Forum officiel du JDR Centile
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Chaos Theory Partie 4 : Ceremony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Alexei Orlov

avatar

Messages : 1468
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 30

Feuille de personnage :
Corporel:
21/21  (21/21)
Psychique:
21/21  (21/21)
Magique:
21/21  (21/21)

MessageSujet: Chaos Theory Partie 4 : Ceremony   Dim 2 Fév - 19:03

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Les portes de la cellule de prière s'ouvraient, laissant alors s'engouffrer dans le couloir, une odeur d'encens. La pièce était un cube parfait, que l'ont pouvait presque prendre pour le repère d'un serial killer, si les milliers d'écrits sur les murs n'étaient pas en liquide luminescent. Au centre de cette pièce, Alexeï priait. Il était agenouillé sur un petit tapis moelleux blanc, étrangement posé sur une table qui devrait, normalement, servir comme support d'écriture. Devant lui, le seul autre meuble de la pièce était une statue de Kaen devant laquelle le jeune apprenti espérait transmettre ses prières les plus sincères. Des prières qu'il avait appris auprès de Maitre Hishi moins pour attirer le regard de la Déesse sur son être, mais plus pour lui donner la force d'affronter l'épreuve qu'il s'annonçait à lui. La force d'être stoïque devant une épreuve qui faisait, malgré tout, tant de victimes. La force de calmer son âme encore enflammée par ce qui s'était passé la veille.

Maitre Ishi a écrit:
Tu as un esprit fort, Alexeï. Fort par les flammes de la révoltes et du combat, mais ces flammes pourraient un jour se retourner contre toi. Apprend à les apaiser, à les contrôler, à les utiliser dans les combats qui méritent d'être vécu et tu en surprendras plus d'un, mon jeune et impétueux élève. Maintenant continue de casser ces buches, un hiver rude nous attends. Un hiver qu'il nous faudra endurer longtemps.

Les murs isolant avaient joué leur rôle durant toute la nuit. Moins pour emprisonner les apprentis que pour les isoler de toutes perturbation désagréable. Pour les psychiques, cela pouvait être très perturbant de ne plus sentir personne autour de soi, d'être dans une mer de silence. Mais Alexeï, lui, avait eu un autre problème. Sa colère provoquait des vagues qui rebondissaient sur les murs et lui revenaient. Ce n'est qu'après une heure, et surtout de nombreux essais, qu'il trouva la parade. Il se plaça centre de la pièce et se suréleva pour que les ondes rebondissent et reviennent à lui, entrant en résonance avec lui même. Une stratégie risquée car, dans cette situation, elle pouvait accentuer sa rage. Mais il lui fallait utiliser cet effet de miroir pour voir l'état de son âme, pour mieux la contenir. Voir les braises et voir où elles éclataient pour éviter qu'elles ne se propagent.

Cependant, apaiser les flammes de son âme est une chose plus facile à dire qu'à faire selon Alexeï. Plus encore lorsqu'il n'avait pas des douzaines de stèles de bois à transformer en copeaux à coup de télékinésie ou de la glace à éclater dans un "kyah" retentissant. Il aurait donné cher pour une dizaine de minute à pulvériser des choses pour calmer sa colère, et ce malgré le fait qu'on lui a conseillé de s'économiser jusqu'à la cérémonie. Toutefois, Maitre Hishi, et ses leçons toujours aussi énigmatiques et à multiples sens, avaient réussi à aider l'esprit du jeune apprenti assez longtemps pour l'empêcher de tomber dans le travers d'user la destruction pour calmer son feu intérieur. Des flammes qui n'ont cessées de se nourrir de la honte d'avoir été rapatrié de l'hôpital sous la juridiction d'une Primus et sous les regards médusés des gens et des policiers. La honte d'avoir embarqué son frère qui grimpait les échelons de la police à grand pas et qui risquait de voir sa réputation entachée. La honte d'avoir laissé son père, encore une fois, avoir le contrôle sur sa vie... mais bon sang qu'est ce que cela lui avait fait du bien de péter le nez de ce pochard ! Oui une partie d'Alexeï avait bien rigolé cette nuit et malgré la honte qu'il sentait à présent, il ne regrettait pas d'avoir combattu. Car il avait combattu avec ses poings et non avec sa magie.


