … Astucieux, ect … Mais, au final vous n'aviez pas de cible spécifique, vous ne saviez pas qui serait la cible … Du coup, je ne peux m’empêcher de me poser des questions.


Je me tourne vers Detlef.
Pourquoi ? Dans quel but ?

Est-ce que votre attaque a pour but d'affaiblir un groupe ? Est-ce qu'il s'agissait d'une attaque dans le but de récupérer des données dans le but de les vendre au camp ennemi ?

Pour ce qui est de mon cerveau … Vous savez … J'ai tellement fréquenté la mort qu'au final ... les statistiques ne disent plus vraiment grand chose … Que mon cerveau soit détruit, je m'en fous, honnêtement j'en ai un peu marre de mon corps...


Je finis par me rasseoir dans mon fauteuil avec la conclusion.

Pour finir … Artisan … Vous savez fort bien que vous êtes poursuivit, à commencer par moi, désormais … Et pour répondre à la question que vous m'aviez posé avant que je parte …
Je compte semer le chaos pour laisser la place à un nouvel ordre.


[...]


Ah! Enfin un peu de calme dans le chaos de ma vie.

Je met mes mains derrière ma tête tandis que je m'allonge, yeux fermés.
La voix de Detlef se fait entendre, j'ouvre les yeux.

Quoi encore ?

Il me fait un petit résumé de la situation.

Je me redresse, me penche vers lui. Je réfléchie en  regardant mes mains qui miment un balancier.

Es-ce que je dois gueuler dessus, oui ou non ? …

Après quelques secondes d'analyse, je me réinstalle dans mon dossier, sans air accusateur.

Il y a quand même une victime qui a quand même son responsable en face de lui … Ou peut-être pas ? Vous êtes un message pré-enregistré ?

Je quitte mon siège tandis que lui s’installe et je me mets à marcher autour de mon fauteuil, en fessant les cents pas.

Je ne peux m’empêcher de vous féliciter pour votre coup.

Très bien pensé … Astucieux, ect … Mais, au final vous n'aviez pas de cible spécifique, vous ne saviez pas qui serait la cible … Du coup, je ne peux m’empêcher de me poser des questions.


Je me tourne vers Detlef.
Pourquoi ? Dans quel but ?

Est-ce que votre attaque a pour but d'affaiblir un groupe ? Est-ce qu'il s'agissait d'une attaque dans le but de récupérer des données dans le but de les vendre au camp ennemi ?

Pour ce qui est de mon cerveau … Vous savez … J'ai tellement fréquenté la mort qu'au final ... les statistiques ne disent plus vraiment grand chose … Que mon cerveau soit détruit, je m'en fous, honnêtement j'en ai un peu marre de mon corps...


Je finis par me rasseoir dans mon fauteuil avec la conclusion.

Pour finir … Artisan … Vous savez fort bien que vous êtes poursuivit, à commencer par moi, désormais … Et pour répondre à la question que vous m'aviez posé avant que je parte …
Je compte semer le chaos pour laisser la place à un nouvel ordre.


MJ : Il fronce les sourcils en pinçant les lèvres comme si ta question n'avait pas lieu.

"Monsieur Forrest, si vous voulez jouer dans la cour de ceux qui se font passer pour des Divinités, il va falloir que vous fassiez des choix. Choisir de suivre quelqu'un, choisir un camp. Les indécis ne sont pas les amis de tous dans ce genre de confrontation, mais les ennemis de chacun.

Roulez pour vous-même si vous pensez ne pas avoir besoin d'alliés. Mais je crains que ce ne soit pas le cas. Même votre Déesse s'est entouré de quatre personnes de confiance.

Jugez mes actes plutôt que mes mots. J'ai des procédés inhabituels et préfèrent mener mes batailles de loin. Mon identité est toujours restée secrète aussi suis-je difficile à vaincre et n'ai donc jamais pu trahir qui que ce soit. Et je tiens à vous rassurer, Monsieur Forrest, nous ne nous rencontrerons pas directement. Les personnes qui travaillent pour moi l'ignorent la majeure partie du temps, sauf cas de force majeure."


Il te laisse juger de la situation dans laquelle vous vous trouvez.

"De même, pour être tout à fait franc, je n'ai cure du peuple. Je cherche simplement à limiter la folie propre aux Centiliens dès qu'il s'agit de jouer avec des choses qui les dépassent."

Il regarde sa montre qui semble reculer plutôt que d'aller dans le sens horaire.

"Je crains que le temps nous manque. Libre à vous d'enclencher le transfert de données Monsieur Forrest, il vous suffit pour cela d'emprunter la porte bleue," dit-il en désignant ladite qui se trouve derrière toi. Tu vois également sa jumelle, rouge, juste à côté.