Père d'Alexeï a écrit:
On peut douter de plein de truc les gamins, mais pas du fait qu'un combat ça apprend un paquet de chose

Il avait controlé sa colère assez pour éviter de briser un tabou qu'il avait si aisément transgressé étant gosse. Cet Art Interdit, cet Art Maudit suivant certains, étaient au cours des années devenu une bénédiction pour Alexeï et il ne voulait pas l'entacher d'une utilisation aussi pauvre que sous le coup de la colère. Alors que les Prêtres s'approchèrent de lui, Alexeï avait un visage serein en apparence mais certaines veines pulsaient toujours. Sur sa lèvre se trouvait un petit pansement pour fermer une lèvre ouverte à grand renfort des poings de son père. Les bleus étaient bien apparus pendant la nuit, chauffant son visage, l'une de ses joue, gonflant un peu, lui fermait à moitié l'oeil gauche. Les consignes étaient claires : aucun médicament pouvant altérer la perception ne devait lui être prescrit. Il se rappelle avoir entendu la Primus qui l'avait accompagnée demandé un report de la cérémonie et avait réussi à contenir son indignation. Il a voulu crier et s'insurger alors qu'on risquait de repousser Son Epreuve. Mais il devait montrer qu'il pouvait tenir. Il sentait les psychés des trois personnes derrière lui et entendait leur chuchotements.

"Alors ?" Demanda le Révérend Manhéen

"Hmmm" dit la Hytienne songeuse

"C'est une réponse ca ?"

"Il est proche de la limite"

"Du bon coté ou du mauvais"

"Du bon coté dans la marge d'erreur. On peut dire que sa psyché est potentiellement stable. Mais ça reste tout de même délicat pour la cérémonie. Tu es prêt à prendre le risque ?"


Il a un instant de réflexion durant laquelle Alexeï ouvrit les yeux mais n'osa pas bouger de peur qu'une simple réaction ne prouve qu'il était encore trop impulsif pour devenir prêtre. Mais le jeune apprenti savait son esprit surveillé par la Prêtresse de Hyt. Il se mit alors à lever les yeux sur la statue de Kaen et récita le premier psaume qui lui venait à la tête. Ses lèvres bougeaient à peine.

"Si elle avait survécu au carème et n'avait pas subit les affres du désert, cela aurait suffit. Si elle avait surmonté les affres du désert et ne s'était pas levé devant la horde de Marmin, cela aurait suffit. Si elle s'était levé devant la horde de Marmin et n'avait pas transformé le Barbare en Guerrier Saint, cela aurait suffit. Si elle avait transformé le Barbare en Guerrier Saint et n'avait pas éduqué Nephta, cela aurait suffit. Si elle avait éduqué Neptha et n'avait guidé les Xi'Orien au pied du monts Kushu, cela aurait suffit. Si elle ..."

Un mantra qui rappelait tout les fait d'armes de la déesse qui peut être très très long. Un mantra passant en revu tout les miracles qu'avait accompli Kaen qu'utilise bien souvent les Evangélistes des 3eme et 4eme Couronne. Pourquoi ce passage là lui revenait ? Il n'en savait rien. Peut être parce que c'était un mantra qui lui rappelait son enfance en un sens, au moment où il avait rencontré pour la première fois des figures de la foi. Comme tout bon Centiliens, Alexeï avait été élevé dans un foyer sous l'égide de la Déesse et ses Disciples. Leurs paroles étaient transmises dans une petite église dirigée par un Evangéliste. Malgré ce que l'on pense, tout les Evangélistes ne sont pas les mêmes. Ils n'ont pas tous été élevés dans un monastère et ils n'ont pas tous eu une vie d'innocence.

Little Volodia étant dans le top 5 des quartiers les moins bien famés de la 3eme Couronne de Nephta. Certains s'amusait à l'appeler "L'angle mort de la Déesse". Dans un tel quartier, seuls deux Evangélistes avaient survécu. Le Père Vladimir Ivanov, alias "Le Saint", et la Mère Ludmilla Topalov, alias "La Repenti". Lui était un véritable cul bénit élevé dans un orphelinat pauvre géré par le Culte. Il avait appris les prières par coeur et n'avait jamais douté. Il savait sa place dans le monde Centile et devait être un guide, un exemple. Les gangs avaient cru que les dégradations de son édifice ou l'envoie de quelques hooligans allaient le faire partir. Mais il les convainquait de venir prier le dimanche pour le salut de leurs âmes.

Elle, c'était une toute autre histoire. Sa magnifique plastique de blonde trentenaire portait les marques de la mafia locale. Une vie dans la rue et au sein de la pègre, tatouée de leurs propres symboles, leur propre code. L'encre de la mafia avait été incrustée dans sa peau des pieds jusqu'à la gorge, signe d'une vie sacrément remplie de prostitution, de vol, de meurtre et d'autres ignominies. Une oeuvre d'art vivante qui avait décidé de laisser derrière elle sa vie pour entrer dans les Ordres ... mais elle en avait gardé quelques réflexes. Au point que tout les jeunes puceaux du quartier se rappellent avoir fantasmé sur elle au moins une fois pendant qu'elle fumait sa clope sur les marches de l'église. Et tous se rappellent surtout de ses tapes sur la têtes lorsqu'elle chopait un jeune con en train de faire l'idiot ou en train de baver non loin d'elle.

Un exemple de pureté et un exemple de rédemption, mais deux orateurs qui se cachaient. Derrière leur discours, ils laissaient les prières chantées par les enfants de choeurs aux prêches enflammés. Ils prenaient des exemples dans toute la communautés pour rendre leurs mots plus frappant, et il y en avait des exemples de pêcheurs dans le coins. C'était auprès d'eux qu'Alexeï avait découvert ce psaume relatant synthétiquement tous les actes de Kaen. Il se souvenait encore de la première fois qu'il les avait vus exhorter les foules lors des émeutes de la Centrale Terechkova. La police corrompue avait fait des descentes massives dans les rues pour casser des manifestants, transformant le quartier en zone de guerre. C'était les évangélistes qui avaient créés des barricades et qui avaient accueillis les pauvres gens du quartier pour les protéger des policiers et de leur matraques sanglantes. Sur les remparts, ils hurlaient leurs prêches réconfortant les coeurs effrayés, galvanisant les défenseurs jusqu'à ce que le statu quo ne soit brisé par les journalistes et les juristes.

Alexeï avait vu les Evangélistes en véritable héros, pilier de la communauté de Little Volodia. Même quand Père Vladimir avait été accusé pour incitation à la révolte, il n'avait alors pas résisté. Même quand Soeur Ludmilla s'est fait passer les menottes pour agression multiple sur policiers, elle n'avait alors pas résisté. Ils avaient joué leur rôles et le quartier avait pris le relai. Pendant des mois, une bataille judiciaire avait éclaté entre tout une circonscription et les autorités. Même les malfrats avaient fournis des preuves impliquant les fonctionnaires d'avoir poussé à la révolte les ouvriers. Le sourire des hauts fonctionnaires s'effacèrent lorsqu'ils durent libérer les deux "leader des émeutes" de peur de perdre leur place. Une histoire oubliée dans les limbes de l'administration de Nephta mais pas dans le coeur d'Alexeï. Peu importait la douleur ou les règles ou la loi, il devait porter sa foi telle une bannière et affronter les épreuves même quand celle ci devait être le refus de passer l'épreuve ou le délai.

Ses yeux levés sur la Déesse, le jeune apprenti avait réussi à retrouver son calme, attendant alors la réponse du Grand Prêtre derrière lui. Mais la Hytienne ne disait rien. Rien pour guider son compagnon ou indiquer une quelconque amélioration. Un silence qui semblait peser sur la pièce alors que l'encens se dissipait, happée par la porte. L'heure était venue de prendre une décision alors qu'Alexeï était toujours dans son psaume, les yeux fixes comme s'il pouvait percer la pierre.


"...cela aurait suffit. Si elle avait fait face aux démons d'Horazon et n'avait pas calmé la fureur de Jialle, cela aurait suffit. Si elle avait calmé la fureur de Jialle et n'avait arpenté le 5 voiles, cela aurait suff..."

"Il m'a l'air prêt personnellement" conclut le Manhéen.

"Tu es sûr ?"

Alexeï ne perçut qu'un froissement de tissu mais il savait que le Manhéen venait de le pointer du doigts. Il pouvait sentir son sourire et son intérêt pour l'inconnu dans chacun de ses mots aux voyelles roulantes et aux sifflement accentués.