"L'autre... n'a que 0,2% de chance de s'ouvrir."

Staft : Je me lève et avance vers les portes, je suis entre les deux, impossible de savoir laquelle je vais prendre.

Monde de merde ...

Ne croyez pas qu'une vulgaire statistique rentre en jeu...

Je m'arrête en cours de chemin. Je penche ma tête vers la gauche et fais lentement craquer une vertèbre de mon dos, là où un câble était normalement fixé.

Les deux portes sont face à moi, je tourne ma tête vers la bleue, puis la rouge et vice-versas.

Je lève la tête vers le plafond et le contemple. Je rabaisse la tête.


Là où vous n'avez cure des hommes ... Je serais complémentaire.

Ma main touche la poignée bleue et je la tourne.

"Alexei dans "Two-faced Alex" "

Citation :
En pleine cavale sur Dolérian, Alexei a besoin de retrouver Marianne, captive, et va utiliser pour cela un moyen des plus risqués. Le retournement de situation qui survient aura surpris jusqu'au dernier de ses alliés... et probablement notre héros lui-même !

Je prends quelques secondes pour supporter les lentilles avant d'entendre l'accord des personnes présentes. Je prends une respiration profonde avant de m'appuyer sur mon baton et de fermer les yeux. Petit à petit, je fais le vide autour de moi.

Le temps autour de moi semble se ralentir. Les mains expertes des Alphas vont tellement lentement sur leur armement. Les lumières de la ville sont en train devenir plus fade autour de moi alors que ma vision se focalise sur mon baton de cuivre devant moi. Naturellement tout semble s'éteindre. Même quand je ne suis pas en train de regarder les gens, je sens toujours leur présence, ou du moins l'écho d'une émotion. En cet instant, le lac de psyché semble se calmer pour que plus aucune vaguelette ne vienne perturber la mienne. Les ténèbres de la pensée se cloisonne pour ne laisser percevoir les remous que je provoque.

Je remonte la source des vagues devenant de plus en plus courbes, signe que je ne suis plus bien loin de sa source. Je la sens, je m'en rapproche alors que les vaguelette devienne plus grosse, aussi colorée que les néons de Dolérians. Je sens ma propre peur de ce que je suis en train de faire, des vagues semblant m'empêcher de m'approcher. Je ne dois pas paniquer, je dois garder le controle. Je dois me calmer et non pas combattre. Si Maitre Ishi pouvait me voir, il en serait fier. Ses mots sur le controle de mes émotions, ces émotions qui m'avaient poussé à faire du mal et à détruire ce qui m'entourait, le sang des Orlovs comme je l'appelle.

Les ondes se calment remerciant le ciel d'avoir réussi eu le temps de méditer avant tout ceci. La paix intérieur semble revenir légèrement à la normal, me permettant de me rapprocher enfin de la source de mon esprit. Celle ci est différentes pour chacun, prenant des formes parfois étranges et incongrue. J'avais vu dans l'esprit de Gabriel, une forme d'acier noir et froide, aux pics acérés comme des rasoir. C'était une psyché difficilement modelable mais facilement reproductible. Devant moi, je la voyais en un cube orné de nombreuses faces amovibles, comme un rumixcube avec certains trou, laissant apparaitre, à l'intérieur, un noyaux de lave brulant comme le magna de la réalité que j'avais vu deux fois.

Mais mon but n'était pas le tourisme, mon but était de modifier ma psyché pour devenir celle qui m'effrayait temps. Alors que j'allais commencer mes modifications, je sentais les pulsation de ma peur grandir. Je tente de la calmer au possible. Je ne pouvais la faire disparaitre, tout au plus la rendre supportable. Jusqu'à ce que le rumix cube se mette à bouger et à changer de texture. La cage se devient alors mouvante, elle se colore de mille couleurs et sembla alors s'étendre autour de moi. Un océan qui ne semble plus vouloir s'étendre et se heurter aux limites de mon corps. Les vagues se mettent à naitre et à venir attaquer les limites à la recherche de plus de puissance de plus de sécurité mais aussi plus de vision. Ne plus avoir de surprise sur le passé, le présent et le futur, de n'être qu'un être d'intuition et de magie. Je vois la psyché est en train de bouillir alors que je m'approche de plus en plus du point de non retour. Comme en écriture automatique, je suis en train de refaire des éléments seulement issue de mon subconscient.