"Regarde le ... je suis sûr que si on lui refusait, il irait quand même passer la cérémonie sans nous. Pourquoi vouloir ralentir ce qui de toute manière ne peut être ralenti ? Et puis, sans rire, entre la tempête dehors, la pseudo émeute, son état émotionnel et sa tête de mule, y a que la Déesse pour prévoir un jour aussi chaotique pour passer le Cadmar. Suivons sa volonté"

"A votre guise ... Primus ?"

"Oui, ma Mère,"
répondit la jeune Kadare qui s'était mise en retrait

Dominique appuya sur un mur noir, faisant apparaitre des touches, un écran tactile. L'une de ces touches fit jaillir une partie du mur lisse pour laisser apparaitre un vêtement qu'elle prit en main et plaça sur les épaules de l'Apprenti. C'était une cape, bleu sombre, tombant sur ses épaules, qui semblait alors compléter la bure de l'apprenti.

"[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]" dit la Primus solennellement.

La Mère-Abluteuse et le Révérend se placèrent chacun à gauche et à droite de l'apprenti.


"Lève toi, apprenti"

"Ton âme t'attend"


Obéissant presque de manière automatique, Alexeï se leva de sa méditation. Ses articulations craquèrent suite à cette nuit à méditer. Il s'étendit un peu avant de se tourner vers ses deux guides. La Prêtresse Hytienne au bâton ailé se dirigea vers la sortie alors que le Révérend à l'accent Manhéen posa sa main sur son épaule réconfortante, presque paternelle.

"Ne t'inquiète pas, gamin. Tout va bien se passer. C'est pas la première fois qu'on fait ca. Mets ta confiance en la Déesse et tu verras qu'après tu rigoleras en pensant combien tu étais stressé en cet instant. Dès que t'es prêt, tu n'as qu'à la suivre"

Son discours dit d'une manière totalement amicale aidait le jeune apprenti, au moins un peu. Et ce malgré le fait que depuis son entrée au Monastère, Alexeï avait toujours eu des soucis avec les figures paternelles. Mais passer des années avec des Moines avaient calmé ses ardeurs. Il voyait plus Cornacchie comme un mentor que comme un père. Une petite tape amicale lui donna l'impulsion pour lui faire faire le premier pas. Le trac était palpable chez Alexeï mais à chaque pas, son regard s'affirmait comme celui d'un prédateur. Ses pieds nus parcouraient le sol parfaitement lisse et marqué de saintes écriture. Suivant les pas de la Mère-Abluteuse, les mètres semblaient être des kilomètres puis des centimètres. La notions du temps disparaissant pour le jeune apprenti. Impossible de reculer, le Révérend et la Primus derrière lui l'en empêchaient. Il arriva alors devant une grande porte, s'ouvrant sur le passage du petit convoi. Devant les yeux du jeune apprenti s'étendit la salle la plus massive qu'il n'avait jamais vu. La grande chapelle de Nephta.

Ce lieu privilégié des Prêtres Centiliens est un immense couloir où les murs sont ornés de dizaines de balcons où peuvent trôner des centaines de serviteurs du Culte. Au plafond, un immense mur vitré laisse normalement passé les rayons du soleil et quelques nuages blancs, aujourd'hui noir d'encre. La pluie s'écoulait sur la baie vitrée. Cette dernière était plein Est pour que le soleil baigne toute la pièce à son levée. Soleil qui a laissé placé aux nuages et aux intempéries, les éclairs illuminaient les lieux. Si l'église est un endroit saint, la chapelle est un lieu où la Déesse et ses représentants jugent leurs pairs. C'est à la fois une salle de réunion, de justice et de cérémonie.

Traversant la pièce, Alexeï, son regard focalisé sur sa cible, ne voyait personne mais percevait les psychés de quelques Prêtres intéressés ou simplement n'ayant rien d'autre à faire à cause des intempéries. Ils voyaient ... non ... il sentait ces points scintillants dont l'attention convergeait les uns après les autres vers lui. Une musique alliant des cuivres solennels, un choeurs sanctifiant, des cordes chaleureuses et des percussions rythmant le coeur de l'apprenti. Mais la lumière de l'orage donnait à l'instant une teinte plus pesante et effrayante. Les quelques marches descendant à la Nef étaient les plus inquiétantes.

Le sol lisse et technologique laissa alors place à une pelouse à peine entretenue. Un mini jardin, comme s'il avait été préservé, libre de toute avancée depuis des siècles, enfermée dans une pseudo cloche de verre dévoilant la ville au million de merveilles. Les pieds nus, Alexeï ne put s'empêcher de sourire à cette douce sensation de liberté que provoque de marcher dans l'herbe fraiche. Au milieu de cet petite clairière se trouvaient 5 piliers à moitié érodés par le temps. Surement les seuls restes de l'ancien Temple dédié à Kaen bien que la position de ces pierres ne semblent nullement du à une structure. C'est un des nombreux mystères qui entoure ce lieu d'ailleurs : qui a installé ces pierres et pourquoi ? Chacun des piliers avaient les symboles des disciples gravé dessus et semblent placé de manière aléatoire, à ceci près que toutes les lieux de l'épreuve possèdaient le même positionnement.

Au centre de la pièce apparaissait le seul élément technologique : le Cadmar. Tel un diamant perdu au milieu de cette prairie, il semblait attendre le jeune apprenti. Alexeï avait l'impression d'être le seul à avoir arpenté ce lieu que des milliers de Prêtres ont arpenté avant lui. La Mère-Abluteuse se stoppa à quelques mètres de l'appareil rejoint par le Révérend Cornacchie et entouré par la jeune Primus Kadare. Dans un triangle parfait, ils pointèrent chacun leur sceptre vers Alexeï avant de lui parler.


"Alexeï Orlov de Nephta, jures-tu de suivre les préceptes de la Déesse et de ses disciples ? De les transmettre, de les propager et de les défendre à travers les voiles ?"

"Je le jure"

"Jures-tu de soutenir les Centiliens dans leur foi ? De guider leur âme et leur morale en tout lieu et en tout temps ?"

"Je le jure"

"Jures-tu de mener les Centiliens à travers les incarnats ? D'être le garant de leur sécurité et leur berger à travers les tumultes du Multivers et les dangers ?"

"Je le jure"

"Moi, Père Antonio Cornacchie, Révérend responsable de la section d'exploration du Sanctuaire de Nephta, suis garant de l'âme de cet homme"

"Moi, Mère-Abluteuse Helen Danzig, Grande Intendante du Sanctuaire de Nephta, suis garante de l'âme de cette homme"

"Moi, Soeur Dominique Kadare, Primus du Père Cornacchie, Prêtresse exploratrice du Sanctuaire de Nephta, suis garante de l'âme de cet homme"


Lorsque ces paroles furent prononcées, les Sceptres se baissèrent. Les éclairs tombèrent, le tonnerre faisant légèrement trembler le bâtiment. Le Grand-Prêtre et la Mère-Supérieur s'écartèrent pour laisser la place à Alexeï. Celui ci eut un instant de doute. Il regarda la Hytienne dont les yeux perçants étaient visibles lors des flash de plus en plus présents. Puis il plongea dans les ténèbres de la capuche du Manhéen dont le sourire, coupé par la cicatrices au milieu de sa lèvre, lui donna confiance. Il prit une grande inspiration, comme avant de sauter d'une falaise, rabattit sa capuche sur sa tête avant d'avancer vers le Kadmar. Il chercha d'abord une entrée mais sentait qu'il n'y en avait aucune. Il se contenta de passer la main au travers de la surface glacée qui paraissait inaltérable. Comme s'il traversait de l'eau, Alexeï se retrouva à l'intérieur du Kadmar, coupé de tout son, il était totalement isolé. La vision de tout ce qui se trouvait à l'extérieur était déformé par la surface du diamant. Les flash de lumière étaient de plus en plus présents.

"[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]" dit une voix robotique mais qui était assez calme et sereine, peu stressante.

Alexeï chercha d'où pouvait bien venir cette voix un instant avant de comprendre que l'endroit était une machine. A pas hésitant, il avança sur une grande plate-forme de métal lisse. Toutefois, la surface n'était pas froide ou agressive, elle semblait être à la même température que la terre qu'il avait foulé. Lorsqu'il se retrouva au centre de l'immense plaque, deux piliers jaillirent du métal, comme si celui ci était liquide. Ces pylônes étaient, contrairement au sol, marqués de nombreuses crevasses géométriques cachant des appareils électroniques ainsi que des runes luminescentes. Deux runes Kaeniennes étaient plus visibles que les autres, parfaitement placées à hauteur des mains.