Il y a quelques minutes, j'ai été coupé juste avant de mettre le doigt dans l'engrenage par erreur. En cet instant, je vois l'engrenage, je sens mon ventre se tordre. Les ondes de peurs ne sont plus rien comparé à la marée qui s'étend en face de moi n'attendant que je la libère en moi. J'hésite un instant ... je n'ai pas envie ... le jeu en vaut surement la chandelle mais je suis fébrile. Non je ne peux pas me permettre de céder à l'angoisse. Je reprends le controle de mes émotions alors que je tente d'occulter la peur. Je ne peux pas me perdre, je sais ce que je suis et qui je suis. Je sais ma mission, je sais ce que je suis et qui je suis. Je suis un Orlov ... La cage temporaire se brise me laissant plonger dans l'océan et m'en imprégner. Je succomberai pas, je suis fort, je suis capable de comprendre cet esprit tout en gardant le miens. L'heure de vérité est arrivée.


MJ : [Caméra saccadée sur le visage d'Alexei]

Tu te replonges dans cette sensation de puissance, cette obsession de la source, tu es venue confiante. Tu peux presque sentir ton corps, ce que tu y as caché, les formes qu'il a pu prendre... tu es là car...

Le temps est malléable... tu courberais le temps pour mieux agir... tu fais toujours ça, ce n'est jamais la première fois que tu es là quand on te voit. Tu es là car...

Tu apprécies Gabriel, l'aime peut-être un peu parfois. Il te comprend, tu le ressens. Tu as passé un pacte avec lui, mais ce n'est pas l'objectif, c'est le moyen. Tu es là car...

Tu la hais. Cette putain de prétendue Déesse, cette connasse qui t'a bannie de Centile, aussi menteuse et fausse qu'on peut l'être. Tu dois retourner sur Centile, tu veux y retourner. Non. Tu veux autre chose d'abord. Tu es là car...

Tu as un plan. Une suite de domino mis en place et tu es en train de faire tomber le prochain. Marianne en fait partie. Mais ce n'est pas à propos d'elle, c'est à propos de Gabriel. Tu sais où elle est. Tu ne peux pas y aller, non tu ne dois pas y aller. Pas encore. Proche de Gabriel, en hauteur, sous les lumières. Sous les lumières.

Sous les lumières !

Les sommets en fleur des bâtiments, les publicités qui sont rétroprojetés, la lumière des vaisseaux de police sur les toits. Autant de suspect pour trouver l'endroit où elle est cachée.

Tu peux garder cette psyché et tu le sauras immédiatement quand tu verras l'endroit. Ou bien revenir à ton pathétique, minable, ridiculement négligeable toi. Ce que tu étais précédemment, un écolier sans véritable compréhension de ce qu'est la vraie puissance.

C'est pour ça que Meta, les Jumeaux et Kadare sont cloués au mur et au plafond en ce moment. Sans même faire d'effort, les voilà à ta merci. Des mouches sur du papier.

Kadare, elle mériterait que tu lui brises le bras mais cette conne semble encore vouloir articuler quelque chose. Tu devrais lui briser la mâchoire. Tu n'as pas besoin d'eux.


Alexei : Cette puissance, cette absence de limite, cette possibilité de tout comprendre et de tout voir. Qu'est ce que ca fait du bien ... Milles formes, milles pensées, mille envie, ... J'ai l'impression d'être une affamée devant un buffet ne sachant pas par quoi commencer. J'ai envie de m'en exploser le bide, d'expérimenter tout, de tout voir et surtout de détruire ce qui se mettra sur mon chemin. Alors que j'étais recroquevillé, en train de reprendre le controle de mes sens, je me redresse avant de m'étirer les bras lentement. J'ai l'impression de sortir d'un grand sommeil revigorant, sans rire, je pète le feu. Et quand je vois les Alphas et Kadare collés au mur, j'affiche une expression amusée. Pas de sadisme, pas de malveillance, juste un sourire pur, serein et justifié. Mes mouvements ne sont pas brusque, au contraire, il sont d'une douceur étrange qui n'est que le reflet de ma puissance. Je les regarde comme le ferai un enfant qui regarderai des fourmis sous une loupe. Je pourrais les démembrer, et cela facilement d'ailleurs. Kadare veut me parler, mais une force lui ferme subitement la machoire, délicatement. Son tour viendra, et je veux qu'elle comprenne à quel point elle est sans défense.

"Et bien ... Je vous avais prévenu que ca ferait de l'effet" dis je en ricanant

"J'avoue que cela me surprend aussi, mais je me dis que cela n'est pas trop mal. Un tel controle sur la magie, un tel pouvoir ... et là je me force pas, vous savez ? Dites moi, les Jumeaux, qui était celui qui avait voulu me mettre une balle dans la tête ? ... Hmmm ? Pas de réponse ? ... Pas de soucis, le sang c'est le sang pas vrai ?"