"Veuillez placez vos mains sur les runes sacrées"

Les éclairs devenait de plus en plus fort, la tempête dehors était bien la seule chose qu'Alexeï arrivait à voir à travers ce prisme. Mais le jeune homme avait d'autre chose à faire à présent. Il s'approcha des piliers et posa ses mains sur les runes, le forçant à bien écarter les bras. Un son presque aquatique tinta au contact de ses paumes sur le métal, comme pour confirmer l'acquisition de nouvelles données.

"Donnée biométriques acquise, stresse détecté. Détendez vous, initialisation de l'épreuve dans 10 secondes"

Malgré toutes ses tentatives pour se calmer, le jeune apprenti ne pouvait s'empêcher de paniquer à l'idée qu'il ne comprenait plus du tout ce qui se passait et encore moins ce qui allait se passer. Son coeur battait si fort qu'il crut un instant que ce dernier voulait s'échapper de sa poitrine. A mesure que la machine décomptait, des bruits robotiques résonnaient dans la petite pièce. Alexeï fermait les yeux mais il sentait quelque chose le frôler. Ne pouvant s'empêcher de regarder, il vit des tentacules métalliques s'enrouler autour de ses bras. Puis il en sentit une autre autour de son torse, puis autour de son cou. Quelque chose semblait l'enchevêtrer. Il se mit à paniquer et à tenter de bouger, mais les liens étaient trop fort. Au bout de ces tentacules chromés, jailli une petite aiguille qui vint alors se planter dans son corps. Tempes, jugulaire, veines des avants bras, colonne vertébrale et même coeur, les piqures n'étaient pas douloureuse en elle même mais, à chaque mouvement, l'apprenti sentait les aiguilles bouger, comme pour affirmer leur présence.

"Ne paniquez pas, tout se passe parfaitement bien. Début de l'injection du Cadmar, veuillez rester calme."

"Bordel, en plus elle se fout de ma gueule cette foutue machine !"

Le premier juron d'Alexeï venait de ce calme serein de la machine qui ne savait surement pas ce que cette expérience pouvait provoquer. A la limite de l'insulte par indifférence, l'inventeur de ce truc passe pour un sacré connard en cet instant. Un liquide se mit à se répandre dans son corps alors que des cercles commençaient à apparaitre sur la plate-forme. La perception de tout ce qui entourait Alexeï devenait flou ... ou plutôt plus claire. La lumière des éclairs semblaient rebondir tout autour de lui, comme s'il pouvait voir les rayons de lumière blanche passer d'une surface à l'autre. Alors que le rythme de son coeur propageait le liquide à toute berzingue dans son organisme, celui-ci devenait de moins en moins présent. Les yeux à moitié révulsés de l'apprenti se stabilisèrent, sa mâchoire toujours crispée d'une douleur incommensurable se desserra un instant. L'attention totale du jeune homme se focalisa sur les cercles qui apparaissaient à ses pieds.

Les lignes fusaient, sans discontinuer, comme si une plume invisible était en train de les tracer. Une plume qui filer sans se soucier de quoique ce soit. Une plume qu'Alexeï commençait à identifier. C'était son esprit, son âme qui était en train de marquer cette plaque. C'était pour cela qu'il ne sentait plus rien. Combien de temps dure la cérémonie ? Il n'en savait rien. Son âme allait elle revenir dans son corps ? Il n'en savait rien. La peur et l'excitation se mêlaient, le souffle suspendu à chaque arabesque, boucle et brisure. Les émotions devenaient de plus en plus forte. La lumière incandescente du portail n'était troublée que par les flash de la foudre. Alexeï percevait cent psychés, milles, des dizaines de milliers. Ce n'était pas des psychés comme les autres. Non, elles n'étaient pas présentes, ce n'était pas des êtres, elles semblaient trop complexes et lumineusement dorées. Ce n'étaient pas des gens, c'était des incarnats. Leurs âmes qui résonnaient à travers le multivers. Alexeï les sentait.

Il sentait au milieu de cet océan de lumière, une petite flamme qui l'attirait. Il tenta de voyager jusqu'à elle et sentit la plume de son âme gratter encore le velin de l'univers à ses pieds. Il s'approchait de sa destination, il le sentait de plus en plus proche, il arrivait presque à le toucher. C'est à cet instant que quelque chose se mit à clocher. L'écriture fut plus difficile et les psychés des incarnats se mit à s'évanouir comme si elles étaient soufflée par un vent imperceptible. L'électricité déclinait, Cornacchie paniquait. Le courant n'était plus stable, la foudre s'attaquait au Sanctuaire. La terre tremblait à chaque détonation.


"Dysfonctionnement, dysfonctionnement"

"Non ! NON !! NON BORDEL NON !"

Le Portail n'était pas terminé. Il était si près du but et, bien qu'apprenti, il savait qu'un portail incomplet menait à un voyage dans un état incomplet. Instinctivement, il maintint le lien avec le portail actif, transfugeant son énergie magique dans ces runes pour ne pas les éteindre. Un combat pour sa survie s'était engagé et seule son endurance pouvait le sauver. Il oubliait les ombres qui s'agitaient autour de lui, le stroboscope d'éclairs. La douleur de sentir sa magie siphonnée était une douleur que peu de Centilien connaissait. Les jambes du jeune apprenti le lâchèrent, le faisant tenir debout que par les tentacules et les aiguilles qui l'écartelaient. Mais il ne lâchait pas. Si un apprenti normal aurait accepté les limites de son corps et de la souffrance. Alexeï avait été trop loin pour mourir ainsi. Il avait connu trop de douleur et de déception pour accepter de défaillir en cet instant. La mort de sa mère, la violence de son père, la honte sur son frère, l'émeute de ses pairs, la condescendance des Prêtres, ... c'en était trop pour qu'il lâche maintenant. Il força autant qu'il le pouvait jusqu'à ce que...

"Déesse, par piti..."

Le plafond éclata et la foudre fondit sur le Cadmar comme un rapace sur une proie. Une puissance inimaginable envahi la machine, le choc fit tomber Alexeï dans les pommes. Cependant, avant que sa psyché ne s'évanouisse et ne se réfugie dans son corps, l'apprenti senti la plume de son âme graver la plate-forme à la vitesse d'une balle. Il sentit son esprit foncer droit à travers le nuage des Incarnats comme si on le catapultait ou qu'on l'y propulsait droit vers lui. Le portail s'embrasa comme jamais on en vit s'embraser. On eut pu même croire que le jeune apprenti était sur un bucher, mais des flammes jaillirent tels des pétales de lotus enflammés. Ils se refermèrent sur Alexeï enveloppant son corps totalement tétanisé par le cocktail de drogues ésotériques et d'électricité divine. Et lorsque le tonnerre éclata, il n'en restait plus rien. Les garants du jeune homme s'approchèrent du Cadmar, en apparence intacte. Le plafond avait éclaté, fissuré par les secousses de la foudre. Les lumières grésillaient toujours. Et une même question était dans les esprits de ces trois personnes. Qu'est ce qu'ils s'était passé ?

******

"Hey !!!"

Les ténèbres se dissipaient autour de l'esprit du jeune apprenti

"Hey boule de billard !"

Une voix forte semblaient avoir plongé dans sa torpeur pour le tirer de son coma.

"Hey mec !!!"

Les yeux d'Alexeï s'ouvrit pour être assailli par une lumière rouge orangée. Il avait l'impression d'avoir une gueule de bois monstrueuse quand il découvrit des centaines de tiges de plusieurs mettre se tordre sous le vend. Un champ tout ce qu'il y a d'inhabituel car ses roseaux immenses étaient fait de cuivre ou d'un métal similaire. Le sol, meuble était une terre rouge, sèche, dure et volatile comme de la terre battue. Et sur l'un de ces roseaux pendouillait une grosse silhouette. Les yeux du jeune homme s'habituèrent pour finalement voir que c'était un homme, pendu la tête en bas, des lunettes d'aviateur sur les yeux et un visage sali par de la suie. Il était attaché à l'immense tige par des bretelles ou sa ceinture.

"Ah bah tout de même tu te réveilles... Bon, je te le donne en mille. J'ai un petit soucis, je me suis un peu coincé le froc dans cette merde. Je contrôlais l'atterrissage, hein ? Mais j'ai peut être voulu faire un peu trop mon cake. Enfin bref, si tu pouvais m'aider à me sortir de là sans que j'ai à finir en calebar, ça serait sympa"
_________________
"Vous n'arrivez même pas à briser une règle comment pouvez vous espérer pouvoir briser un bras ?" Khan

"Anger is a gift" Malcom X
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chaos Theory Partie 4 : Ceremony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Centile :: Scénario : Le Premier Centilien :: Nouvelles :: Nouvelles d'Alexei -