Usant de ma télékinésie, je fais léviter l'une de leur arme pour la coller sur la tête d'un des deux. Je regarde alors les deux frères, alternativement avant de reprendre

"Attendez, l'autre avait placé son arme sur la tête de Kadare, non ? Mettre en péril ma vengeance ... tst tst tst ... mauvais calcul mon jeune ami. Et puis, ca serait triste de vous séparer les familles, pas vrai ?"

Usant toujours de ma lévitation, je place l'arme du deuxième Jumeau sur sa tempe.

"Comme ca tout le monde sera content au final ... Ah au fait, si ca vous intéresse, je sais où se trouve Marianne, elle n'est pas loin et je suppose qu'elle va bien ... pour le moment en tout cas. Comprenez d'ailleurs que, au vu du temps qui risque de nous manquer, je vais devoir faire vite. Messieurs les pointeurs d'armes à tout bout de champs, vais vous laisser le temps de réfléchir à vos actes au moins ..."

Je reviens vers Kadare fait signe avec mon doigt pour faire approcher la main de la prêtresse. Malgré ses efforts, ses doigts s'écartent et sa machoire est libéré.

"Ma merveilleuse Kadare, si tu le permets, j'aimerai compter sur tes doigts, ca sera plus amusant. Je ne sais pas trop ce que tu voulais me dire, mais tu as 5 bonnes secondes pour ca. Allez je compte ... uuuuuuuuuUUUUNNN !"

Le petit doigt de la prêtresse prend un angle à 90° dans le mauvais sens


Jialle applaudit toutes ces prestations avec un oeil appréciateur.

"Je crois ne plus rien avoir à leur enseigner... et surtout pas à notre gagnant qui est... Telagan pour "La Révolte d'un Ange" !! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://centile.forumactif.com arnolechacal@hotmail.fr
Gabriel d'Horazon

avatar

Messages : 2417
Date d'inscription : 17/11/2009
Age : 26

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
0/21  (0/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mar 11 Fév - 20:40

J'avale deux nouvelles coupes de champagne, puis je siffle plusieurs fois de suite au nom de Telagan,

Ouaiiiiiiiiiiiiiiiis Telagan !!!!! Saleté de grosse **** !!!! On t'aimeeee !!

Jialle aussi on t'aimeeeeeeeeeeeeee wouuuuuuuuuuuuuuuuuhhhhh !!!

_________________
Anges ou démons...Les uns ne sont que le reflet des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telagan Rebryn

avatar

Messages : 2262
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage :
Corporel:
19/21  (19/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
18/21  (18/21)

MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   Mer 12 Fév - 19:15

Toutes les scènes nominées pour le Prix Jialle auraient mérité chacune à leur manière de le remporter. En entendant mon nom, j'embrasse ma dulcinée et tiens les mains de mes enfants, puis je me lève sous les vifs applaudissements au sein desquels je distingue les sifflements de Gab' mais surtout ses paroles qui m'arrachent un large sourire.

Je rejoins Jialle et Kadare sur l'estrade, faisant un baise-main à cette dernière avant d'enlacer amicalement Jialle et de lui faire la bise à quatre reprises. Je récupère finalement le trophée qu'elle me tend pour prendre place devant le pupitre, face à mon public.


"Merci, merci à toutes et à tous. Merci pour vos votes qui me vont droit au coeur pour ce prestigieux Prix fortement disputé cette année. Je souhaite dédier ce trophée, à Gabriel, sans qui je n'aurais jamais pu jouer cette scène, ce qui m'aurait sans doute fait passer à côté du Prix.

Je remercie de tout cœur ma famille qui a subi mon retournement de veste soudain, tout en continuant à me supporter malgré les dangers permanents que j'ai fait peser sur eux, surtout en faisant face à Kaen en personne. J'ai pris un plaisir non feint à renouer avec une partie du passé de mon personnage, qui retournait sans cesse sa veste toujours du bon côté.

Je remercie Prius de s'être acharné pour me mener devant la Déesse et ainsi m'offrir la scène ultime qui m'aura permis de remporter l'un des Prix les plus convoités des Centile Awards."


Je tourne la tête vers la Déviante un instant avant de terminer :

"Enfin, je remercie Jialle d'être intervenue au moment le plus critique pour m'éviter son funeste sort ainsi que celui de Mille-Flingues, et ainsi me permettre de poursuivre mon aventure.

Encore une fois merci à toutes et à tous !"


Je redescends les marches et passe du côté de Gabriel avant de lui souffler avec ironie  :

"Tu devrais passer à l'eau avant de finir la soirée allongé sur le sol à ronfler."

Je lui tape l'épaule avant de rejoindre ma place, remettant mon trophée à Bailli qui contemplait déjà le précédent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur ymermalek@hotmail.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Centile Awards 2013   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Centile Awards 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2 Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Centile :: Scénario : Le Premier Centilien :: Flood -